retour

Des bougies dans les vignes pour les sauver du gel

Ces photos de bougies au milieu des vignes attirent le regard. Elles ont surtout un objectif : sauver les cultures du gel. Vigneron, Charles nous explique comment…

Des bougies dans les vignes pour les sauver du gel

Ces photos de bougies au milieu des vignes attirent le regard. Elles ont surtout un objectif : sauver les cultures du gel. Vigneron, Charles nous explique comment…

“Ces semaines-là, elles sont vraiment cruciales pour nous viticulteurs, pour notre métier. Tout notre travail réalisé tout au long de l’année sur les vignes se joue maintenant.“

L’objectif avec ces bougies : maintenir la température du sol au-dessus des -2 degrés. Charles est vigneron et sommelier à Parçay-Meslay, et il s'est levé à 5 h du matin pour lutter contre le gel. Il témoigne : "Ces semaines-là, elles sont vraiment cruciales pour nous viticulteurs, pour notre métier. Tout notre travail réalisé tout au long de l’année sur les vignes se joue sur ces semaines-là.

En plus des bougies, le recours à d’autres méthodes

Les bougies ne pouvant pas couvrir l’intégralité du domaine, les vignerons ont recours à d’autres méthodes de protection contre le gel. Il font notamment brûler de la paille en bout de parcelle, créant ainsi un nuage assez épais au-dessus des parcelles pour pouvoir couvrir les bourgeons des premiers rayons de soleil qui vont générer le gel. Une autre technique consiste à survoler les champs avec des hélicoptères pour garder la chaleur au sol ou à asperger les vignes d’infusion de tisane.

“On est tous dans la même galère malheureusement et le fait d’être tous ensemble pour lutter contre le gel donne un peu de baume au cœur.”

Loin d’être anecdotique, la lutte contre le gel touche l’ensemble des vignerons des régions viticoles. “Là, on s’est liés à sept pour pouvoir lutter tous ensemble contre le gel, donc ça passe par aider le voisin à allumer ses bougies s'il manque de personnel.” confie Charles. Il ajoute : “On est tous dans la même galère malheureusement et le fait d’être tous ensemble pour lutter contre le gel, bah ça nous donne un peu de baume au cœur.” La lutte contre le gel constitue donc également un évènement particulièrement fédérateur pour les vignerons.

09/04/2021 17:04mise à jour : 09/04/2021 19:47
  • 665K
  • 839

526 commentaires

  • Richard P.
    22/04/2021 16:30

    Reculé pour mieux sauter, inutile car c'est la nature qui gagnera, résultat d'années où tous ces gens faisaient n'importe quoi ! Et je vous parie que ces gens là, qui utilisent les bougies, vont nous vendre du vin bio !

  • Anthony R.
    16/04/2021 21:50

    Game of thrones 🤣🔥

  • Angeliique G.
    16/04/2021 09:44

    c'est de ça que je vous parlais mercredi soir au téléphone.

  • Instants T.
    16/04/2021 09:36

    interroger donc les "responsables" pourquoi il est nécessaire de le faire !

  • Indie C.
    14/04/2021 14:23

    Pour éclairer le dernier voyage de mon Indie

  • Annick D.
    14/04/2021 12:34

    Félicitations pour votre travail

  • Annick D.
    14/04/2021 12:30

    Super jolie j’avais vue à à télé je suis trop loin j’aurais bien aimé regarder s’est magnifique il faut bien sauver les vignes pour avoir du bon champagne 🤣

  • Fred K.
    14/04/2021 08:51

    euh, combien coûte 1 bougie?

