D'une rencontre dans un train au grand prix du Festival de Cannes

Lukas Dhont et Eden Dambrine ne se connaissaient pas… Jusqu’au jour où ils se croisent dans un train et commencent à discuter. Deux ans plus tard, ils remportent le grand prix du Festival de Cannes pour le film "Close". Pour Brut, ils racontent ce jour qui a tout changé…

“Je me dis que je vais regretter si je ne lui parle pas”


Cet été, lors du dernier Festival de Cannes, le grand prix est remis à Close de Lukas Dhont, ex-aequo avec Des étoiles à midi de Claire Denis. Un second prix pour le cinéaste belge, après sa caméra d'Or pour Girl. Mais deux ans auparavant, le réalisateur, ainsi qu’Eden Dambrine, acteur de Léo, rôle principal du film, ne se seraient pas imaginés gagnants, ni même ensemble, sur la croisette. Et pour cause: ils se sont rencontrés dans un train. “J’ai pris un train d’Anvers à Gand. J’étais en train d’écouter de la musique, du Max Richter donc, en fait, quand tu écoutes cette musique-là, tout devient un peu du cinéma. Et je regarde à côté de moi et là, il y a un jeune garçon avec un visage d’ange qui est en train d’expliquer à ses amis quelque chose sur lequel il est clairement passionné et là je suis juste immédiatement focalisé sur lui, sa manière d’exprimer, ses yeux très, très grands. Et là je dis: je vais regretter si je ne lui parle pas”, se souvient Lukas Dhont, le réalisateur.
Cannes : Jean Dujardin sur son rôle dans Novembre


“On était assis dans une place à quatre et à côté de moi, il y avait Lukas. Et donc d’un coup, il commence à me parler. Moi j’étais un petit peu stressé parce qu’on ne sait jamais qui vous parle dans le train. Et puis, on a commencé à se parler et il m’a demandé si j’étais intéressé par le cinéma donc moi je lui ai dit que oui, mais que je n’étais pas du tout un acteur, donc je ne savais pas du tout ce que c’était le cinéma. Et puis on a commencé à parler et à la fin de la discussion, parce qu’il devait partir à Gand, il m’a demandé si je voulais faire une audition pour son film. Donc j’ai dit oui, j’étais hyper choqué”, se rappelle quant à lui le jeune Eden Dambrine. “C’était un peu un rêve d’enfant, moi quand je regardais des films où il y avait des enfants qui jouaient dedans, je me disais: ‘Oh, j’aimerais bien être à leur place’, etc. C’était un peu un rêve de petit garçon. Donc déjà, jouer dans un film pour moi c’était incroyable et être acteur principal, c’est encore mieux. Avec Gustav (De Waele), waouh”, ajoute-il.
La Palme d’or à Ruben Östlund pour Triangle of Sadness


“Moi et Gustav, il y avait tout de suite eu quelque chose de plus intense qu’avec les autres. Et je m’en souviens qu’on devait aller chercher des hot-dogs et que moi j’étais en train de rigoler avec Gustav et j’avais regardé Lukas et je voyais Lukas qui nous regardait. Et j’avais compris qu’il se passait quelque chose entre nous. Et que quand on avait fait l’audition, j’avais vraiment besoin de Gustav pour qu’il m’aide à rentrer dans le personnage et Gustav dit aussi qu’il avait besoin de moi. Donc je pense que c’était vraiment… qu’il y avait quelque chose entre nous. Et à la fin, on devait remplir un formulaire de questions et il y avait une question où on disait : ‘Quelle est ta personne préférée dans le monde?’ Et moi j’avais écrit ‘Gustav’ et lui avait écrit ‘Eden’ sur le papier”, explique Eden Dambrine. Aujourd’hui, les trois garçons se considèrent “comme des frères”. “On partage beaucoup de moments assez intenses. Nous sommes allés pour la première fois aux États-Unis. On fait beaucoup de premières donc on rencontre beaucoup de gens ensemble. On fait des télés, on fait des radios. On rencontre Anne Hathaway ensemble. Quand même, ce sont des grands moments! Donc non, c’est beau de pouvoir passer, je pense, ce voyage avec ce film ensemble et de continuer, de vivre ces moments”, conclut Lukas Dhont.
Le premier Festival de Cannes d'Ahmed Sylla


avatar
Brut.