retour

L'impact de la mondialisation sur l'alimentation des enfants

"C’est comme si les parents des enfants du monde entier faisaient leurs achats dans le même hypermarché international" L'impact de la mondialisation sur ce que mangent les enfants dans les différentes régions du monde. C'est ce qu'a voulu étudier ce photographe dans un projet un peu particulier.

Comment la mondialisation modifie l’alimentation des enfants

Le photographe Gregg Segal a fait le tour du monde pour saisir l'impact de la mondialisation sur l'alimentation des enfants.

Avec son dernier projet photo, compilé dans le livre Daily Bread, le photographe Gregg Segal a voulu étudier l'impact de la mondialisation sur ce que mangent les enfants dans différentes régions du monde.

« C’est comme si tous les parents faisaient leurs achats dans le même hypermarché »

« Prenons, par exemple, un enfant sicilien et un enfant de Los Angeles. Une génération auparavant, leurs alimentations auraient été très différentes. Mais aujourd'hui, nous constatons que ce qu'ils mangent converge » analyse le photographe. Pour Gregg Segal, « c’est comme si leurs parents faisaient leurs achats dans le même hypermarché international » tellement l’alimentation de leurs enfants est similaire : du pain blanc, des pâtes, des pizzas, des hamburgers…

Avant de les photographier, l'artiste a demandé aux enfants de noter dans un journal tout ce qu'ils mangeaient pendant une semaine. Les journaux ont ensuite été récupérés par trois cuisiniers. Gregg Segal a ainsi photographié 60 enfants issus de diverses zones géographiques dans chaque continent. « J'ai choisi des pays ayant subi des changements d'alimentation radicaux au cours de ces dernières années », détaille Gregg Segal.

« L'alimentation des enfants partout dans le monde penche davantage vers des produits transformés »

Si la junk food se révèle bon marché aux États-Unis, elle est plus chère dans certains pays émergents. Par exemple, une pizza Domino's de taille moyenne coûte 13 $ en Inde, un prix au-dessus des moyens d’un citoyen indien lambda. Aussi certains enfants pauvres mangent-ils parfois de manière plus saine que d'autres enfants issus des classes moyennes.

Gregg Segal invite tous les enfants à garder une trace de leurs repas pour réfléchir sur leur alimentation. « Nous arrivons à un point critique où l'alimentation des enfants partout dans le monde penche davantage vers des produits transformés et emballés, des snacks et de la malbouffe au détriment de la cuisine maison saine » avertit le photographe.

18/08/2019 18:31
  • 373.0k
  • 200

44 commentaires

  • Miria F.
    28/01/2020 17:51

    Ignotantes! No Brasil, temos pouquíssimos índios! Então, não mostre índio representando o Brasil! Aliás, os brasileiros tem uma alimentação bem estilo "americano "! A maioria come esses venenos da indústria alimentícia! Estamos longe de nos alimentarmos como índios!

  • Indumati S.
    28/01/2020 13:15

    Somos responsables de la salud de nuestros hijos, les heredamos nuestros buenos o malos hábitos alimenticios...

  • Jean-Pierre L.
    10/11/2019 14:06

    Mondialisation = foutoir organisé !

  • Diana J.
    28/08/2019 11:22

    fascinant!

  • Brigitte B.
    25/08/2019 07:18

    Très bon reportage !

  • Christele B.
    23/08/2019 13:35

    Tout à fait d accord et pas seulement pour les enfants c est vrai pour tout le monde

  • Blandine B.
    22/08/2019 12:37

    regarde je pense commander ce livre c est intéressant ! Avec des photos d enfants du monde et la nourriture...

  • Aurélia S.
    22/08/2019 10:13

    tu vois je t’avais dit

  • Josee D.
    22/08/2019 02:31

    intéressant

  • Emeline O.
    20/08/2019 12:52

    Arrêtons de bouffer de la merde 😝😝😝

  • Mohamed L.
    20/08/2019 03:49

    pareil au laos les mec pauvre mange mieux qu'un pauvre en france , plus ta d'argent plus tu mange mal j'ai l'impression

  • Charlene R.
    19/08/2019 23:46

    j’en connais un qui doit pouvoir voyager sans que ça le dérange 😘

  • Hinapai V.
    19/08/2019 16:39

    Alimentation uniformisee dans l'abandon des plats traditionnels devenus un luxe ici en Polynésie Française. Obésité dans une vie sédentaire devant l'ordinateur ou la télé gagne du terrain.Le bon sens est aux oubliettes dans une société de consommation , de communication et de loisirs.Se rendre malade pour se soigner et alimenter des lobbys ? Vegeter dans un système sante lucratif? Ou allons nous? Moutons de panurge, i lui faut se reveiller

  • Marie L.
    19/08/2019 16:28

    C'est un constat terrifiant....

  • Lou A.
    19/08/2019 14:52

    peut être que les livres de l'unicef sur les enfants du monde se fait un peu vieux du coup 🤨

  • Rima B.
    19/08/2019 11:03

    montre cette video à F et okba

  • Coralie D.
    19/08/2019 11:02

    ça sent la rentrée...

  • Damien B.
    19/08/2019 08:36

    Manque de temps = malbouffe...

  • Minouche N.
    19/08/2019 08:28

    très intéressant

  • Fahima M.
    19/08/2019 08:15

    la chaîne dont j’te parlais.

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.