3 initiatives citoyennes pour nettoyer les mers

Faire du kayak, c'est bien. Faire du kayak en ramassant des déchets, c'est mieux. 3 initiatives citoyennes pour nettoyer les mers.

Trois initiatives citoyennes pour nettoyer les mers

Du kayak, du vélo ou de la plongée à la recherche de déchets marins : c’est ce que proposent ces écologistes.

Copenhague, GreenKayak

Avec son initiative GreenKayak, le Danois Tobias Weber-Andersen propose de faire du kayak gratuitement en échange du ramassage de quelques déchets. « Il n'y a que deux règles pour utiliser les kayaks. D'abord, vous devez passer du temps à ramasser des déchets quand vous naviguez. Deuxièmement, on vous demande de partager votre expérience sur les réseaux sociaux », développe Tobias Weber-Andersen.

Pour lui, le kayak est un moyen efficace de rammasser les déchets. « On peut s'approcher très près de tout, c'est comme ça qu'on découvre des déchets. Nous sommes en train de faire quelque chose pour changer l'état d'esprit des gens. Pour qu'ils pensent davantage que quand ils voient des déchets dans la nature, dans la rue, ils doivent les ramasser. Parce qu'à la fin, ça finira dans l'océan. C'est un problème grandissant. Ceux qui en payent le prix, ce sont les espèces qui vivent dans les milieux aquatiques : les poissons, les baleines… »

Acapulco, Buzos Ecólogos Voluntarios

À Acapulco, Buzos Ecólogos Voluntarios propose de plonger pour nettoyer les fonds marins. Par là-même, ses membres entendent faire de la sensibilisation et de la prévention. « On demande aux habitants et aux touristes de ne pas laisser traîner leurs déchets, mais ils continuent de le faire. La mission est de nettoyer la mer des déchets et de garder une plage propre. Notre activité principale consiste à extraire les déchets solides des fonds marins, mais également à retirer les organismes incrustés ou collés sur les déchets », explique José Juan Cejudo Flores, plongeur écologiste volontaire.

Buzos Ecólogos Voluntarios trie aussi les déchets. « On les pèse et on note tout ce qu'on récupère. Les déchets qui endommagent le plus le milieu marin, hormis les micro-plastiques, sont les mégots de cigarettes et les combustibles utilisés par les bateaux : l'huile, le diesel, l'essence. Les touristes ont eux aussi leur part de responsabilité, car ils consomment des produits en polystyrène, des gobelets, de la bière, sans penser à les ramasser. Ils passent du temps en famille et s'en vont en laissant leurs déchets. Puis le vent les emporte jusqu'à l'océan », déplore José Juan Cejudo Flores.

Big'Up Cyclean

Big'Up Cyclean propose des balades à vélos aux personnes qui souhaitent nettoyer les plages. « Évidemment, on ne va pas se transformer en éboueurs de la plage parce qu'on n’en a ni les moyens financiers, ni les moyens en termes de structure. Ce qu'on peut faire, c'est de la sensibilisation. Emmener les gens, déjà. Qu'ils aient un kiff extraordinaire en faisant ce qu'on fait aujourd'hui », explique Christophe Drugeault, cofondateur de Big'Up Cyclean.

avatar
Brut.
16 juillet 2020 06:41