E.coli : le quotidien de Giulia, 4 ans, handicapée à plus de 80 %

Giulia, 4 ans, a contracté le SHU, une infection liée à E.coli en mangeant un morceau de fromage au lait cru. Elle est aujourd’hui handicapée. Sa mère témoigne pour alerter.

Giulia est tombée malade en mangeant un morceau de fromage au lait cru

“Je suis la maman de Giulia, qui a 4 ans et demi aujourd'hui, qui a contracté la bactérie Escherichia coli en avril 2019, elle avait 18 mois.”

Il y a 3 ans, Giulia est tombée malade en mangeant un morceau de fromage au lait cru. Les médecins lui ont diagnostiqué le syndrome hémolytique et urémique : le SHU, une infection causée par E.coli.

Depuis, elle est handicapée à plus de 80 % et sa vie et celle de sa famille ont basculé. Sa mère souhaite témoigner pour alerter sur ces risques.

La petite fille a commencé à avoir des symptômes de diarrhées, puis elle a commencé à loucher. Sa mère a décidé d’aller à l’hôpital.

“J'ai entendu des parents qui étaient là aussi pour leur fille qui avait un SHU, qui avait goûté aussi un fromage du même magasin et de la même fromagerie. Et c'est là dans ma tête, ça a fait tilt.”

Son enfant avait goûté le même fromage. “Ensuite, on a eu les résultats d'analyses qui montraient que c'était la bactérie 026 et c'est celle qu'on trouve dans le lait de vache. Donc c'était logique que ça ne pouvait être que ça.”

Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques… Plusieurs maladies neurologiques seraient liées à notre alimentation selon Sophie Yvon. Voilà comment.

“Avec ce retard de diagnostic, la bactérie a eu le temps de monter jusqu'au cerveau”

“Ce syndrôme attaque les reins, de base. Mais, quand il y a un retard de diagnostic, que les choses ne sont pas faites à temps, la bactérie peut s'attaquer à tous les organes possibles.

Donc avec ce retard de diagnostic, la bactérie a eu le temps de monter jusqu'au cerveau” explique la mère.

Chaque année, selon Santé publique France, entre 100 et 160 enfants contractent le syndrome hémolytique et urémique. Dans 10 % des cas, la maladie peut évoluer vers une forme sévère.

Progressivement, la petite fille “ne faisait plus rien, ne bougeait plus, ne parlait plus. Tout doucement elle a perdu la vue, elle ne tenait plus assise” décrit la mère de famille. “Elle n'a jamais reparlé depuis qu'elle a été transférée à l'hôpital de Lyon”.

Tous les jours, elle doit faire des exercices de rééducation : kinésithérapie, ergothérapie, psychomotricité, orthophonie.

La bactérie E.coli est l'un des êtres vivants les plus étudiés au monde. Elle permet notamment d’aider le traitement du diabète. Découvrez comment.

“Je me dit que plus on parle de l’histoire de Giulia, plus les parents seront alertés”

En 2019, sa famille a lancé une action en justice contre la fromagerie, le magasin et l'hôpital. 3 ans après, la procédure est toujours en cours.

La mère explique : “J'aurais même pas les mots tellement je suis en colère, contre les usines, dont cette fromagerie qui n'a pas vérifié, qui n'a sûrement pas eu de contrôle ; contre ces magasins qui ont vendu cet aliment alors qu'ils avaient eu un rappel mais qui ne l'ont pas enlevé des rayons.

Normalement, je n'aurais même pas pu acheter ce produit, s'ils avaient fait leur boulot. Mais mon énervement le plus fort, c'est contre ce médecin de l'hôpital qui n'a pas pris les choses au sérieux.”

“Il y a eu cette grosse épidémie avec les pizzas, je trouve ça horrible qu'on en soit encore là. Donc, je me dis que plus on parle de l'histoire de Giulia et plus les parents pourront être un peu plus alertés.

Ce que j'espère en tout premier, c'est que les coupables soient avérés et qu'ils paient pour ça. Et aussi que, financièrement, elle ait ce dont elle a besoin, qu'il n'y ait pas de barrière financière, que je puisse l'emmener en centre de rééducation intensif à l'étranger, que tout ce qui est appareillage, qu'elle puisse avoir tout ce dont elle a besoin.

On a de l'espoir pour qu'elle reparle, qu'elle s'exprime. Pour moi, c'est le plus important, qu'elle tienne assise, qu'elle marche, on espère qu'elle récupère le plus de choses possibles, mais c'est sûr que la petite fille qu'elle était avant, on ne la retrouvera plus.”

“Donnez-nous les moyens de soigner les patients”. Durant la crise du covid, un neurologue interpelle Emmanuel Macron sur la crise dont souffre l'hôpital public en France.

avatar
Brut.