retour

Tous les 15 jours, une langue autochtone disparaît

6700 langues sont parlées à travers le monde. Tous les 15 jours, l'une d'entre elles disparaît. Voilà pourquoi.

Langues autochtones sont gravement menacées

Parmi les 6.700 langues parlées à travers le monde, 2.300 sont en danger ou en voie de disparition. Premières victimes : les 4.000 langues autochtones.

« C’est une langue qui meurt. Et nous, nous voulons que davantage de personnes la parlent afin qu'elle ne disparaisse pas », désespère Odeskkun Thusky, Canadien locuteur de l’algonquin, dialecte autochtone. Depuis toujours, les langues autochtones naissent, vivent et meurent, mais leur disparition s’est accélérée pour trois raisons principales : la colonisation, la discrimination à l’école et le « suicide linguistique ».

La colonisation

Lors de la conquête des Amériques, par exemple, de nombreuses langues ont disparu à cause des massacres, des maladies er des famines. « Le cas des États-Unis qui est un cas de perte accélérée : 45 % des langues ont disparu entre le temps de la colonisation et le XXème siècle », développe Colette Grinevald, linguiste spécialiste des langues menacées. Avant l’arrivée des colons occidentaux, la Californie était la région du monde avec la plus grande diversité linguistique.

La discrimination à l’école

Dans de nombreux pays, l’école a dévalorisé, voire éradiqué, les langues autochtones au profit de la langue officielle. C’est le cas avec le français en Nouvelle-Calédonie, l’anglais au Canada, ou l’espagnol en Bolivie. « La colonisation n’a pas mis à l’honneur la diversité et la différence. Pour les peuples indigènes du Canada, cette expérience a surtout été synonyme d’humiliation, de négligence et d’abus », a reconnu Justin Trudeau, Premier ministre canadien.

Le « suicide linguistique »

Pour faire face aux discriminations, s’insérer dans la société ou offrir un avenir à leurs enfants, de nombreux autochtones ont abandonné volontairement leur langue d’origine au profit de la langue dominante. « Il y a une mondialisation qui, lorsqu'elle n'est pas pensée, lorsqu'elle n'est pas régulée, amène à la disparition de langues autochtones », précise Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco.

« Quand on voit que les publications scientifiques sont à 95 % en anglais, ça a des conséquences sur la production du savoir, sur la diffusion du savoir. Et quand la population vit de plus en plus dans les grandes villes, il y a une perte de cette diversité qui va avec la relation à la nature et à la terre », ajoute Audrey Azoulay.

Le Brésil et la Bolivie particulièrement touchés

L’une des régions du monde les plus riches en termes de diversité linguistique est aussi l’une des plus sinistrées : l’Amazonie. « Quand nous perdons notre langues, nous perdons nos valeurs. Nous sommes dépossédés de nos valeurs et de notre identité », constate tristement Yamalui Kuikuro, membre de la tribu des Kuikuro.

Au Brésil, la déforestation massive a fait disparaître de nombreux peuples autochtones, et avec eux, leurs cultures millénaires. D’ailleurs, pour certains chercheurs, biodiversité et diversité linguistique sont intimement liées. « Là où vous avez la plus grande diversité biologique, vous avez aussi la plus grande diversité linguistique », assure Colette Grinevald.

La moitié des langues pourrait disparaître d’ici à la fin du XXIème siècle

Dans le monde entier, les autochtones et leurs descendants tentent de sauvegarder leur identité qui appartient au patrimoine de l’humanité. Certains pays luttent même pour que ces langues ne tombent pas dans l’oubli, comme la Bolivie, seul pays d’Amérique du Sud à avoir élu un Amérindien à sa tête. « La langue, c’est l’identité et la culture, mais c’est aussi le symbole et l'idéologie des peuples. C’est une part du trésor que nos ancêtre nous ont légué », affirme Evo Morales, Président bolivien.

En Bolivie, les langues autochtones sont inscrites dans les programmes scolaires. Il existe mêmes des universités indigènes où les cours sont dispensés dans les trois principales langues : l’aymara, le quechua et le guarani. La France tente également de préserver son patrimoine, comme en Nouvelle-Calédonie, où plus d’une dizaine de langues kanaks sont enseignées dès l'école primaire. Selon les estimations de l’Unesco, la moitié des 6.700 langues parlées dans le monde pourrait disparaître d’ici à la fin du XXIème siècle.

