Cette communauté du Vanuatu a déclaré la guerre au plastique

"Le lagon est vert, mais avant il était bleu, vraiment bleu turquoise…" Au Vanuatu, Brut a suivi des habitants en guerre contre les déchets en plastique qui envahissent leur lagon.

Vanuatu : la chasse au plastique

Partout sur la planète, la pollution plastique pose un problème considérable. Si des mesures commencent à être appliquées, des habitants prennent les devants au Vanuatu.

Au Vanuatu, un État de l’Océanie, des habitants ont décidé de mener une guerre contre le plastique, qui pollue les eaux. « On s’est dit : “On est nés ici, on mange le poisson du lagon, mais aujourd’hui, les déchets polluent la mer. Qu’est ce que nous allons faire ? On doit donc se sacrifier pour accomplir cette tâche“ », raconte l’un des bénévoles.

Un manque d’infrastructures

Chaque semaine, la communauté d’Erakor Bridge se réunit pour ramasser les déchets. La collecte commence au bord d’un lagon et se poursuit vers les jardins. Les habitants utilisent également des pirogues afin de ramasser les détritus qui se trouvent dans l’eau. Les environs du lagon sont particulièrement habités, donc plus menacés par les risques de pollution.

« Aujourd’hui au Vanuatu, la gestion des déchets est une énorme problématique parce que notre population est en augmentation et les gens font de plus en plus leurs courses. Donc il y a de plus en plus de plastique et il n’y a pas de système de collecte des déchets, pas d’endroit où traiter tous ces déchets », rapporte un habitant.

Des mesures jugées insuffisantes

Les jeunes tentent de trouver des solutions pour récupérer les déchets et les recycler, mais ils le font bénévolement. Les habitants dénoncent le manque d’emploi, et d’argent. Récemment, au Vanuatu, plusieurs objets en plastique ont été interdits, comme les sacs, les pailles, la vaisselle jetable et les boîtes en polystyrène.

Pour certains bénévoles, ce n’est pas suffisant : « Les couches jetables sont toujours vendues dans les magasins, certains filets en plastique, pour les pommes de terre, les oignons et tout ça, sont toujours dans les magasins. Tous ces déchets doivent être interdits. »

avatar
Brut.
6 décembre 2020 07:21