Martin Luther King sur les émeutes

"Une émeute est le langage de ceux qu'on n'entend pas." — Martin Luther King

En 1967, Martin Luther King déclarait qu’il comprenait les émeutes

« Certains disent aux Noirs et à leurs alliés de la communauté blanche que nous devrions ralentir, simplement être gentils et patients et continuer à prier », déplorait le pasteur.

Depuis la mort de George Floyd, homme noir américain non armé étouffé par un policier blanc, les États-Unis sont en ébullition. Des milliers de personnes demandent justice pour l’homme de famille tué et réclament la fin de l’impunité de la police, qui cause régulièrement la mort d’Afro-Américains.

Certains objectent toutefois aux manifestants que ce n’est pas ce qu’aurait voulu Martin Luther King Jr, qui prônait la non-violence. Pourtant, un discours du militant de 1967 contredit cet argument. Car Martin Luther King Jr l’affirmait sans détour : « Une émeute est le langage de ceux qu'on n'entend pas. » Voici la retranscription de ce discours.

« Une grande partie de la société blanche est plus préoccupée par la tranquillité et le statu quo que par la justice »

Je pense que l'Amérique doit comprendre que les émeutes ne partent pas de rien. Certaines conditions continuent d'exister dans notre société et elles doivent être condamnées aussi vigoureusement que nous condamnons les émeutes. En dernière analyse, une émeute est le langage de ce qu'on n'entend pas.

Et qu'est-ce que l'Amérique n'a pas entendu ? Elle n'a pas entendu que la détresse des Noirs pauvres s'est aggravée ces dernières années. Elle n’a pas entendu que les promesses de liberté et de justice n'ont pas été tenues. Et elle n'a pas entendu qu'une grande partie de la société blanche est plus préoccupée par la tranquillité et le statu quo que par la justice, l'égalité et l'humanité.

« Aussi longtemps que l'Amérique remettra la justice à plus tard, nous serons dans la position de voir se répéter des vagues de violence »

Concrètement, les étés d'émeutes de notre nation sont causés par les hivers de retard de notre nation. Et aussi longtemps que l'Amérique remettra la justice à plus tard, nous serons dans la position de voir se répéter des vagues de violence et d'émeutes encore et encore. La justice et le progrès social sont les garants absolus de la prévention des émeutes. Je suis sûr que vous avez entendu cette idée.

C'est presque l'idée qu'il y a quelque chose dans le flux même du temps qui va miraculeusement guérir tous les maux. Et j'ai entendu cela à maintes reprises. Il y a ceux, et ce sont souvent des gens sincères, qui disent aux Noirs et à leurs alliés de la communauté blanche que nous devrions ralentir et simplement être gentils et patients et continuer à prier, et que dans 100 ou 200 ans le problème se résoudra de lui-même, parce que seul le temps peut résoudre le problème.

« Les extrémistes de droite ont souvent utilisé le temps de manière beaucoup plus efficace que les forces de la bienveillance »

Je pense qu'il y a une réponse à ce mythe. Et c'est que le temps est neutre. Il peut être utilisé de manière constructive ou destructrice. Je suis absolument convaincu que les forces de la malveillance dans notre nation, les extrémistes de droite ont souvent utilisé le temps de manière beaucoup plus efficace que les forces de la bienveillance.

Il se pourrait bien que nous devions nous repentir, dans cette génération, non seulement des paroles au vitriol des mauvaises personnes et des actions violentes des mauvaises personnes, mais aussi du silence et de l'indifférence effroyables des bonnes personnes qui croisent les bras et disent : « Attendez le bon moment. »

« Le progrès social est le fruit des efforts inlassables de personnes dévouées »

Quelque part, nous devons nous rendre compte que le progrès social n'est jamais lié à l'inévitable. Il est le fruit des efforts inlassables et du travail persévérant de personnes dévouées. Et sans ce travail acharné, le temps lui-même devient un allié des forces primitives

de la stagnation sociale. Nous devons donc aider le temps et nous devons nous rendre compte que c'est toujours le bon moment pour bien faire.

avatar
Brut.
1 juin 2020 18:54