retour

Enfants victimes de violences : l'appel à l'aide de Thierry Beccaro

Les violences contre les enfants continuent pendant le confinement. Thierry Beccaro en a lui-même souffert. Aujourd'hui ambassadeur pour l'Unicef, il lance sur Brut un appel à l'aide.

Thierry Beccaro : « En confinement, la violence sur les enfants, elle doit se manifester encore plus souvent que d’habitude »

L’homme de télévision a lui-même été battu dans son enfance. En cette période d’isolement, il alerte sur l’absence d’échappatoire pour les enfants violentés au quotidien.

Avant de devenir un animateur télé à succès, Thierry Beccaro a été un enfant maltraité par son père. Aujourd’hui, il alerte les enfants – et les plus grands – sur l’omniprésence de la violence dans certains foyers. Une violence décuplée en période de confinement.

Pour soutenir l'Unicef dans sa lutte contre la maltraitance infantile, c'est par ici(target="blank") ou par ici.

« Je suis passé par cette phase de maltraitance, et je n’étais pas confiné »

C’est à toi que je vais parler, mon petit pépère. Je vais te demander d’être courageux, parce que je sais que c’est compliqué. Si je suis encore là pour témoigner, c’est parce que je suis passé par là. Je suis passé par cette phase de maltraitance, et je n’étais pas confiné.

Je pouvais m’évader. Je pouvais aller à l’école. Je pouvais aller faire du sport. Il n’y avait que quand je rentrais à la maison que c’était difficile. Mais là, les enfants, ils ne peuvent pas s’évader. Là, ils ne peuvent pas aller à l’école. Ils ne peuvent pas aller faire du sport.

« Si on te fait du mal, tu peux appeler un numéro : le numéro 119 »

Donc, c’est compliqué. Donc la violence, elle doit se manifester encore plus souvent et plus rapidement que d’habitude. Alors, loin de moi l’idée de porter un quelconque jugement. Je sais que c’est difficile. Je sais que c’est difficile. Je sais qu’il faut faire les devoirs. Je sais qu’il faut faire du télétravail. Je sais, je sais, je sais, je sais…

Mais il n’y a rien… Il n’y a rien qui justifie qu’on tape un enfant. Alors, petit bonhomme, ou ma petite mémère, j’ai envie de t’appeler comme ça… Si tu regardes cette vidéo, il faut bien que tu comprennes qu’on n’a pas le droit… On ne peut pas te faire du mal. Si on te fait du mal, tu peux appeler un numéro : le numéro 119.

« Ne te laisse pas faire »

Tu te mets dans un coin. Tu attends un petit peu, le soir, et puis tu téléphones. Il y aura toujours quelqu’un pour t’écouter, pour te répondre. Et tu pourras raconter tes malheurs. Parce que des enfants comme toi, il y en a beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup… On ne sait pas exactement combien.

Mais il y en a parfois qui meurent sous les coups de leurs parents ou d’un proche. Et ça, c’est insupportable. On n’a pas le droit de te taper. Si tu sens que parfois on te touche et que ça te met mal à l’aise, ne te laisse pas faire. Ne te laisse pas faire. Appelle le 119.Et puis, il y a plein d’associations qui sont prêtes à t’aider. Vraiment, vraiment.

« Un enfant battu, quand il a la chance de survivre, il est enfermé pour la vie »

Et puis, vous qui m’écoutez, si vous êtes un peu plus grands, si vous vous sentez concernés, de près ou de loin, sachez qu’un enfant, un enfant battu, quand il a la chance de survivre, quand il est toujours là, comme je le suis aujourd’hui, j’ai envie de dire qu’il est enfermé pour la vie.

Il a du mal à avancer. Dans sa tête, c’est compliqué. Dans son cœur, c’est compliqué. Ça fera un adulte fragile, brisé. Les fessées, les raclées, ça n’en aura pas fait un homme. Non. Même si une fessée, ça n’a jamais tué personne… eh bien, si ! Si ! Si, si, une fessée, ça peut tuer. Une raclée, ça peut tuer.

« Si vous entendez quelque chose qui vous paraît suspect, allez-y »

J’ai presque envie de me mettre en colère, là, quand je dis ça. Il faut arrêter avec ces petites phrases. Il faut arrêter avec ça, les « violences éducatives ordinaires », surtout en période de confinement. Donc, si vous entendez un bruit, si vous entendez au-dessus de chez vous, ou en-dessous, quelque chose qui vous paraît suspect, allez-y.

