Anaëlle Guimbi raconte son engagement contre le cancer du sein

Parce que la lutte contre le cancer du sein est plus importante qu'un concours de beauté, Brut a interviewé Anaëlle Guimbi sur son engagement.

Elle montre un sein pour une campagne contre le cancer et se fait disqualifier du concours de Miss Guadeloupe

Montrer un sein, même pour la bonne cause, est « contraire aux valeurs de Miss France ». La candidate déchue Anaëlle Guimbi, 20 ans, ne conteste pas cette décision, mais la regrette.

Anaëlle Guimbi ne pensait pas qu’un simple post Instagram aurait pris de telles proportions… Le vendredi 21 août, jour de l’élection de Miss Guadeloupe, la candidate publie une photo pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein. On la voit le sein nu, simplement recouvert d’une fleur dessinée à la peinture rose et blanche.

« Je pense qu’il faudrait arrêter de sexualiser le corps de la femme pour tout et n’importe quoi »

Il n’en faut pas plus pour disqualifier la jeune femme. Car chez Miss France et dans ses comités régionaux, montrer un sein, même pour la bonne cause, c’est éliminatoire. « Malheureusement, cette magnifique aventure qu’est Miss Guadeloupe s’arrête ici pour moi. Les photos que vous voyez s’avèrent être contraires aux valeurs de Miss France », a annoncé la jeune femme quelques heures avant le début de la compétition.

Cette décision, Anaëlle Guimbi ne la conteste pas, mais elle la regrette. « C’est super important de sensibiliser tant qu’on peut le faire », assure la jeune femme. Qui poursuit : « Il y a un vrai tabou à briser. Je pense qu’il faudrait arrêter de sexualiser le corps de la femme pour tout et n’importe quoi. Mais c’est un travail qui sera de longue haleine, puisque ça a l’air d’être ancré dans la mentalité. Et je ne pense pas que ce soit seulement chez les Français, je pense que c’est un peu partout. »

« C’est grâce à ma tante que cette cause me tient autant à coeur »

Le cancer du sein est un sujet qui touche directement Anaëlle Guimbi. Sa propre tante en a en effet souffert, et elle a dû subir une ablation du sein. « Cette femme, c’est l’exemple de la résilience pour moi, puisque ça a été très dur pour elle. Ça a été très difficile et malgré ça, elle a toujours été forte, elle a toujours su nous donner l’exemple. Et je pense que c’est grâce à elle que cette cause me tient autant à coeur. »

Parmi les cancers féminins, le cancer du sein est le plus fréquent. On estime que près d'une femme sur neuf sera concernée dans sa vie. En France métropolitaine et en Outre-mer, le dépistage organisé est proposé à toutes les femmes entre 50 et 74 ans, et il est pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie. Un dépistage, c’est une palpation des seins et une mammographie. Et il est primordial : aujourd'hui, plus de trois cancers du sein sur quatre sont guéris !

avatar
Brut.
24 août 2020 18:16