L'Australie va abattre près de 10.000 dromadaires

Des milliers de dromadaires abattus par des snipers. C’est l’opération radicale que va mener l’Australie pour réguler la population de ces animaux considérés comme nuisibles.

Les dromadaires, victimes de la sécheresse en Australie

Les populations locales sont obligées de tuer les dromadaires, qui fuient les fortes chaleurs des déserts pour se réfugier dans les territoires aborigènes.

Des milliers de dromadaires abattus depuis le ciel… C'est une initiative radicale prise par les population aborigènes australiennes pour lutter contre une conséquence inattendue des fortes chaleurs.

Pas de prédateurs

  Dans le nord-est de l’Australie-Méridionale, un État où les pics de températures dépassent actuellement les 40°C, la présence des dromadaires est considérée comme hautement nuisible par les populations locales. Introduits au milieu du XIXème siècle, en l’absence de prédateur, ces animaux ont proliféré. Aujourd’hui, ils ont un fort impact sur la végétation et les sources d’eau.

En 2013 déjà, Glen Edwards, scientifique à La Commission des parcs et de la faune du Territoire du Nord, alertait sur la situation : « Si la population de dromadaires n’est pas contrôlée et que leur croissance démographique n’est pas inversée, nous nous retrouvons dans une situation où les déserts australiens, qui ne sont pas de vrais déserts, deviendront de vrais déserts. Ils seront dépourvus de végétation et ne seront plus des endroits où les espèces indigènes australiennes pourront vivre et survivre. »

Environ 10.000 dromadaires se déplacent vers les communautés locales

Cet impact est particulièrement problématique, alors que 2019 aura été l’année la plus chaude jamais enregistrée en Australie. Assoiffés, les dromadaires se rendent parmi les communautés indigènes à la recherche d’eau, et deviennent une nuisance pour les aborigènes. Dans le territoire d’Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara, on estime qu’environ 10.000 de ces dromadaires se déplacent vers les communautés locales.

« Nous sommes au milieu de conditions de chaleur très inconfortables, nous nous sentons mal, et les dromadaires abattent les clôtures et vont vers les maisons pour essayer d’obtenir de l’eau depuis les climatiseurs » explique Marita Baker, membre de la communauté Kanypi.

Jusqu’à 5.000 dromadaires tués cette zsemaine

Autre problème : certaines réserves d’eau auraient été contaminées par des carcasses de dromadaires morts. Les autorités aborigènes locales ont donc décidé de recourir à une campagne d’abattage aérien du 8 au 12 janvier 2019, opérée par le Département de l’environnement de l’Etat.

Selon le média ABC, les tireurs devraient tuer entre 4.000 et 5.000 dromadaires au cours de la semaine. « Cela laissera un peu de répit, mais cet abattage sera le premier d’une série » affirme Richard King, gestionnaire des terres Anangu Pitjantjatjara.

avatar
Brut.
8 janvier 2020 16:28