"Destins liés", une websérie de science-fiction avec les moyens du bord

Hadja est factrice et réalisatrice. Alexandre est prof et producteur. Et avec les moyens du bord, ils tournent une websérie de science-fiction : "Destins liés".

« Destins liés », la websérie aux petits moyens

Dans un quartier populaire de Paris, des jeunes tournent une websérie avec les moyens du bord. Ce projet mêlant actualité et surnaturel est une façon, pour eux, de briser les clichés autour des jeunes de cités.

Hadja Soumaré est étudiante, factrice et réalisatrice. Avec Alexandre Munoz-Cazieux, producteur, enseignant et étudiant, ils tournent une websérie : Destins liés. À travers ce projet, réalisé avec les moyens du bord, les étudiants souhaitent mettre fin aux stéréotypes pesant sur les jeunes de cités. « Je viens en Vélib’ avec l’équipement : une Canon 6D, deux objectifs. On fait à manger nous-mêmes pour les acteurs », indique Alexandre Munoz-Cazieux.

Réalité et science-fiction

Destins liés raconte l’histoire d’un lycéen, Conan, forcé à déambuler dans son quartier à cause du contexte actuel. En effet, les metteurs en scène souhaitent que l’intrigue soit plongée au cœur de l’actualité. Dans cette histoire, le protagoniste se retrouve au cœur d’aventures avec ses amis, après avoir trouvé un carton rempli de produits Apple.

C’est Sidy Ndiaye qui joue le rôle principal, Conan. Il est lui-même lycéen, en terminale. Cette année, il devra passer le baccalauréat. « J’ai fait trois ans de théâtre. La réalisatrice m’avait pris pour des petits courts-métrages qu’elle faisait, et quand elle a réalisé son gros projet, elle m’a contacté pour passer un casting. J’ai passé le casting et au final je me suis retrouvé à jouer le rôle de Conan », raconte Sidy Ndiaye.

La websérie mêle réalité et surnaturel. À travers l’aspect fantastique du récit, Alexandre Munoz-Cazieux entend utiliser les récits traditionnels ivoiriens. Il souhaite aussi ajouter de la science-fiction des temps modernes : il fait notamment allusion aux vaccins et aux tests pour le Covid.

avatar
Brut.
20 novembre 2020 20:03