retour

Masques : le système D dans les hôpitaux

"Face à la pénurie de masques, c'est un peu le système D." Masques Decathlon, visières artisanales… Voilà comment certains soignants se débrouillent pour se protéger.

Covid-19 : face à la pénurie de masques, le système D

Le Pr Philippe Juvin, chef du service des urgences à l'hôpital Georges-Pompidou, détaille comment les soignants réalisent leurs propres masques, à défaut d’en avoir.

« Face à la pénurie générale de matériel, de masques, etc., c’est un peu le système D. On essaie de se protéger comme on peut », admet le Pr Philippe Juvin, médecin anesthésiste-réanimateur et chef du service des urgences à l'hôpital Georges-Pompidou. Pour Brut, il explique comment les personnels soignants tentent de confectionner leurs propres masques pour se protéger et protéger au mieux leurs patients du Covid-19.

: Le masque fabriqué grâce une imprimante 3D

Première option : le masque fabriqué grâce une imprimante 3D. « C’est fait à 20 mètres d’ici, dans le laboratoire de l’Inserm qui est juste à côté », indique le médecin réanimateur. Ce qui est imprimé, c’est une sorte de cadran noir - le haut du masque – et un élastique. Les soignants se munissent ensuite d’un intercalaire en plastique transparent, et ils y font des trous pour les attacher au cadran avec l’élastique. Le résultat obtenu est similaire à un masque de soudeur, esthétiquement parlant. « C’est évidemment extrêmement utile. Ça nous protège du Covid-19 », reconnaît le Pr Juvin.

Même si cette option n’est pas idéale, il est rassuré d’avoir trouvé une solution à court terme. « L’important, c’est que ça marche. Il faut être pragmatique. Je préfèrerais avoir le truc super moderne des Chinois semblent avoir… Mais on fait avec, et ça marche ! Quand j’examine un patient, s’il éternue, s’il crache, s’il tousse, je suis protégé. C’est une énorme invention. »

Le masque de plongée Decathlon

Deuxième option : le masque de plongée Decathlon. La firme en a envoyé plusieurs caisses à l'hôpital Georges-Pompidou, et dans les tous les établissements de France. Elle a par ailleurs retiré ces masques de la vente pour les réserver aux soignants qui luttent contre le Covid-19. L’entreprise a également envoyé des lunettes de plongée aux hôpitaux. « Il faut se protéger les yeux. On a des lunettes fournies par l’hôpital, qui sont assez hautes. Decathlon n’a pas de lunettes aussi hautes, mais c’est mieux que rien », reconnaît le médecin.

Les dons

Plus chanceux : les médecins qui reçoivent des masques conventionnels en cadeau. « Ce sont des gens vraiment bienveillants qui ont chez eux ou dans leur usine. Ils nous les envoient. Je les remercie parce que… bon, à l’hôpital, on en a, mais je vais les envoyer là où il y en a vraiment besoin : dans un Ehpad à côté, par exemple, ou à des collègues libéraux, qui sont en ville, qui sont tout seuls », se réjouit le Pr Juvin.

Autre don qui serait utile aux soignants, et que le médecin aimerait beaucoup recevoir : des combinaisons. Il explique : « Il nous faudrait des tenues complètes. Souvent, elles sont blanches, pour faire de la peinture. Ces tenues qu’on enfile complètement en une seule pièce, qui vous couvrent des pieds au cou, voire avec une capuche. Ça, ça serait très utile parce qu’il y a des zones où on évite de toucher les murs parce qu’il y a du virus partout, et on veut éviter de se contaminer nous-mêmes. Là, on n’est pas très riches. » Le médecin note par ailleurs que même en termes de blouses, les hôpitaux sont plutôt pauvres…

31/03/2020 10:02mise à jour : 31/03/2020 10:02
  • 6.9M
  • 5.8K

1 commentaire

  • Jihade El boujadaini
    31/03/2020 16:37

    les pauvre il doive fabriquer eu même leurs masque la honte

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.