retour

Infirmier anesthésiste, Eric raconte ses difficultés, au quotidien

Sous-effectif, manque de moyens, violences contre le personnel hospitalier… Eric est infirmier anesthésiste. Il raconte ses difficultés, au quotidien.

Infirmier anesthésiste, Eric raconte ses difficultés au quotidien

Infirmier anesthésiste, Eric manifestait avec les fonctionnaires dans les rues de Paris le 9 mai 2019. Brut l'a rencontré. Il a expliqué pourquoi c'était important pour lui de manifester.

"Dans les hôpitaux, on n'en peut plus. Les gens, les soignants n'en peuvent plus." C'est ce qu'explique Eric, infirmier anesthésiste, qui manifestait dans les rues de Paris avec d'autres fonctionnaires du service public ce jeudi 9 mai. Eric travaille à l'hôpital Henri Mondor de Créteil et est délégué syndical Sud Santé. Il a raconté à Brut ses difficultés au quotidien…

"Quand vont-ils stopper cette casse du service public ? Un infirmier qui sort de l'école et qui rentre à l'hôpital, il va toucher 1480 euros net mensuels. Moi, je suis infirmier spécialisé en anesthésie, il me faut quatre semestres supplémentaires pour être spécialisé en anesthésie. Je sors de l'école, je gagne 1900 euros alors que j'ai la responsabilité du patient que je suis en train d'endormir. On est dans une échelle qui est complètement tronquée et qui est complètement leurrée parce qu'on nous dit: "Oui, mais vous, vous êtes des fonctionnaires, vous êtes des nantis, vous êtes protégés par le service public." C'est pas vrai !" explique Eric.

Eric, qui travaille en tant qu'infirmier anesthèsiste, fait également référence aux infirmiers qui travaillent dans les services d'urgence : "Les infirmiers qui sont aux urgences, ils ont des responsabilités parce que quand vous avez quelqu'un qui arrive aux urgences, c'est violent les urgences. On ne se rend pas compte mais c'est le reflet de notre société. C'est pas anodin que depuis des années maintenant, le nombre de faits de violence envers les personnels soignants, ne cesse d'augmenter. Parce qu'encore une fois, quand vous, vous arrivez en tant que patient ou accompagnant de quelqu'un de votre famille aux urgences et qu'on vous laisse poireauter pendant 4 heures, maintenant pendant 6 heures, ou voire même plus, bien sûr que vous êtes énervé. Bien sûr que vous êtes stressé, bien sûr que vous êtes en colère et cette colère, vous la traduisez comment ? En étant violent avec le personnel. Et parce que le personnel, comme il est en sous-effectif et que lui-même subit des pressions et subit des violences, on se retrouve avec une confrontation de violences. On est en sous-effectif constant dans tous les services de soins, que ça soit pour prendre en charge les bébés, pour prendre en charge les adultes, pour prendre en charge les petits, pour prendre en charge les personnes âgées… Il manque des effectifs partout.

Eric prend en exemple l'hôpital Henri Mondor de Créteil, où il travaille. Là-bas, pour que le personnel soignant pouisse travailler dignement, il manque 20 infirmiers et 20 aides-soignants : "On ne nous donne plus les moyens de soigner. L'hôpital français, en l'occurrence l'AP-HP, on ne lui donne pas les moyens de s'exprimer. Moi, je loge à Créteil, j'habite Créteil. J'ai besoin d'un hôpital qui réponde, si j'en ai, à mes problèmes cardiaques, à mes problèmes digestifs, à mes problèmes vasculaires, à mes problèmes d'urologie, à mes problèmes neurologiques, si j'en ai, et à mes problèmes cardiaques. J'ai besoin d'un hôpital qui réponde à ces missions-là." déplore Eric.

