Le pantouflage, une pratique qui fait polémique

Des hauts fonctionnaires qui passent du public au privé et inversement : c'est une réalité en France et ça s'appelle le pantouflage. Voilà pourquoi cette pratique fait polémique.

Le pantouflage, une pratique bien française

Le pantouflage désigne les allers et retours des hauts fonctionnaires entre le secteur public et le secteur privé. Explications.

Une pantoufle, ça ne sert pas qu’à marcher ! C’est aussi une spécificité française. Le pantouflage désigne les allers et retours des hauts fonctionnaires entre le secteur public et le secteur privé. Depuis 1949, tous les diplômés des grandes écoles publiques, comme l’ENA, l’ENS et Polytechnique, sont tenus de travailler 10 ans au service de l’État.

Macron est lui-même est un pantouflard

Si cette obligation n’est pas respectée, ils doivent rembourser la pantoufle, c’est-à-dire les « salaires » perçus pendant leur formation. La scolarité d’un énarque>scolarité d’un énarque(target="_blank") coûte en effet environ 82.500 euros à l’État.

Emmanuel Macron lui-même est un pantouflard. En 2004, il sort de l’ENA. Entre 2004 et 2008, il est inspecteur des finances. Entre 2008 et 2012, il est banquier d’affaires chez Rothschild. En 2012, il rejoint le cabinet de François Hollande. En 2014, il devient ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique. En 2016, il démissionne.

L’écart entre les plus hauts salaires du public et du privé s’élève à 30 %

Depuis 2017, plus de 40 conseillers ministériels ont démissionné pour rejoindre le secteur privé. Aujourd’hui, c’est la Haute autorité pour la transparence de la vie publique qui contrôle ces mobilités.

Pantoufler est une voie régulièrement empruntée après une défaite électorale. Le pantouflage est régulièrement expliqué par l’écart entre les plus hauts salaires du public et du privé, qui s’élève à environ 30 %.

avatar
Brut.