Femmes trans, Jade et Jade parlent de l'hypersexualisation qu'elles subissent

"Arrêtez de penser que, vu que je suis transgenre et que mon vagin a été refait, je vais vous le montrer comme si j'allais vous montrer un tatouage." Conversation entre Jade et Jade, deux femmes trans qui parlent de l'hypersexualisation qu'elles subissent.

Femmes trans, Jade et Jade parlent de l'hypersexualisation qu'elles subissent

"Arrêtez de penser que, vu que je suis transgenre et que mon vagin a été refait, je vais vous le montrer comme si j'allais vous montrer un tatouage." Conversation entre Jade et Jade, deux femmes trans qui parlent de l'hypersexualisation qu'elles subissent.

“Ce fétichisme énorme qu'on a, nous porte énormément préjudice.”

Pour les deux Jade, il est urgent de mettre fin à la fétichisation des personnes transgenre. “Ce fétichisme énorme qu'on a, en fait il nous porte énormément préjudice parce que moi je suis une femme, aujourd'hui. Et, clairement, elle est une femme aussi”, confie l’une d’entre elles. Ainsi assignées à cette vision particulièrement sexualisante, les personnes transgenre peinent à se faire entendre et percevoir comme personnes “normales”, réclamant un respect égal à leurs homologues cisgenre.

“Le fait qu'on soit trans ne justifie pas la liberté d'expression aussi crue et sèche.”

L’une des interrogées estime que le seul fait d’être transgenre semble donner aux autres interlocuteurs, le droit d’aborder des thèmes relevant de l’intime. Elle précise : “Le fait qu'on soit trans ne justifie pas la liberté d'expression aussi crue et sèche.” Cette dernière explique également que les questions leur sont souvent posées sans aucun scrupule. Les deux réclament donc un égal traitement entre femme transgenre et cisgenre.

“Mais c’'est aussi grâce à ces femmes-là, ces travailleuses du sexe qu'aujourd'hui on a de la visibilité.”

Si ces préjugés sont aussi difficiles à effacer, c’est aussi en raison d’un imaginaire collectif imprégné par la forte médiatisation des travailleuses du sexe transgenre. L’une des Jade admet à ce propos : “Mais c’est aussi grâce à ces femmes-là, ces travailleuses du sexe qui se font entendre et tout, qui se font agresser, qui se font tuer, qu'aujourd'hui on a de la visibilité.” Il s’agit néanmoins pour elle, de s’émanciper de cette vision caricaturale et fétichiste.

avatar
Brut.
13 avril 2021 17:03