L'humoriste Laura Calu dénonce les diktats de la minceur sur les femmes

À l'approche de l'été, le hashtag #objectifbikinifermetagueule qu'elle avait lancé en 2018 pour dénoncer les diktats de la minceur que subissent les femmes est plus que jamais d'actualité.

L'humoriste Laura Calu dénonce le diktat de la minceur

En 2018, elle avait lancé le hashtag #objectifbikinifermetagueule pour dénoncer la vision idéalisée et hypersexualisée du corps de femmes.

L'humoriste Laura Calu dénonce le diktat de la minceur qui touche les femmes dès leur plus jeune âge. Elle-même l'a vécu personnellement. Fin avril 2018, elle a lancé sur les réseaux sociaux le hashtag #objectifbikinifermetagueule, qui a pris une ampleur phénoménale. À cette occasion, Brut l’avait rencontrée.

« Je suis d'une génération qui en a pris plein la gueule avec les stéréotypes et les injonctions »

J'ai grandi avec des complexes. Le pire, c'est que je suis toujours complexée, et je me bats tous les jours pour arrêter d'être complexée. Je crois que je suis d'une génération qui en a pris vraiment plein la gueule avec les stéréotypes, les injonctions, les diktats.

Moi, j'ai été extrêmement touchée par tout ça parce que je suis une nana très grande. Pendant mon enfance, j'étais plus grande que les garçons, plus grande que mes copines, donc plus lourde que mes copines, j'avais des plus grands pieds que mes copines.

« Je ne suis pas allée à la plage pendant des années »

Le fait qu'on rappelle aux femmes, à l'approche de l'été, comment elles doivent être, ce qu'elles doivent manger, le poids qu'elles doivent faire pour rentrer dans leur bikini… C'est quelque chose qui m'a fait énormément complexer. Je ne suis pas allée à la plage pendant des années.

Il y a toujours « l'objectif bikini », le « summer body ». C'est terrible, parce qu'on est en train de te dire : « Pour être heureux, pour profiter de ton été, il faut faire un 34, un 36, être toute lisse, ne surtout pas avoir de cellulite. »

« Ça prend une ampleur de dingue parce que personne ne le dit »

Personne n'est choqué qu'au mois d'avril, à l'approche de l'été, il y ait des pubs absolument partout. Que ce soit en 4 par 3 dans le métro, dans les magazines, sur les réseaux sociaux, à la télé, à la radio, avec des nanas qui font un 36, qui ont 12 ans. On dit : « Voilà ! Rentre dans ton bikini cet été. » Par contre, on ne dit pas : « Attention, montrer toujours un corps fin, parfait, tout lisse, ça peut faire souffrir des femmes, au point d'en rendre malades certaines. »

Je vois le nombre de nanas que ça touche. On est beaucoup trop à souffrir. Quand j'ai lancé #objectifbikinifermetagueule, je ne m'attendais absolument pas à ce que ça prenne autant d'ampleur. Ce qui m'a le plus surprise, c'est que ça me semblait être un message tellement simple, tellement normal d'en avoir marre de tout ça. Ça prend une ampleur de dingue parce que personne ne le dit.

« Vous êtes vraies, vous êtes réelles, essayez donc de montrer un maximum que vous êtes réelles »

Moi, à l'approche de l'été, je me dis surtout, depuis quelques années : « Je vais me défoncer des barbecues, je vais aller en terrasse avec mes potes, boire des bières et m'éclater, et putain, je vais lâcher la pression. » Malheureusement, les femmes sont conditionnées à une certaine image… Et j'ai l'impression qu'on accepte un peu ça.

Il suffit de l'ouvrir pour que ça change, vraiment. Il faut essayer de poster un peu moins de photos où on se met dans des positions improbables. Il faut essayer de se montrer un peu plus normales. Vous êtes vraies, vous êtes réelles, essayez donc de montrer un maximum que vous êtes réelles. Avec Internet, vous pouvez vraiment attirer les regards. Essayez de les attirer autrement.

avatar
Brut.
8 juin 2018 00:00