Ils dessalent l'eau de mer pour la boire

L'île de Sein, c'est un petit bijou de moins d'un km2 au large de la point bretonne. Un bout de terre non connecté au continent alors pour avoir de l'eau potable, ils dessalent l'eau de mer. Grâce à un procédé naturel, toute l'île est approvisionnée. Rencontre avec Didier Fouquet, le maire de l'île.

Une île isolée qui doit produire sa propre eau potable


Située à 23 kilomètres du premier port d'Audierne, l'île de Sein est une zone non interconnectée (ZNI). "Pas de câble. Le téléphone, c'est hertzien. L'électricité, on la produit avec des groupes électrogènes, les panneaux photovoltaïques et bientôt une éolienne", explique Didier Fouquet, maire de l'île. Impossible également d'avoir des tuyaux d'eau venant du continent. La solution adoptée est donc de dessaler l'eau de mer grâce à un système d'osmose inverse pour alimenter un réseau d'eau sur l'île.

Les eaux usées de Lafarge déversées dans la Seine


Le niveau moyen de l'île n'est que de 1m50 au-dessus du niveau de la mer. Les quelques puits présents fournissent une eau plutôt saumâtre, impropre à la consommation. Dessaler l'eau de mer est donc indispensable pour les habitants et visiteurs de l'île de Sein.

Kumulus, la start-up qui change l'air en eau potable


L'osmose inverse, un procédé naturel pour obtenir une eau pure


L'osmoseur utilisé pour dessaler l'eau de mer fonctionne grâce à un moteur qui pompe et pressurise l'eau de mer à 70 bars. "L'eau de mer est ainsi forcée à traverser les membranes. Tout ce qui n'est pas de l'eau pure est retenu par les membranes et est reversé vers la mer. L'eau douce permet donc d'alimenter des citernes", détaille le maire. C'est un phénomène complètement naturel qui ne nécessite pas l'ajout de produits chimiques.

Ils détectent la pollution des eaux en surfant


Pour produire un mètre cube d'eau douce, il faut pomper cinq mètres cubes d'eau de mer. Les quatre mètres cubes rejetés à la mer ont une concentration en sel légèrement supérieure mais sont rapidement brassés, sans incidence sur la faune et la flore d'après les contrôles effectués. L'eau produite est complètement pure, débarrassée des bactéries et minéraux. Des minéraux comme le calcium, le magnésium et le bicarbonate de sodium sont ensuite rajoutés pour la rendre propre à la consommation, ce qui représente un coût non négligeable : 8000 euros la palette et “il en faut plusieurs par an” précise Didier Fouquet, maire de l'île.


Une ressource précieuse à préserver


De tout temps, les habitants de l'île de Sein ont fait attention à leur consommation d'eau. Avant la mise en place du dessalement il y a une cinquantaine d'années, ils utilisaient des citernes individuelles ou municipales, et devaient parfois faire venir de l'eau du continent par bateau-citerne.La population de l'île varie fortement entre l'hiver (120 à 150 habitants) et l'été (jusqu'à 1300 personnes en juillet-août). Les réservoirs sont remplis au maximum avant la saison estivale. Les visiteurs sont invités à adopter une attitude responsable comme les locaux, en limitant le nombre de douches quotidiennes par exemple.

Montée des eaux : la Camargue déjà menacée


L'osmoseur consomme 8% de l'électricité produite sur l'île, entre 140 et 200 kWh par jour. Son fonctionnement est optimisé aux moments où la production électrique dépasse la consommation. Malgré son coût énergétique, ce système reste indispensable pour fournir une eau potable de qualité aux Sénans et à leurs visiteurs, sur cette île préservée au large de la Bretagne.


Le dessalement de l'eau de mer est un procédé de plus en plus utilisé dans le monde pour produire de l'eau potable, en particulier dans les régions arides confrontées à une pénurie d'eau douce. Avec le changement climatique et la croissance démographique, la demande en eau potable devrait continuer d'augmenter, rendant le dessalement encore plus crucial. 

Ma liste

list-iconAjouter à ma liste
avatar
Brut.