Réchauffement : les habitants de cette île contraints de déménager

Les habitants de cette île vont devoir déménager à cause du réchauffement climatique et de la montée des eaux... Voici ce qu’il se passe.

L’obligation de quitter l’île en 2023

L’île de Gardi Sugdub appartient au Panama. Il s'agit d'une toute petite île, grande comme environ 3 terrains de foot. 1200 personnes y vivent, principalement issus de la communauté guna qui s'y est installée il y a près d'un siècle. Dans quelques mois, en 2023, tous ses habitants seront relocalisés dans des “maisons modernes” sur le continent. Ce n'est pas une surprise pour eux, ce plan a été prévu par les autorités panaméenne il y a une dizaine d'années. Réchauffement climatique : dès 1971, Total savait mais n'a rien fait

La plupart de l’archipel bientôt sous l’eau

Sur place, les conditions de vie sont en effet de plus en plus compliquées. Lorsque la marée monte, l'eau s'infiltre dans certaines maisons, obligeant les habitants à déplacer leurs affaires à l'étage. Un professeur de l’île interrogé par le Wall Street Journal raconte que “les élèves et les professeurs viennent à l'école avec des bottes en caoutchouc car ils doivent marcher dans l'eau pour atteindre les classes”. Ces glaciers vont "très probablement" disparaître d’ici 2050

L’île de Gardi Sugdub ne sera pas la seule à être submergée par la mer des Caraïbes. Sur les 365 îles de l'archipel de San Blas, seules quelques dizaines sont habitées dont 39 par la communauté guna selon le média The Independent. La plupart de ces 39 îles devraient bientôt être sous l'eau, affirme un chercheur interrogé par le Wall Street Journal, la population devant quitter les territoires de ces zones à risques. En France, la Camargue déjà menacée par la montée des eaux

400 millions de personnes dans le monde concernées par la montée des eaux

“Si on se fie aux prévisions actuelles en matière d'élévation du niveau de la mer, il est quasiment certain que dans les 20 prochaines années, les Gunas vont devoir commencer à quitter ces îles et que d'ici la fin du siècle, la majorité d'entre elles devront probablement être abandonnées” a expliqué Steven Paton, directeur du programme de surveillance physique à l’Institut de recherche tropicale Smithsonian.

Une théorie confirmée par le gouvernement panaméen également interrogé par le Wall Street Journal. “Petit à petit, tous les Gunas vont devoir être déplacés. Au moins, nous avons le temps d'ici 2050 pour les déplacer progressivement vers le continent” a précisé Ligia Castro, chargée de la politique sur le changement climatique au Ministère de l’Environnement du Panama. Au sommet du Kilimandjaro, il constate la fonte des glaces

Au-delà d’archipel de San Blas, près de 400 millions de personnes dans le monde pourraient être concernées par la montée des eaux d'ici la fin du siècle d'après une étude publiée en juin 2021 dans Nature Communications, particulièrement en Indonésie.

avatar
Brut.