retour

Fukushima : la zone d'exclusion nucléaire, refuge pour les animaux

La vie marine, elle, reste menacée. L'eau qui a servi à éteindre les réacteurs nucléaires pourrait être reversée dans la mer.

À Fukushima, la nature reprend ses droits

Après l’explosion de la centrale nucléaire il y a dix ans, plusieurs espèces animales, comme des ours ou des renards, réinvestissent la zone.

Des animaux résilients et plus résistants

À Fukushima, les animaux reviennent sur les territoires abandonnés. Après l’explosion de la centrale nucléaire due à un séisme, plus de 80.000 Japonais ont abandonné leur domicile. Près de 10 ans après cette catastrophe, une vingtaine d’espèces sauvages prospèrent dans ces lieux désertés par les Hommes.

« La population de plusieurs espèces d’animaux sauvages est plus élevée dans les zones où les humains ont été évacués. Cela malgré les niveaux élevés d’exposition chronique aux radiations », explique Philippe Lyons, chercheur à l’Université de Géorgie. Par ailleurs, malgré la forte radioactivité toujours présente, les chercheurs n’ont pas observé de comportements anormaux.

« Des espèces comme les civettes ou les macaques japonais se portent assez bien dans la zone d’exclusion, peut-être en raison de l’évacuation des Hommes. Le renard roux se porte également assez bien, et les sangliers sont présents et se reproduisent. On a également observé des espèces comme l’ours noir d’Asie, un visiteur rare dans cette région, mais qui a commencé à la repeupler. Les espèces sauvages sont assure résilientes, et ces populations pourraient même devenir plus résistantes dans ces zones irradiées », développe Philippe Lyons.

Le problème de l’eau contaminée

Moins bonne nouvelle cette fois-ci : à Fukushima, plus d’un million de tonnes d’eau contaminée est stockée dans près de 1.000 réservoirs sur l’enceinte du site touché par la catastrophe de mars 2011.

Dans ces citernes est stockée de l’eau pour refroidir les réacteurs nucléaires, mais aussi celle de la pluie, des nappes souterraines et des montagnes de la zone radioactive. Chaque jour, ces eaux sont filtrées pour enlever autant que possible les éléments radioactifs. La compagnie Tepco a annoncé que de nouveaux réservoirs allaient être construits, mais qu’en 2022, ils seraient tous pleins.

L’ancien ministre japonais de l’Environnement, Yoshiaki Harada, a d’ailleurs affirmé en septembre 2019 que le rejet en mer de l’eau était « inévitable ». Il a été limogé rapidement après ses propos. Aussi les défenseurs de l’environnement et les pays voisins craignent-ils une catastrophe environnementale.

« Plus des trois quarts de l’eau stockée contiennent des matières radioactives à des niveaux qui ne sont ps sûrs pour la santé humaine. Au cas où l’eau serait rejetée dans les océans, l’eau contaminée de Fukushima ne serait plus le problème du Japon, mais un grave problème international », s’est inquiétée Moon Mi-Ok, vice-ministre des Sciences de Corée du Sud.

17/01/2020 19:20
  • 181.3K
  • 111

98 commentaires

  • Madeleine S.
    27/04/2020 04:50

    😡

  • Nordine F.
    19/04/2020 15:26

    Je suis content pour ces pauvres animaux qui sont tuer parfois meme sans aucune raison

  • Nordine F.
    19/04/2020 15:21

    C est incroyable

  • Sylvie R.
    08/04/2020 13:20

    La nature reprend ses droits

  • Elaine N.
    29/02/2020 07:19

    Et voilà fini la tranquillité pour les animaux pauvre bête

  • Francois Z.
    24/02/2020 22:33

    Envoyer cela dans l'espace, seul moyen de ne pas tuer des populations qui non rien demandées

  • Karima H.
    05/02/2020 12:35

    La nature reprendra toujours ces droits espérant pour ces animaux qu'ils ne soient pas impactés par les radiations sur place .

  • Christophe R.
    03/02/2020 11:50

    Moralité : l'humain est plus toxique pour la nature que les radiations 😁😂

  • Marina A.
    30/01/2020 12:29

    L'avenir de la planète...supprimer l'homme 😄

  • Aziz K.
    30/01/2020 00:20

    Quand les humains sont pas la

  • Fabienne H.
    28/01/2020 12:29

    😥😥 pauvres animaux

  • Florent G.
    24/01/2020 10:47

    😳😳😳😢

  • Alexis D.
    23/01/2020 15:08

    c'est des ouf !

  • Tristan C.
    23/01/2020 08:15

    Si les animaux s'y installent cest que cest viable. Le problème cest que si cest viable les humains vont vouloir récupérer les terres, alors que l'idée serait que d'une catastrophe humaine il en découle un espace protégé pour les animaux.

  • Virginie N.
    23/01/2020 08:06

    Ce qui est déprimant, c'est que les animaux n'ont presque plus de place parce que l'homme les a chassé de partout pour ses villes, ses maisons et ses cultures, qu'ils se retrouvrent à investir des zones qui sont dangereuses pour eux. Ils vont très certainement avoir des problèmes de santé importants par la suite, ne serait-ce qu'avec la contamination des sols :,(... Je suis désolée mais on devrait faire des limites pour les territoires humains très rapidement et dans tous les pays. La nature sauvage disparait à vu d'oeil ! Mais ça implique des contrôles de naissance pour limiter, voire mieux : diminuer la population humaine dont le surreffectif est monstrueux. Et ça, c'est compliquer à faire passer dans un monde où faire des enfants est vu comme un droit fondamental :/.

  • Nina C.
    22/01/2020 13:01

    Déjà 10 ans je n'en reviens pas

  • Philippe H.
    21/01/2020 23:36

    Non..ça ne s'arrêtera jamais.C'est trop tard.On peux juste retarder l'échéance.les dés sont pipés par nos politiciens

  • Don L.
    21/01/2020 22:47

    L’homme et la chose la plus impure de la planète c’est pourtant pas compliquer à percevoir...

  • Marie U.
    21/01/2020 06:50

    Un séisme responsable de la catastrophe?? 🤔

  • Sebastien P.
    21/01/2020 04:14

    Comme à Tchernobyl