En Albanie, des animaux sauvages vendus sur Internet

Des renards, des singes et des loups mis en vente sur Internet. C'est ce qu'a découvert FOUR PAWS International en Albanie, où le trafic illégal d'animaux est "hors de contrôle" selon l'ONG.

En Albanie, le trafic d’animaux sauvages est « hors de contrôle »

Des ours, des aigles, des singes ou des loups sont régulièrement achetés par des particuliers ou des restaurateurs, et maltraités.

Des ours, des singes ou des loups mis en vente sur Internet : c’est ce qu’a découvert l’ONG Four Paws en enquêtant sur les deux sites commerciaux les plus consultés d’Albanie. La plupart de ces annonces démontrent une maltraitance animale.

Enfermés dans des cages ou enchaînés

Les acheteurs sont des particuliers ou des restaurateurs qui utilisent les animaux comme attractions pour les clients. Ces animaux sauvages sont enfermés dans des cages ou attachés à une chaîne pour être promenés. L’ONG locale PPNEA a même découvert de la viande d’ours vendue dans un restaurant. Si ces annonces ont été retirées après les révélations de Four Paws, de nouvelles surgissent sans cesse.

Selon l’ONG, le trafic illégal d’animaux est « hors de contrôle » en Albanie. « Malheureusement, nous avons observé le déclin de l’animal héraldique de l’Albanie, l’aigle. Dans les années 1990, il restait environ 200 couples d’aigles en Albanie. Aujourd’hui, ils ont été réduits de moitié », alerte Barbaba van Genne, responsable du sauvetage et de la défense des animaux sauvages à Four Paws.

« Les quelques animaux sauvages endémiques qui restent seront de l’histoire ancienne »

Alors qu’une interdiction de la chasse des espèces protégées est en vigueur en Albanie depuis 2014, le manque de contrôle et d’application des lois par les autorités albanaises est pointé du doigt. « Une législation est nécessaire pour clarifier le rôle des différents organismes d’inspection gérant les crimes environnementaux, en particulier le rôle des gouvernements locaux », a déclaré Four Paws dans un communiqué de presse.

Depuis le début de l’année 2020, les crimes environnementaux comme la chasse illégale et l’exploitation forestière sont en hausse dans le pays. « Si le gouvernement n’intervient pas rapidement, les quelques animaux sauvages endémiques qui restent seront de l’histoire ancienne », prévient Barbara van Genne.

avatar
Brut.