Est-ce la fin de l’épidémie de Covid en France ?

Est-ce la fin de l'épidémie de Covid en France ? Voici où on en est par Yazdan Yazdanpanah, chef de service de l’hôpital Bichat, Paris.

Plusieurs indicateurs montreraient une “nette régression en France”

Où en est-on du Covid en France ? En a-t-on vraiment terminé avec l’épidémie ? Ce sont les questions qu’on a posées à Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat à Paris, membre du Conseil scientifique et directeur de l’ANRS (Agence nationale sur le sida et les hépatites virales).

“Plusieurs indicateurs montrent que l’épidémie de Covid est en nette régression en France, et c’est une très bonne nouvelle.” A Bichat, il y a 15 jours, dans son service, le Pr Yazdanpanah constatait 100% de lits remplis parmi les 25 disponibles ; désormais, il y a “moins de 10 remplis”. “Donc, vous voyez un peu de manière objective que tout ça, c’est bon signe.”

Pour savoir si l’on est positif au coronavirus, il est possible de réaliser un test antigénique, un test PCR et un auto-test. Voici comment réaliser un autotest covid.

Un allégement des mesures annoncé le 3 mars 2022

Le 3 mars 2022, le Premier ministre Jean Castex a annoncé l’allégement des mesures sanitaires. Si le masque reste obligatoire dans les transports en commun, et le pass sanitaire dans les établissements de santé, des allègements ont été actés.

Jean Castex expliquait : “Première mesure, à partir du 14 mars, suspension du pass vaccinal, et deuxième mesure à la même date, on a voulu quelque chose de simple, fin du port du masque obligatoire dans tous les lieux où il est encore applicable, c’est-à-dire plutôt à l’intérieur.”

En 2020, Brut avait interrogé un médecin infectiologue sur les 4 raisons qui expliquent que les vaccins anti-covid soient sortis si vite. Dans une autre vidéo, le directeur de l’Inserm expliquait comment on fabrique le vaccin anti coronavirus.

Comme la grippe, “on va vivre” avec le covid

Pr Yazdanpanah : “Il y avait des risques à un moment donné pour la population, parce que l’incidence de la maladie était élevée. Là, ce bénéfice est beaucoup moins important, et par ailleurs, personne n’a envie de porter un masque, sincèrement. Si le risque de transmission est faible, je pense qu’on a des bénéfices aussi à retrouver le visage des gens.

C’est pas pour autant que le Covid disparaît. Le Covid maintenant sera là, comme les autres virus respiratoires, comme la grippe notamment, et on va vivre avec ces virus respiratoires. On va vivre, mais ça veut pas dire que ce qu’on va vivre, ça va être la même chose qu’il y a deux ans. Je pense que ça va être différent, mais il faut capitaliser sur ce qu’on a appris pendant ces deux ans.”

L’importance de “continuer à porter le masque quand on est maladie”

Pour le Pr Yazdanpanah, “l’autodiscipline de la population qui s’est installée” est “importante” : “Je pense que le lavage des mains, c’est hyper important de continuer. Je pense au fait de continuer à porter un masque quand on est malade. Ça, on ne le faisait pas avant.

Il faut continuer, quand on tousse, quand on a le nez qui coule, etc., ne pas hésiter à porter un masque, parce que là, on sait qu’on peut éventuellement transmettre. Ce n'est pas la peine que ce soit le gouvernement qui nous dise ça. C’est du bon sens, et peut-être que c’est ce qu’on a appris pendant cette épidémie.”

Le risque d’une nouvelle vague mais “plus faible”

Est-ce qu’il y a un risque qu’il y ait une nouvelle vague d'infections ? Pour le Pr Yazdanpanah, la réponse est oui : “Quand il fera froid, ou même si jamais il y a un nouveau variant. Je pense que la hauteur de la vague va être plus faible parce qu’on a vacciné, et parce que la vaccination a quand même un impact sur les formes sévères, mais il peut y avoir une autre vague, y compris sur l’hospitalisation et la réanimation.”

Pour prévenir le risque d’une potentielle nouvelle vague, le Pr Yazdanpanah travaille actuellement sur la question de la “durabilité de l’immunité, que ça soit une immunité post-vaccinale ou que ça soit une durabilité d’une immunité post-infection”.

“Parce que l’arme absolue, et la question se posait, c’est : est-ce qu’il faut refaire une dose de vaccin ou pas ? Pour l’instant, on ne le sait pas, ça dépend un peu en fonction de l’évolution de l’immunité. C’est ce qu’on est en train de sonder dans la population, pour essayer justement de voir s'il faut implémenter ou pas une autre dose vaccinale et une autre vaccination de rappel.”

En février 2022, Pfizer a commercialisé une pilule anti-covid. Voici 7 questions très simples sur le Paxlovid de Pfizer.

avatar
Brut.