Colombie : les hippopotames de Pablo Escobar se sont multipliés

Des hippopotames sauvages, c'est l'héritage que Pablo Escobar a laissé à la Colombie.

En Colombie, les hippopotames d’Escobar prolifèrent

Le célèbre narcotrafiquant en avait importé cinq. 26 ans plus tard, ils sont près de 80. Problème : ils mettent en danger les écosystèmes locaux.

Des hippopotames sauvages en Colombie… Cela paraît étrange, et pourtant : c’est l'un des héritages de Pablo Escobar. Dans sa demeure, l'Hacienda Nápoles, le célèbre narcotrafiquant avait importé près de 2.000 animaux exotiques, comme des éléphants venus d'Inde, des rhinocéros venus d’Afrique oui des chameaux venus du Sahara. « C’est comme si nous étions en Afrique, c'est un privilège réservé à peu de gens », témoigne Clara Núnez, habitante de Doradal.

Une mascotte de la région

Après la mort du baron de la drogue le 2 décembre 1993, l'Hacienda est saisie par l'État colombien, et les animaux sont envoyés dans des zoos. Seuls les hippopotames, dont le déplacement était trop coûteux, sont laissés sur place.

Livrés à eux-même dans la ménagerie abandonnée, ils se sont multipliés. De cinq à leur arrivée dans les années 1980, ils seraient aujourd’hui environ 80. Autrefois cantonnés aux lacs de la propriété de Pablo Escobar, ils sont aujourd’hui régulièrement observés dans le fleuve Magdalena, et même dans les rues du village de Doradal.

Mais les habitants relativisent : « Ils ne sont pas agressifs ou quoi que ce soit. Le matin, ils viennent brouter et retournent à leur habitat. Si personne ne les dérange, ils ne dérangent personne », affirme l’un d’eux. L'hippopotame est même devenu une attraction touristique et la mascotte de la région.

Une campagne de stérilisation

Toutefois, malgré l'enthousiasme de certains villageois, ces animaux, originaires d'Afrique, mettent en danger les écosystèmes locaux. « Ils sont peut-être en train de déplacer la faune autochtone, y compris les lamantins, une espèce qui est en danger critique d'extinction. Le lamantin étant une espèce autochtone, cela pourrait causer des problèmes pour la biodiversité colombienne », détaille David Echeverry, biologiste au Cornare.

Pour contrôler leur population, une zone de 28 hectares a été clôturée. Un processus de stérilisation a également été lancé. « Nous avons vu la castration comme une option pour commencer à contrôler leur population. Cependant, la castration de ces individus n'est pas facile pour de nombreuses raisons, notamment parce que c'est coûteux », tempère Jairo León Henao, vétérinaire au Cornare.

Autre option : envoyer ces animaux à l'étranger dans des lieux prêts à les accueillir. Aujourd'hui, les hippopotames de Pablo Escobar représentent le plus grand groupe d’hippopotames vivant hors d'Afrique.

avatar
Brut.
3 octobre 2018 14:45