  • Delphine O.
    13/04/2021 15:31

    t’as vu

  • Lola O.
    13/04/2021 14:02

    this is what i was telling you about 😞

  • Colombine M.
    13/04/2021 13:14

    "On ne va pas se faire que des amis mais... est-ce que ce monde est sérieux ? Depuis plusieurs jours, et désormais chaque année, les médias nous abreuvent de ces images de vignes chauffées à la "bougie" à perte de vue. Certains vont jusqu'à utiliser des hélicoptères. Les images sont tragiquement belles, marquantes surtout. Les vignerons luttent pour préserver un produit du terroir, le portrait est quasi hollywoodien. Un cocktail sémantique parfait qui a tendance à anéantir notre esprit critique. Parce que cette vision est aussi un symbole tragique de notre incapacité collective à prendre le problème du changement climatique sur le long terme. Nous voilà misérablement en train d'essayer de résorber des problèmes dans l'urgence, dans la panique et surtout dans une fuite en avant consternante de pollutions supplémentaires, le tout dans l'espoir de maintenir notre appareil productif dans de nouvelles conditions climatiques. L'équation est intenable. Mais tous les vignerons ne sont pas à blâmer pour autant. Beaucoup l'ont rappelé, le phénomène du gel d'avril n'a rien de nouveau. Ce qui est différent, c'est un printemps en avance avec des pics de chaleur anormaux avant ces épisodes de gel. Ce sont ces extrêmes climatiques, de 20° à -5° en quelques jours, qui posent problème. Par ailleurs, ce phénomène se couple avec l'industrialisation du secteur et l'augmentation des surfaces en monoculture avec coupe des arbres qui, avant, jouaient un rôle protecteur contre le gel. Les vignobles expliquent en effet que c'est l'écart de température rapide qui tue les bourgeons. Ceux-ci gèlent la nuit et fondent trop rapidement face aux puissants rayons du soleil du matin. Le choc thermique tue les bourgeons gelés. Une des techniques consiste d'ailleurs à générer des brûlis de paille pour créer un voile de fumée grise qui bloque les premiers rayons du soleil au matin, pour ralentir le dégel. Énormément de médias ont ainsi publié ces images étonnantes, tel un combat perdu d'avance CONTRE la nature. Mais combien ont clairement pointé la problématique de la pollution, des activités humaines, la déforestation et le changement climatique ? Pourquoi serait-ce un combat contre la nature et pas contre nos pollutions qui génèrent des difficultés nouvelles pour les agriculteurs ? Comme si la négation de notre responsabilité collective était la norme. Entendez, "le méchant", c'est la Nature...pas l'Humain. Voilà qui est bien confortable. Les professionnels ont tout intérêt à prendre la question du changement climatique très au sérieux avant qu'il ne soit trop tard. Car toutes les bougies du monde et les hélicoptères high tech ne suffiront pas à arrêter la vague que nous avons nous-mêmes provoquée. Partout dans le monde, les extrêmes climatiques deviennent la norme. Il est temps d'arrêter de se trouver des excuses pour comprendre que nous sommes tous dans le même bateau, et que la prise de conscience du problème global est urgente pour sauver les vignes à long terme, et pas chaque année dans la panique. Si nous ne faisons rien en pleine conscience, la situation est vouée à se dégrader. Et il ne faudra pas blâmer mère nature et les écolos mais bien nos comportements destructeurs. Pourtant, il n'y a pas plus tard qu'une semaine, un grande groupe d'agriculteurs (Les Agriculteurs de France) insultaient publiquement les écologistes d' "écolos à la con" récoltant des milliers de likes réactionnaires. C'est visiblement à la mode d'insulter un vague groupe de personnes simplement conscientes de la gravité des enjeux de notre temps. Et cet enjeu c'est de maintenir une terre vivable autant pour les habitants que pour les agriculteurs. Les écolos systématiquement blâmés n'ont pourtant aucun pouvoir politique, contrairement aux industriels et aux gouvernements successifs qui défendent la croissance des productions sans fin. Le fait est que l'ignorance, l’indifférence, la négation médiatique et le mépris envers les chercheurs qui alertent sur le bouleversement du "système terre" va conduire à l'extinction pure et simple de nombreuses pratiques agricoles d'ici la fin du siècle. On ne pourra pas dire qu'on ne savait pas. Le moment venu, il ne faudra pas blâmer ceux qui osaient dire la vérité froide, aussi difficile et impopulaire soit-elle. - "

  • Trist O.
    13/04/2021 12:31

    Comme tous les ans, et oui en avril ya des gelées... Toujours a demander des subventions, comme tous les ans : ya eu de la grêle, de la pluie, canicule, des gelées... vous voulez quoi mettre des amendes a la météo ? Sans parler des pesticides, fongicides engrais et autre helico qui tourne toute la nuit pour réchauffer les cultures... Ils faisaient comment avant je me pose la question..

  • Emilie S.
    13/04/2021 11:40

    😥

  • Den L.
    13/04/2021 11:04

    Courage à nos producteurs .

  • Pat S.
    13/04/2021 09:09

    La dur réalité du changement climatique... Et la "politique de la patate chaude" ... (c'est pas moi c'est l'autre...)

  • Priscillia A.
    13/04/2021 08:38

    C'est la nature!!! C'est ainsi!!

  • Nanny D.
    13/04/2021 07:19

    En Normandie à 8h.3o ce matin c etait encore tout blanc, il a dû geler fort. Les Saints de Glace sont debut Mai ....hélas pour tous les vignerons et autres agriculteurs. Bon courage à eux tous !

  • Mortadelle G.
    13/04/2021 07:11

    Vigne: 1 - planète: 0

  • Billy Z.
    13/04/2021 06:41

    Si les AOP ne survivent pas au réchauffement climatique, il faudra s'en passer. Il faudra que les pouvoirs publics l'acte. Il me semble qu'il y a des vignerons qui cultivent "ce qu'ils veulent" dans des labels bio / naturels ou ce genre de chose, en faisant fi de l'AOP. Et si l'AOP c'est bon pour l'export. Pour la compétition face aux vins californiens / australiens /espagnols etc... Ben ptetre que le vignoble français, à cause du réchauffement climatique, ne pourra plus garder de "prestige" face à ceux là. C'est triste, mais ça a pas l'air évitable. Des espèces qui fleurissaient bien ici il y a 200 ans ne pourront plus y vivre "naturellement".

  • Sylvain B.
    13/04/2021 05:59

    Nous avons chaque jour des pratiques pour cultiver notre connerie, aujourd'hui nous croyons que l'on va défier la météo en allumant des bougies 🤣🤣!