Mia milite contre la loi prostitution de 2016

Cette travailleuse du sexe fait partie des 250 requérants qui attaquent la France devant la Cour européenne des droits de l'Homme.

Mia, travailleuse du sexe, réclame la dépénalisation des clients

Elle fait partie des 250 requérantes qui attaquent la France à la Cour européenne des droits de l’Homme concernant la loi de pénalisation des clients.

« Moi, c’est Mia. Je suis travailleuse du sexe depuis cinq ans parce que ce métier me convient. Aujourd’hui, je fais partie des 250 requérantes qui attaquent la France à la Cour européenne des droits de l’Homme concernant la loi de pénalisation des clients de 2016. Cette loi ne fonctionne pas par rapport aux objectifs de ses défenseurs : il n’y a pas moins de traite, il n’y a pas moins d’exploitation, il n’y a pas moins de violences, au contraire. »

« On nie notre existence »

En France, depuis 2016, ce ne sont plus les prostituées et les prostitués, mais les clients qui sont sanctionnés. L’objectif est de lutter contre la prostitution.

« Par cette loi, il y a une inversion de la charge pénale dans le milieu du travail du sexe. Avant, les prostituées étaient passibles d’une amende pour le délit de racolage instauré sous Sarkozy. Donc là, il y avait pas mal de dérives aussi, c’est-à-dire que tout pouvait être du racolage. Si vous étiez assise sur un banc ou debout au bord de la route habillée un peu sexy, paf ! Contravention. Maintenant, on a inversé la charge pénale, c’est-à-dire que les prostituées ne sont plus coupables : elles sont devenues victimes. On nie notre existence par le côté absurde de cette loi. C’est-à-dire qu’on a le droit d’exercer, mais que notre client n’a pas le droit de venir nous voir. »

Les clients s’exposent à une amende de 1.500€, qui peut aller jusqu’à 3.750€ en cas de récidive. Plusieurs associations et ONG, dont Médecins du monde, le Planning familial et le Syndicat du travail sexuel (Strass), ont alerté les pouvoirs publics sur les répercussions de cette loi.

« À peu près 50 % des clients ne viennent plus »

« Au niveau de la sécurité, on recule là où il n’y a plus personne pour voir le client, et plus personne pour nous aider. Ça nous entraîne encore plus dans la clandestinité. On voudrait par cette loi combattre la traite, combattre la violence, mais en fait, ces violences sont augmentées, car on est dans la clandestinité. On se cache, on protège nos clients, parce qu’on veut travailler, on veut gagner notre vie. À peu près 50 % des clients ne viennent plus, donc on se retrouve avec les mauvais clients, ceux qui négocient les tarifs, négocient le préservatif. Ils se sentent dans une sorte de rapport de force, parce qu’ils sont pénalisables. »

« C’est vrai qu’il y a des côtés de ce métier qui sont vraiment horribles et sordides. Mais ce vers quoi on tend, c’est sordide aussi. Là, actuellement, il y a vraiment une hausse des violences et des agressions. Dans le 20h, on peut entendre : “Une prostituée a été retrouvée découpée en morceaux dans le Rhône”, et hop, après, on change de sujet. Ça nous met vraiment dans un état insécuritaire. On se demande qui sera la prochaine. »

78 % des travailleurs du sexe affirment que leurs revenus ont baissé, et 42 % déclarent être de plus en plus exposés aux violences, selon une enquête de Médecins du monde publiée en avril 2018. La loi de 2016 prévoit aussi une allocation de 350€ mensuels pour les personnes qui souhaitent cesser cette activité.

« J’en avais marre du sexe bénévole »

« Des collègues font ça parce que ça leur convient. D’autres parce qu’elles aiment leur métier. Moi, j’en avais marre du sexe bénévole. J’en avais marre de toute cette gratuité. Je me rendais compte que j’adorais ça, et un jour, j’ai eu envie d’en faire mon métier, parce que pourquoi pas ? Après, il y en a d’autres qui voudraient arrêter. Et ces personnes-là, il faut les aider, bien sûr. Il faut leur proposer une reconversion grâce à une allocation conséquente. On peut très bien gagner notre vie et pour arrêter, il faut l’appât du gain. On est très vite prises dans un engrenage qui fait qu’on a envie de continuer. Nous mêmes au sein de notre communauté, on n'est pas forcément toutes d’accord. »

En France, le nombre de travailleurs et travailleuses du sexe est estimé à 40.000. Certains d’entre eux dénoncent une atteinte à la liberté d’entreprendre et réclament plus de droits.

« On voudrait la décriminalisation complète du travail sexuel, la dépénalisation et l’accès au droit commun. Comme tous les autres travailleurs français. Si on en parlait, si on pouvait exercer, on pourrait aussi être plus libre « d’avouer » ce qu’on fait. Dire : « Je vis de ça, ça me plaît ». Ou non d’ailleurs ! On n'est pas obligés de faire un métier qui nous plaît. Plein de gens font un métier qui ne leur plaît pas. »

avatar
Brut.
22 janvier 2020 12:56