Deepwater Horizon : 10 ans après la catastrophe

Des millions de barils de pétrole déversés du Texas à la Floride. Le 20 avril 2010 se produisait l'une des plus grandes marées noires de l'histoire. 10 ans après, les scientifiques évaluent encore l'ampleur des dégâts.

Il y a 10 ans, la catastrophe de Deepwater Horizon

Le 20 avril 2010, la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, louée par l’entreprise anglaise BP, prend feu. C’est l’une des plus grandes marées noires de l’histoire.

Il y a 10 ans, l’une des plus grandes marées noires de l’histoire a recouvert le Golfe du Mexique. C’est la catastrophe de Deepwater Horizon.

636 millions de litres de pétrole déversés dans la mer

Le 20 avril 2010, la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, louée par l’entreprise anglaise BP, prend feu. 11 techniciens décèdent dans l’incendie. Deux jours plus tard, les autorités réalisent que du pétrole fuit à un rythme monumental. Il faudra 87 jours pour arrêter la fuite. Au total, plus de 4 millions de barils, soit 636 millions de litres de pétrole, se sont déversés dans la mer.

L’entreprise BP a versé plus de 65 milliards de dollars en frais judiciaires, de dédommagements, de nettoyage. 10 ans après la catastrophe, les scientifiques évaluent encore les conséquences humaines et environnementales de l'événement.

Explosion des maladies hématologiques, pulmonaires et cardiaques chez les nettoyeurs

Sur les 100.000 personnes employées pour nettoyer le mazout, des études ont montré une explosion des maladies hématologiques, pulmonaires et cardiaques. Du Texas à la Floride, du pétrole s’est répandu sur plus de 2.000 km de plages et de marais.

En plus des milliers d’animaux retrouvés morts mazoutés, beaucoup d’espèces souffrent encore aujourd’hui de pathologies. C’est le cas des grands dauphins, qui connaissent des taux élevés de maladies pulmonaires, problèmes cardiaques, troubles de la réponse au stress.

Cancers et infertilité chez les oiseaux

On observe chez beaucoup d’espèces d’oiseaux une surreprésentation de cancers et d’infertilité. Des poissons et des invertébrés sont morts par millions, et de nombreuses espèces comme la truite tachetée présentent encore aujourd’hui des taux de reproduction faibles.

Quant aux coraux, qui étaient florissants dans le Golfe du Mexique avant la marée noire, les scientifiques sont inquiets. « Nous ne savons pas combien de temps il faudra à ces coraux pour se rétablir. Ils grandissent très, très lentement », indique Peter Etnoyer, biologiste marin à la National Oceanic and Atmospheric Administration. Il estime ainsi la durée de leur rétablissement à « des décennies, voire des centaines d’années ».

Vers un nouveau « Deepwater Horizon » ?

Après la catastrophe, des mesures de sécurité ont été prises par les entreprises pétrolières et par le gouvernement américain pour améliorer la sûreté du forage en mer. Cependant, la décision d’annuler ces règlements, prise par l'administration Trump en mai 2019, fait craindre un nouveau « Deepwater Horizon ».

« Nous pourrions très bien subir une catastrophe égale ou supérieure à celle d’il y a dix ans. Ce serait une tragédie parce que nous savons ce qui peut arriver. Pourtant, nous n’avons pas pris les mesures nécessaires pour contrer ce risque », déplore Terry D. Garcia, membre de la Commission nationale sur la marée noire de Deepwater Horizon.

avatar
Brut.
23 avril 2020 16:36