Australie : une mission secrète pour sauver des arbres préhistoriques

Alors que les flammes dévastent l’Australie, une opération sans précédent a eu lieu dans le plus grand secret…

Opération sauvetage des pins de Wollemi en Australie

Ces arbres comptent parmi les plus rares du monde et se trouvent uniquement en Nouvelle-Galles du Sud, un État ravagé par les incendies.

Une opération sans précédent a eu lieu en Australie pour sauver les pins de Wollemi, des arbres qui comptent parmi les plus rares au monde.

Une espèce préhistorique

Cette espèce préhistorique est surnommée l’« arbre-dinosaure ». Si des spécimens sont conservés dans des jardins botaniques à travers le monde, ils demeurent néanmoins des arbres absolument uniques à l'état sauvage. On les croyait disparus jusqu'en 1994, où ils ont été redécouverts dans une unique gorge située dans un parc naturel de 5.000 km2 en Nouvelle-Galles du Sud. Pour les protéger, leur emplacement exact est gardé secret. Mais en janvier 2020, ce parc a été ravagé par les incendies.

« Le Parc national Wollemi est le seul endroit au monde où ces arbres poussent à l'état sauvage. Puisqu'ils y sont moins de 200, nous savions que nous devions faire tout ce qui était en notre pouvoir pour le sauver », a annoncé le ministre de l'Environnement et de l’Énergie de Nouvelle-Galles du Sud, Matt Kean, le 15 janvier 2020.

Une opération tenue secrète

L'opération, tenue secrète, a consisté à larguer du produit retardant sur les arbres depuis des avions et à déployer des pompiers au sol pour mettre en place un système d'irrigation  augmentant l'humidité de la zone. Si quelques arbres ont été noircis par les flammes, ils ont néanmoins pu être sauvés. « Les incendies de 2019 sont la première opportunité que nous ayons d'observer comment un pin Wollemi mature réagit au feu dans un environnement naturel, ce qui pourra nous aider à affiner à long-terme la façon dont nous gérons les incendies sur ces sites », a précisé Matt Kean.

Dans un communiqué, le gouvernement a néanmoins tenu à rappeler que les incendies ne sont pas la seule menace pour ces arbres. D’après Matt Kean, « les visites illégales demeurent une menace importante pour la survie des pins Wollemi. Premièrement à cause du risque de piétiner les plantes en train de se régénérer, deuxièmement à cause de l'introduction de maladies pouvant décimer les spécimens survivants ».

avatar
Brut.
17 janvier 2020 12:13