En Nouvelle-Calédonie, le WWF se mobilise pour sauver le dugong

C'est l'un des mammifères les plus étonnants de la planète. L'un des plus menacés, aussi. En Nouvelle-Calédonie, le WWF-France se bat pour sauver les dugongs de l'extinction. Brut nature s'est rendu sur place…

Le dugong est en danger

Brut s’est rendu en Nouvelle-Calédonie, où seuls 800 dugongs longeraient encore les côtes.

Le dugong est l’un des mammifères les plus étonnants au monde… Et dans plusieurs régions, c’est aussi l’un des plus menacés. « C'est un animal qui a été chassé pendant très longtemps, et assez intensivement. Il a complètement disparu de certains pays, comme à l'île Maurice ou à Taiwan », explique Marc Oremus, coordinateur du programme marin WWF Nouvelle-Calédonie.

« Énormément de pays ont complètement perdu le dugong »

Sur l’île, on lui préfère le nom de vache marine, car c'est un animal herbivore qui broute de l'herbe, tout comme les vaches terrestres. « Il est fortement inscrit dans la culture calédonienne, et mélanésienne en particulier. Il a un rôle dans la coutume : il y a de nombreuses histoires et légendes autour de cet animal », détaille Marc Oremus.

L’Union internationale pour la conservation de la nature classe le dugong comme une espèce vulnérable à l'échelle globale. En Australie, ils sont encore nombreux – un peu plus de 100.000. Mais ailleurs, ils disparaissent au fil des années… « Énormément de pays ont complètement perdu le dugong ou n'ont plus que des populations résiduelles. En Calédonie, on a encore la chance d'en avoir encore quelques centaines », analyse le coordinateur du programme marin WWF Nouvelle-Calédonie.

Il est braconné pour sa viande, très appréciée

Plusieurs caractéristiques rendent cet animal particulièrement vulnérable : son rythme de reproduction lent et sa présence près des côtes, dans les herbiers dont il se nourrit et qu'il entretient. Par ailleurs, il est braconné pour sa viande, très appréciée par toutes les communautés de l’île. « C'est arrivé, pendant des actions de sensibilisation avec des enfants, que certains d'entre eux nous disent en toute innocence avoir déjà consommé de la viande de dugong alors qu'ils n'avaient même pas 10 ans », raconte Marc Oremus.

En 2003, une première estimation du nombre de dugongs a été réalisée en Nouvelle-Calédonie. À cette époque, il y en avait autour de 2.000. Néanmoins, les dernières estimations revoient le chiffre à la baisse, avec environ 800 dugongs.

En Nouvelle-Calédonie, le dugong est protégé et sa chasse interdite depuis 1962

En Nouvelle-Calédonie, le dugong est protégé et sa chasse interdite depuis 1962. En 2010, un plan d'actions a en outre été mis en place pour œuvrer à sa conservation. Malgré cela, entre 2003 et 2012, sa population a continué de diminuer. « On pense que c’est dû aux menaces comme le braconnage, les pêches accidentelles et les collisions. Avec un nombre si réduit de dugongs, la population n'est plus en capacité de se renouveler », précise Marc Oremus.

Pour aider à la conservation du dugon, le WWF préconise plusieurs mesures. « La création d'aires marines protégées dédiées à cet animal, la réduction de la vitesse des bateaux, le renforcement de manière très active de la lutte contre le braconnage, la surveillance et la sensibilisation auprès des communautés », résume Marc Oremus.

avatar
Brut.
26 mai 2020 11:46