Crise des opiacés : l’audition musclée d’un cadre de McKinsey

Une députée américaine recadre un cadre de McKinsey, entreprise accusée dans l’affaire des opiacés aux Etats-Unis.

“Pour moi, c’est comme du trafic, n’est-ce pas ?”

“Si quelqu’un peut m’expliquer la différence entre McKinsey/Big Pharma, le cartel des opiacés et les organisations telles que celles de Pablo Escobar, je vous écoute.”

C’est ce qu’a lancé, le 27 avril 2022, lors d’une audition, la députée américaine Rashida Tlaib à un cadre du cabinet de consulting McKinsey.

Depuis quelques mois, McKinsey est accusé d’avoir aidé Big Pharma a augmenter ses ventes du médicament OxyContin, un opiacé reconnu pour être extrêmement addictif.

“Depuis 15 ans, vous savez tous que la stratégie de McKinsey est de cibler les médecins qui rédigent beaucoup d’ordonnances, ceux qui gèrent les ‘moulins à pilules’.

Vous faites du trafic. Vous avez beau porter des costumes, avoir des bureaux de luxe, vous faites exactement la même chose” a déclaré la députée.

Aux États-Unis, les opiacés tuent plus que les armes à feu et les accidents de la route réunis.

“Vous faites du chiffre en empoisonnant les gens”

En 2013, la FDA (Administration américaine des denrées alimentaires et médicaments) annonçait de nouvelles restrictions sur les opiacés, dont l’instauration d’un encadré sur les boîtes d’OxyContin afin d’informer les femmes enceintes sur les risques du médicament.

Ces informations auraient été indiquées, de manière quasiment cachées, sur les boîtes selon la députée.

“Vous étiez bien contents de penser que cet avertissement n’allait pas faire tomber à l’eau les plans de McKinsey pour booster les ventes du médicament. Pendant que McKinsey était occupé à célébrer cet argent gagné dans le sang, des communautés étaient déchirées”.

Retrouvez le combat de Juliette Boudre après la mort de son fils d’une overdose d'anxiolytiques et d'opiacés.

avatar
Brut.
6 mai 2022 09:12