Covid-19 : comment le gouvernement a évolué dans sa communication

Tracking, masques, fermeture des écoles… Comment le gouvernement a évolué dans sa communication.

L’évolution de la com du gouvernement face au Covid-19

Changements de cap et contradictions… Les ministres se marchent sur les pieds.

Le tracking

26 mars

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur : « Le tracking, ça n’est pas notre souhait, nous n’y travaillons pas. Un groupe d’experts de ces sujets-là a fait un diagnostic de tout ce qui se faisait dans les pays étrangers. Comme vous, j’ai connaissance de ces méthodes-là, mais je crois que ça n’est pas la culture française. Je fais confiance aux Français pour que nous n’ayons pas besoin de mettre en place ces systèmes, qui, au fond, atteignent la liberté individuelle de chacun pour être efficaces. Donc ça n’est pas un sujet sur lequel nous travaillons. »

5 avril

Christophe Castaner : « Le tracking fait partie des solutions retenues par un certain nombre de pays, donc nous aurons fait le choix de travailler en lien avec eux pour regarder ces solutions. Mais je suis convaincu que si elles permettent de lutter contre le virus, et si, évidemment, elles respectent nos libertés individuelles, c’est un outil qui sera retenu et soutenu par l’ensemble des Français. »

Les masques

28 février

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé : « Les masques sont inutiles si vous n’êtes pas malade, si vous n’avez pas été personne contact proche de personnes malades et que le port du masque ne vous a pas été recommandé. »

6 mars

Olivier Véran : « Dans la situation actuelle, j'insiste : l'usage du masque en population générale n'est pas recommandé et n’est pas utile. »

3 avril

Jérôme Salomon, directeur général de la Santé : « Tous ces masques permettent de se protéger des postillons, de se protéger quand on est en face à face. Les transmissions gouttelettes se font en face à face à moins d’un mètre, donc si nous avons accès à des masques, nous encourageons le grand public, s’il le souhaite, à porter des masques, en particulier ces masques alternatifs qui sont en cours de production. »

7 avril

Olivier Véran : « Il n’y a aucune décision de recommandation de port du masque ni obligatoire ni recommandé, en tout cas à ce stade, pour la population générale. »

Les fermetures d’écoles

12 mars

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale : « Nous n’avons jamais envisagé la fermeture totale parce qu’elle nous semble contreproductive. Quand vous fermez les écoles de tout un pays, ça signifie que vous paralysez en bonne partie ce pays. »

Emmanuel Macron, président de la République : « Pour notre intérêt collectif, dès lundi et jusqu’à nouvel ordre, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermés. »

16 mars

Jean-Michel Blanquer : « Nous avons fait, avec le président de la République et le Premier ministre, ce qu’on a fait depuis le début : on suit ce que demande l’autorité sanitaire. À partir du moment où ils ont dit "il faut tout fermer", on a estimé qu’il fallait tout fermer. »

avatar
Brut.
8 avril 2020 06:29