À Nancy, une alternative à Amazon

Pendant ce temps-là, à Nancy, il existe une alternative locale à Amazon : Achetez Grand Nancy. 300 petits commerçants l'ont rejointe. Et pour eux, c'est une question de survie…

Nancy : ils créent une plateforme locale de e-commerce

Pour pallier la fermeture des commerces dans le cadre du confinement, les Nancéens ont trouvé une alternative. Ils ont créé leur propre plateforme de e-commerce.

À Nancy, 300 petits commerçants ont rejoint la plateforme de e-commerce « Achetez Grand Nancy ». Le dispositif existe depuis le premier confinement. Il a été créé par la métropole de Nancy. Les commerçants inscrits peuvent créer leur vitrine digitale gratuitement et vendre leurs produits en ligne ou en direct via le dispositif « click and collect ».

« Je préfère faire marcher ce genre de plateforme qu’Amazon »

« C’était ma première commande sur la plateforme pour ce magasin-là, parce que je suis déjà une habituée de ce magasin de vêtements. Je trouvais que c’était important à cette période de continuer à soutenir les petits commerçants indépendants de Nancy. C’est nos commerçants, c’est notre ville. Il y a peut-être un petit côté chauvin derrière tout ça, mais pour moi, c’est important et je préfère faire marcher ce genre de plateforme qu’Amazon », confie une cliente.

Les commerçants tentent de ramener la clientèle vers la plateforme. Malgré la fermeture physique de leurs magasins, ils ne baissent pas les bras. Leur objectif est de lutter contre l’évasion commerciale de géants du secteur, surtout à l’approche de la période des fêtes. « Il faut agir et il faut dire : “On est là aussi, les petits peuvent se sauver, doivent essayer de se sauver” », affirme Vivien Pilliere, commerçant.

D’autres villes, comme Limoges, ont aussi adopté cette alternative. Plusieurs métropoles sont en train de développer les leurs. Dans le Tarn, une plateforme devrait même être lancée pour l’ensemble du département. Pour ce deuxième confinement, 200.000 commerces ont été contraints de baisser le rideau, selon le ministère de l’Économie.

avatar
Brut.
6 novembre 2020 19:43