Christiane Taubira : "L’histoire de l’esclavage est l’histoire d’un crime contre l’humanité"

Brut avait rencontré l’ancienne ministre de la Justice lors d’une marche en 2018. Elle avait passé un message fort.

Le message de Christiane Taubira sur l’histoire de l’esclavage

Brut avait rencontré l’ancienne ministre de la Justice lors d’une marche en 2018. Elle avait passé un message fort.

Présente à la marche en hommage aux victimes de l'esclavage de mai 2018, Christiane Taubira avait un message à faire passer.

« Nous devons nous battre pour la traite d'êtres humains aujourd'hui »

Nous qui sommes libres, qui pouvons vivre dans des sociétés où nous pouvons nous exprimer. Avec toutes les limites que ça suppose, avec les inégalités qui nous frappent aussi, avec les injustices qui sont là, avec les préjugés qui sont encore tenaces, avec des discriminations, des stigmatisations, qui sont encore là. Néanmoins, nous avons une capacité de mobilisation. Une capacité à nous battre.

Et nous devons nous battre effectivement, pour les oppressions d'aujourd'hui, pour les exploitations pour l'esclavage d'aujourd'hui, pour la traite d'êtres humains aujourd'hui. Pour protéger tous ceux qui, sur la planète, quelque part, sont confrontés à ces fléaux.

« La dignité humaine est inaliénable et la fraternité est un combat »

Être présente ici fait partie d'un long parcours, de combats que je mène depuis très, très longtemps, parce que l'histoire de la traite négrière et de l'esclavage est l’histoire d'un crime contre l'humanité. Il laisse aujourd'hui des traces dans les sociétés européennes qui ont été des métropoles coloniales, dans les sociétés africaines qui ont été le réservoir de captifs et dans les Amériques, les Caraïbes et l'Océan Indien.

C'est une histoire mondiale et c'est une histoire qui a aujourd'hui des traces extrêmement importantes. Elle me concerne directement parce que je viens d'un territoire qui a été une société d'esclavage. Mais elle me concerne tout simplement en tant qu'être humain parce que je considère que les droits humains sont intemporels, je considère que la dignité humaine est inaliénable et je considère aussi que la fraternité est un combat.

avatar
Brut.