C'est quoi le syndrome de Stendhal ?

S’évanouir devant une œuvre, c’est possible. Brut vous dit tout sur le syndrôme de Stendhal.

“On sent une catharsis, on sent une connexion entre l'oeuvre et son propre corps”

“À force de regarder le tableau, je me suis senti comme enveloppé par tout ce qui pouvait être représenté. À ce moment-là, il n'y a plus rien qui existe à côté. C’était moi, le tableau. J’ai eu un peu un coup de chaleur et les larmes qui me sont montées.” Alors qu’elle était en voyage à Florence, Marie a expérimenté le “syndrôme de Stendhal”, un sentiment étrange que certains ressentent lorsqu'ils contemplent une œuvre d’art… Palpitations, vertiges, sanglots, et même évanouissements sont les principaux symptômes observés chez les victimes. C'est quoi, le syndrome de l’imposteur ? Et comment s'en libérer ?

En 1817, Stendhal fût le premier à décrire ce choc esthétique, lors d’un voyage en Italie. “Il ressent un sentiment de sublime et d'admiration tellement fort qu'il a des modifications internes de ses sensations à tel point, dit-il, qu’il se sent vaciller face à la beauté de l'œuvre”, explique Bernard Andrieu, philosophe. À la fin des années 1970, la psychiatre italienne Graziella Magherini a recensé une centaine de cas à Florence. Ce phénomène s’observe aussi ailleurs, notamment dans les lieux sacrés et chargés d’histoire. C'est quoi le syndrome de Stockholm ?

avatar
Brut.