Allez-y. Vous allez taper à la porte. Peut-être que vous allez vous tromper. Mais peut-être que vous aurez raison. Et si vous avez raison, eh bien, vous allez sauver une vie.

11/04/2020 07:00
  • 3.1M
  • 3.4K
Brut - Le livre

3046 commentaires

  • Ginette N.
    08/09/2020 08:11

    Vous étés très courageux mr

  • Maryse P.
    22/08/2020 08:54

    Mon frère et moi avons subi les coups et la violence verbale, mon frère a été mis à la rue à 15 ans et moi j’ai dû attendre 20 ans !! Les voisins n’ont jamais réagi !!! Des lâches !!

  • Julie W.
    11/08/2020 08:38

    Un enfant battu, maltraité, humilié depuis se petite enfance culpabilise se disant que c'est mérité, qu'il n'a pas été sage.... Le pire, c'est qu'il adule ses parents maltraitants, et les protégera en ne disant rien. Ce n'est que plus tard qu'il comprend que ce n'est pas normal, hélas, trop tard......

  • Sihem T.
    10/08/2020 09:00

    Dit aussi au gouvernement quand en mai des enfants a genoux devant leur école c est une violence

  • Nadege G.
    09/08/2020 06:48

    Courage on oublie pas

  • Jean-Paul P.
    07/08/2020 09:55

    😲

  • Myriam D.
    02/08/2020 13:09

    Merci beaucoup d'être là Monsieur c'est vrai qu'on peut pas frapper les enfants s'il y a des gens comme vous bon courage des enfants le monde change changera que dieu vous bénisse amine amine dieu est grand vous inquiétez pas

  • Rose K.
    01/08/2020 16:02

    Quelle triste histoire 😢😢

  • Anna H.
    30/07/2020 13:19

    Bravo Thierry tu es formidable j'espère que le temps bouchera un jour ces moments difficiles que tu as connus je le souhaite pour toi même si c'est difficile tu as une belle âme pour y arriver et pardonner je t'embrasse 😘 très fort continue ta route en paix 🕊 🙏🏿🙏🏿😈🙏🏿😇👄

  • Liliane M.
    29/07/2020 03:24

    Il y a aussi la violence psychologique...

  • Aude M.
    28/07/2020 17:59

    Respect Monsieur !! En 1989, j'ai fait mon mémoire d'infirmière sur ce sujet et , à mon grand désarroi, je constate, que 30 ans plus tard la situation des enfants s'aggrave . J'en suis meurtrie

  • Regine D.
    28/07/2020 10:21

    Ça me fait beaucoup de peine d attendre que vous avez souffert de la maltraitence. mais c'est très bien d'en parler . Vous étiez responsable de rien. Mais je vous aime beaucoup.

  • Daniel R.
    27/07/2020 14:48

    Et les têtes à claques...!!!! Je plaisante

  • Leïla B.
    26/07/2020 18:08

    J'ai aujourd'hui 25 ans jai ete victime de violence de mes deux parents et pour moi aujourd'hui sa reste toujours très compliquée car je n'ai pas eu seulement des violence physique mais aussi les insultes ils m'ont toujours rabaisser humilier j'ai plusieurs fois plus petite penser a appeller ce numero mais j'avais peur je ne savais pas ou j'allais me retrouver jen garde de lourde séquelles des cauchemars horrible..

  • Stephane V.
    26/07/2020 07:37

    40 ans après rien n'a changé pour certains et même de pire en pire

  • Shelly D.
    25/07/2020 16:00

    Qu il.soit noir ou blanc qu il soit nait d'amour ou par accident malheur à celui qui blesse un enfant(ENRICO MACIAS

  • Martine R.
    23/07/2020 11:54

    Bravo Mr Beccaro de porter témoignage et d oeuvrer pour que ces violences cessent

  • Marie T.
    22/07/2020 18:29

    Bravo Thierry pour se témoignage touchant

  • Nicole O.
    21/07/2020 12:16

    BRAVO MONSIEUR

  • Madeleine B.
    18/07/2020 09:50

    Dénonçons la violence fait aux enfants

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.