Elle alerte contre le nouveau projet de Total en Afrique du Sud

Claire Nouvian de BLOOM alerte sur le nouveau mégaprojet gazier de TotalEnergies qui menace la vie marine en Afrique du Sud.

TotalEnergies souhaite exploiter des champs gaziers “dans une des zones les plus riches en termes de vie marine”

“Vous pensiez avoir tout vu de TotalEnergies en termes de désastre environnemental et climatique? Eh bien non. Aujourd’hui, l’entreprise TotalEnergies a demandé la possibilité d’aller exploiter des champs gaziers au large de l’Afrique du Sud. C’est-à-dire dans une des zones les plus riches, les plus spectaculaires en termes de vie marine, d’espèces de baleines, de cachalots, de mammifères marins, de reptiles marins comme ces immenses tortues luth qui sont menacées d’extinction…” explique Claire Nouvian, fondatrice de Bloom, qui s’oppose à cette exploitation. L’exploration menée par TotalEnergies dans cette concession, située à 175 km des côtes sud-africaines, a permis de découvrir deux grandes réserves de gaz. Le parlement européen dénonce deux projets de Total en Ouganda

“L’entreprise a la ferme intention de passer dans la phase d’exploitation et vient de faire une demande de permis d’exploitation en septembre dernier. Donc il est justement temps d'arrêter ce projet avant que les investissements n’aient lieu” précise Claire Nouvian. “On sait bien ce qu’il va se passer: cette décision ferait précédent et ouvrirait la voie à une espèce de boulevard pour des tas d’autres compagnies qui se tiennent aux aguets et qui attendent de voir la décision de l’Afrique du Sud pour évidemment fondre sur les eaux d’Afrique du Sud et évidemment extraire tout ce qu’elles pourront extraire. Aujourd’hui le vivant s'effondre, aujourd'hui le climat s’effondre, c’est vraiment la dernière des bonnes idées d’aller développer de nouveaux projets d’exploitation des hydrocarbures fossiles dans l’une des zones les plus riches et les plus merveilleuses de la planète”. La fondatrice de Bloom encourage les citoyens à signer la pétition demandant à Total d’arrêter ce projet. Réchauffement climatique: dès 1971, Total savait mais n'a rien fait

avatar
Brut.