Les sangliers nains, potentielles victimes de la grippe porcine africaine

Ils ne sont plus que 300 dans le monde. Ce sont les sangliers nains. Et pour échapper à un virus mortel, la peste porcine africaine, les conservateurs n'ont qu'une solution : le confinement...

Les sangliers nains, potentielles victimes de la grippe porcine africaine

Des décennies de succès en matière de conservation pourraient être anéanties si ce virus mortel trouve une brèche.

Ce sont les sangliers les plus petits et les plus rares du monde : les sangliers nains, ou porcs pygmées . Aujourd’hui, ils sont confinés pour échapper à un virus mortel, la grippe porcine africaine. Cette maladie pourrait anéantir la population entière de sangliers nains, qui ne compte plus que 300 adultes environ.

Ni vaccin viable, ni remède

Comme le Covid-19, la grippe porcine africaine n'a ni vaccin viable, ni remède. Les autorités affirment que lors de sa première apparition en Inde en 2020, elle a tué au moins 16.000 porcs domestiques. Elle se transmet facilement par contact direct entre porcs ou sangliers.

Le personnel travaillant dans les foyers d'élevage où des porcs pygmées sont présents prend des précautions très strictes pour réduire le risque d'infection. Les visiteurs ne sont pas autorisés, les scientifiques ont dressé des clôtures de sécurité autour des installations, et personne ne peut se garer à proximité.

On les croyait éteints jusqu’en 1971

On ne trouve des sangliers nains que dans l’État d’Assam, au nord-est de l’Inde et dans certaines régions du Bhoutan. Ces petits sangliers ne mesurent que 25 cm de haut et sont parmi les rares mammifères à construire leur propre niche. Ils sont en danger critique d'extinction et font l'objet d'un effort concerté de conservation.

Dans les années 1960, on les croyait éteints. Jusqu’en 1971, quand on en a découvert dans la réserve naturelle de Bornadi, en Assam. Un programme d'élevage en captivité a permis de faire passer leur nombre de quelques dizaines à plusieurs centaines. Cependant, la dégradation de leur habitat continue de menacer leur espèce. Et des décennies de succès en matière de conservation pourraient être anéanties si la grippe porcine africaine trouve une brèche…

avatar
Brut.
19 août 2020 06:19