Ils font l'école à la maison malgré les difficultés

En Charente-Maritime, cette famille en pleine campagne tente de faire l'école à la maison malgré les difficultés.

Ils tentent l’école à la maison… mais tout le monde n’est pas prof !

Une mère raconte les difficultés qu’elle éprouve à enseigner à ses enfants en période de confinement. Entre panne de réseau et manque d’autorité, ce n’est pas facile tous les jours…

En cette période de pandémie de Covid-19, il n’y a pas que les travailleurs qui sont confinés : les élèves aussi. Faute de place à l’école, ce sont les parents qui doivent leur faire apprendre leurs leçons, grâce aux cours des professeurs envoyés à distance. Mais tout n’est pas si simple : de nombreux parents ont un travail à côté, et avouent ne pas avoir l’autorité nécessaire pour faire classe… Une mère et ses deux fils témoignent.

« C’est pas mon boulot, à la base »

Tous les matins, Hélène récupère les cours de ses enfants, en CE1 et CM1, sur Internet. À l’issue de chaque cours, un devoir est à rendre et à envoyer par mail. Hélène l’avoue volontiers, elle est un peu épuisée. « C’est pas mon boulot, à la base : leur faire les cours, leur faire intégrer la leçon, leur faire comprendre… et puis, il faut sortir, sinon, c’est les parents qu’on va interner ! »

D’autant que de leur petite bourgade de Charente, Hélène et ses fils ne captent pas bien Internet. Résultat : tout est plus lent. « Ce matin, j’ai commencé à 8h30 et fini à 15h30 », soupire Hélène. Mais la mère de famille est infiniment reconnaissante envers les professeurs : « C’est quand même super, parce qu’il y a une continuité des cours. Heureusement d’ailleurs, parce qu’il faut faire comprendre aux enfants qu’ils ne sont pas en vacances, que c’est pas une partie de plaisir. »

« Une seule pièce dans la maison capte, et pas tout le temps »

Ces contraintes, le fils aîné d’Hélène les a bien intégrées. « Au début, j’avais dit que c’était mieux à l’école, parce qu’on voyait tous nos amis, tandis que là, on est enfermés », reconnaît-il. Toutefois, la petite famille est bien obligée de sortir pendant les cours. Et pour cause : ils captent mieux dehors. « On doit sortir, puis rentrer, puis sortir, puis rentrer encore… Une seule pièce dans la maison capte, et pas tout le temps », déplore Hélène. La mère de famille avoue par ailleurs perdre parfois patience, et crier beaucoup. « Être prof, c’est un métier. »

avatar
Brut.