11/02/2019 08:38
  • 737.3k
  • 522

145 commentaires

  • Edem F.
    10/04/2019 09:34

    Bandes de comploteurs, que des pervers et des cyniques

  • Ferdinand E.
    07/04/2019 09:23

    La colonisation putain de merde est le premier crime de l'humanité !! Tous ses gens tous ses pays qui sont à l'origine de la colonisation doivent être sanctionner !! Mais hélas c'est le contraire total ils ont été accueilli en héros

  • Sylvie T.
    30/03/2019 20:50

    Nous devons respecter et conserver chaque patrimoine et chaque langues de notre planète en poursuivant leurs transmissions à nos enfants.

  • Marie L.
    30/03/2019 10:06

    Je voulais écrire langue régionale, l'ange n'a rien a y faire 😁

  • Marie L.
    30/03/2019 10:05

    C'est aux locuteurs de transmettrez leur l'ange régionale, j'ai appris l'occitan mais je n'ai pas réussi à communiquer avec ceux qui la parlent , alors si des langues disparaissent, c'est parce qu'elles perdent des locuteurs. L'état ne peut pas tout faire. Si on veut apprendre une langue locale c'est possible sans passer par l'école. En Italie toutes les langues locales sont reconnues, mais elles disparaissent parce que la communication se fait en Italien de plus en plus.

  • Jose C.
    27/03/2019 17:30

    Le Français et le Breton , le Basque , le Corse , l'Alsacien etc Il faut balayer devant sa porte ,avant d'aller voir ailleurs .

  • Mick F.
    20/03/2019 04:25

    Quelle video lamentable. .. Brut vous etes une bande d'imbeciles... et le Breton alors? La France fait tout pour exterminer notre langue et vous n'en parlez meme pas... La France est le seul pays de l'UE a ne pas avoir signe la charte des langues minoritaires... Allez donc balayer devant votre porte bande d'ignares.

  • Theodore L.
    19/03/2019 11:08

    à chaque époque des langues autochtones disparaissent , c'est dommage mais ca fait partie de l'évolution. Chaque pays a ses patois et langues ancestrales , moi j'aimerais que toute la planète parle le français ca réduirait beaucoup de soucis à vraiment bien parler des mêmes choses où que l'on soit sur cette planète. Ca éviterait des incompréhensions et des guerres incessantes.

  • Géraldine S.
    18/03/2019 21:39

    C’est tout aussi humiliant de se voir supprimer le nom des vaccances de nos calandriez. Notre culture , nos traditions’ nos racines sont balayée et personne ne dit rien... conger de détente...repos d hivers... tout ça est insipide, gris a mes yeux. Le monde perd ses couleurs , sa richesse, sa diversité et du coup le partage, le plaisir d apprendre de l autre, d échanger se meurt. C’est ainsi que les individus isolés sont plus facilement dépressifs, manipulable... c est encore un petit moyen parmis les milions millions de moyens de manupuler manipuler les foules , de les rendre dociles et d en tirer .... bin bien l argent quoi... comme d hab.... eux ils le font bien le colibri... pourquoi ne le ferions nous pas aussi. S il vous plait , refusons nos ENSEMBLE leur petites investigation et retournons la roue!! Repondez moi: que ferez vous quand ils auront installé ces foutus compteur electriq et la 5G dans vos maisons? Dites moi? Que ferez vous??

  • Léa B.
    18/03/2019 09:45

    pas trop de diversité culturelle finalement

  • Marc G.
    17/03/2019 20:43

    J'ai eu l'honneur de connaître mr Tevfik Esenc, le dernier locuteur de l'oubykh, un des langues du Caucase. Plus de 80 consonnes et une voyelle. Il était venu en France pour laissez son témoignage sur sa langue avec les professeurs Dumezil et Charachidze. Un homme de grande classe qui avait conscience d'accomplir un devoir envers les siens. il a laissé des heures d'enregistrement et de traductions en turc, qu'ilr parlait également. RIP.

  • Arno J.
    17/03/2019 11:48

    Foutaises gravisime

  • Matteo P.
    16/03/2019 08:11

    Tant mieux. L'uniformité est ce qu'il faut.

  • Amitthai J.
    05/03/2019 01:39

    Really

  • Jean-Luc L.
    01/03/2019 21:09

    Cela s' appelle la sélection culturelle ! Il en est des cultures comme des êtres vivants !

  • Alain P.
    27/02/2019 16:20

    État jacobin qui n'a eu de cesse de détruire ses langues régionales baptisées du terme péjoratif de patois. Alors par pitié n'ecrivez pas n'importe quoi.

  • Marie D.
    25/02/2019 11:34

    Ce serait bien triste de perdre ces richesses linguistiques.

  • Michel B.
    24/02/2019 13:49

    Une qui restera toujour c'est la langue de bois de nos politiques

  • Emmanuelle V.
    24/02/2019 05:57

    !

  • Pierre P.
    23/02/2019 16:34

    « Bien dommage !!!,... »

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.