Ils réclament l’extinction des panneaux lumineux publicitaires

Face à l’urgence climat, l’association Résistance à l’agression publicitaire milite pour la fin des panneaux publicitaires lumineux.

“Un écran comme ça, c'est l'équivalent de la consommation annuelle d'un ménage”

“On ne peut pas décemment demander aux gens qui ont des revenus modestes de faire des petits gestes si, derrière, on a des écrans comme ça partout. (…) Ils consomment énormément d'énergie” explique Sarah Denisse, Chargée de mission publicité et climat pour Résistance à l'agression publicitaire. Avec d’autres membres de l’association, elle réalise une action dans le métro pour interpeller les passants en placardant des affiches sur les panneaux. “Selon l'Ademe, un écran comme ça, ça consomme 2000 kWh par an, donc c'est l'équivalent de la consommation annuelle d'un ménage, sans compter le chauffage” ajoute Sarah Denisse. Loi climat : rien sur la responsabilité des entreprises ?

“Aujourd'hui, on veut réduire la production d'énergie de 10 % d'ici 2024. Donc nous, on demande l'interdiction des écrans dans les gares, dans les métros, dans les vitrines et dans la rue, comme ça, on aura moins d'énergie dépensée, moins de consommation de matériaux pour les fabriquer” précise Thomas Bourgenot, porte-parole de l’association. Selon Khaled Gaiji, chargé de mobilisation pour Résistance à l'agression publicitaire, ce que revendique l’association “au nom de l'impératif écologique et social, c’est de les éteindre tout le temps, parce qu'aujourd'hui, au niveau des problèmes climatiques, notamment, on est déjà en tension permanente”. Visite de la première école de la transition écologique en France

avatar
Brut.