Au Pérou, le président Pedro Castillo a été destitué

Le président péruvien a tenté de dissoudre l’Assemblée, qui souhaitait le faire tomber pour corruption, et a terminé en prison. Voici ce qu’il s’est passé.

Dina Boluarte devient la première femme présidente du Pérou


Pedro Castillo qui était président du Pérou depuis 16 mois, était visé par plusieurs enquêtes pour corruption et trafic d’influence. Et par une troisième procédure de destitution. Mercredi 7 décembre, le président péruvien a tenté de prendre les devants et a annoncé la dissolution du Parlement et la formation d'un "gouvernement d'urgence exceptionnel". Ce que le tribunal constitutionnel a immédiatement qualifié de “coup d’Etat”. Mais le Parlement a ignoré sa manœuvre et, le jour même, a voté sa destitution pour “incapacité morale”.
Assaut du Capitole : Donald Trump accusé de "tentative de coup d'État"


Le lendemain, le chef de l'État était conduit en détention. Et des perquisitions ont été faites dès mercredi soir au palais présidentiel. C'est la vice-présidente Dina Boluarte, issue du même parti que lui, Perú Libre, qui a repris le pouvoir. Pendant une cérémonie d'investiture devant le Parlement, elle a déclaré qu'il y avait eu “une tentative de coup d'Etat, qui n'a trouvé aucun écho ni dans les institutions de la démocratie ni dans la rue". Elle devient la première femme présidente du Pérou.
Au Pérou, la marée noire continue


avatar
Brut.