09/05/2019 07:18mise à jour : 09/05/2019 19:50
  • 447.2k
  • 287

246 commentaires

  • Imane E.
    14/11/2019 15:42

    Sophia bouyalloul

  • Daoud B.
    06/10/2019 16:30

    Salut Eric

  • Andru I.
    20/05/2019 22:20

    N’importe quoi

  • Elodie H.
    19/05/2019 18:51

    « On vous offre les soins, sans moyens » Nice 👍🏼 c’est ce qui nous attenil (et dire qu’on aime tjs notre métier)

  • Elisabeth B.
    18/05/2019 05:47

    Hallucinant 🤔😢🤔

  • Antonin R.
    16/05/2019 07:25

    Vous avez les élections pour exprimer votre mécontentement alors pensez y quand vous déposerait dans l'urne votre voté !!Nous verrons le resultat Après. 🤔🤨

  • Conchita R.
    14/05/2019 16:45

    Nos dirigeants se foutent des services publics. Ils ont les moyens de payer. Ils veulent que tout soit privatisé. Services publics devient commerces privés . Avec des actionnaires partout. S’enrichissant par le travail des gens de terrain. La France est vendue à des intérêts privés.

  • Monica W.
    14/05/2019 16:07

    Et oui mais il en faut du pognon pour payer tous les vieux croûtons politicards qui décident de partir en retraite tout en gardant leurs privilèges, sans parler du reste bien évidemment ... la casse du service public et simple à mettre en place et relativement rentable. Et faire croire à pierre qu'il déshabille paul c'est un jeu merveilleux qui sert à diviser pour mieux régner.... Ca marche encore très fort !! Si un jour on arrivait à ne plus regarder dans l'assiette ( fiscale) de l'autre et qu'il y ait une véritable union le petit 1%qui dirige le monde n'en mèneraient pas large dans leur slibards !!!!

  • Maurice R.
    14/05/2019 06:59

    voté Macron il vous explique comment faire pour gagné plus vous les fonctionnaires vous êtes ou pendant que les gilets jaunes sont dans la rue tous les samedi

  • Oli P.
    13/05/2019 22:10

    Merci Éric T. Il fallait le redire

  • Lydie D.
    13/05/2019 10:46

    Depuis le temps que nous demandons une reconnaissance de notre métier et de nos responsabilités c'est fini le temps des cornettes 😭

  • Kevin L.
    13/05/2019 08:07

    ils arrêteront quand se sera finit.

  • Johan M.
    12/05/2019 20:05

    Ce qu'il faudrait surtout c'est que ceux d'en haut ne gagne pas 10 fois plus par mois... ou même encore davantage !

  • Hélène L.
    12/05/2019 17:51

    Bonsoir je confirme c'est violent les urgences et pour moi perso vous êtes des anges sur terre

  • Kim S.
    12/05/2019 12:21

    Antoine Parker

  • Madoshi R.
    12/05/2019 10:18

    Vous avez été fonctionnaire dans le milieu hospitalier ? Je ne crois pas madame. Entre gérer et s'occuper de paperasse et avoir la vie d'un être humain entre le main il y a un fossé Voilà pourquoi en France les choses n'avancent pas : aucune solidarité. Mais ne vous en faites pas vous êtes loin d'être la seule à penser cela Je vous met au défi de passer une journée de travail dans un service et de travailler en sous effectif ! Vous rentrez chez vous sur les rotules

  • Léo M.
    12/05/2019 07:58

    coucou l’apsap

  • Marie C.
    12/05/2019 07:35

    😢

  • Florence B.
    11/05/2019 23:27

    J'ai accouché chez moi et c'était parfait 👌 mais il a raison, j'aimerais avoir un hôpital plus près que 30km

  • Danielle L.
    11/05/2019 21:51

    TEMOINS de situations telles des personnes viennent aux urgences pour DES PETITS BOBOS râlent, s'énervent car ils attendent trop longtemps à leurs goûts !!! stressent le Personnel, augment encore plus celui des Médecins Radiologues etc😠 et pourtant le lieu où je réside est super bien desservi : maison de santé, spécialistes etc. Idem la semaine alors qu'on a 5/6 Généralistes !!! Le weekend au lieu de consulter un Médecin de permanence et non oups aux urgences h😠😠