retour

"Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes" : Rodolphe Marconi raconte son documentaire

Il souhaitait suivre le quotidien d'un agriculteur. Il ne s'attendait pas à être témoin de sa descente aux enfers. Le documentaire "Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes", c'est le résultat de cette rencontre. Le réalisateur Rodolphe Marconi raconte.

Cyrille, agriculteur endetté, au coeur d’un nouveau documentaire

Brut a rencontré le réalisateur du film « Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes », Rodolphe Marconi.

Dans son dernier documentaire, Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes, Rodolphe Marconi a suivi Cyrille, un agriculteur auvergnat. En partageant son quotidien, le documentariste a découvert l’horreur de l’endettement et de la solitude.

« Il n’a pas de dimanche, pas de vacances, pas de Noël, rien du tout »

C’est le mois de juillet 2018, je suis sur la côte Atlantique, en vacances, avec des amis, tous les matins je vais nager sur la même plage tout seul et tous les jours vois ce mec qui a les pieds dans l’eau, les bras croisés comme ça et qui regarde la mer.

Le quatrième jour, je sors de l’eau après avoir nagé et il est à deux mètres de moi. Je lui dis : « Tu devrais y aller, elle n’est pas froide. » Et il me répond : « Mais je ne sais pas nager. » Je me sens un peu con, je lui dis : « Tu es en vacances ? » Là, je comprends qu’il est agriculteur laitier en Auvergne, et qu’il n’avait jamais vu la mer.

Il n’était jamais parti en vacances, qu’il ne peut pas se verser de salaire, il bosse 18 heures par jour, il n’a pas de dimanche, pas de vacances, pas de Noël, rien du tout. Le matin, le réveil sonne à 6 heures, il fonce avec son chien pour retrouver ses vaches pour les traire. Après ça, il faut nettoyer la salle de traite. Ensuite, il faut les sortir. Et nettoyer la bouse de vache. Ensuite, il va écrémer le lait. Et la journée s’enchaîne. Le soir, ça recommence.

Cyrille s’endette

Cyrille a l’héritage de sa maman : deux étables et quelques vaches. Mais évidemment, aujourd’hui, pour vous installer en tant qu'agriculteur, vous ne pouvez pas continuer comme ça, il y a des mises aux normes, des questions d’hygiène. Cyrille a donc dû construire un bâtiment. Un bâtiment qui fait 800 m2, qui lui a coûté 250.000 €. Donc il a dû faire un emprunt.

Au départ, ça marche pas trop mal, il arrive à rembourser ses emprunts, il a 35 vaches, ça roule. C’est pas Byzance, mais ça roule. Difficile de se verser un salaire, mais au moins, il paie les traites, il habite chez son père, donc ça va. Et puis il se dit qu’il aura toujours le temps pour faire un peu grossir le cheptel. 

Ses vaches meurent

Il rachète 10 vaches. Sauf que six mois plus tard, huit vaches meurent. Sur une petite exploitation, huit vaches, c’est énorme. Le rendement n’est plus le même. Après ça, premier été, sécheresse. Pas d’herbe, les vaches font moins de lait. Pas de foin pour les faire tenir l’hiver, donc achats d’aliments. Deuxième été : sécheresse. Rebelotte. Il ne l’a pas senti au départ. Bon, c’était compliqué, c’était difficile, il s’est dit : « Je vais attendre l’été prochain. » Sauf qu’il était déjà endetté. Le courrier s’amoncelle, les huissiers commencent à envoyer des lettres.

Quand ils arrivent chez Cyrille, ils voient bien qu’il n’y a plus rien à prendre, à part un tracteur qui ne marche pas très bien. C’est quelqu’un qui est dans la merde jusqu’au cou. Lui, bizarrement, il reste poli avec eux, il reste gentil. Moi, je bouillais à l’intérieur, mais fallait que je ferme ma gueule. J’avais la caméra et j’étais là pour filmer ça, et rien d’autre. J’ai terminé de tourner en avril 2019. Aujourd’hui, Cyrille cherche du boulot. Les vaches sont parties.

La liquidation judiciaire est prononcée

Quand la liquidation judiciaire a été prononcée, je me suis permis d’écrire une lettre au juge en demandant six mois de report. Je savais qu’on ne pouvait pas, mais je voulais reporter, prolonger de six mois l’exercice. Pendant six mois, il a pu continuer à traire ses vaches et à vendre son beurre. Jusqu’au 21 décembre 2019, où les vaches sont parties.

Depuis, il y a beaucoup de paperasse, il faut qu’il s’inscrive à Pôle emploi, qu’il remplisse les papiers pour la MSA… J’ai appris que pour l’instant, il n’a pas le droit au RSA, donc c’est un peu compliqué. Et puis on lui propose des formations payées donc je crois qu’il va toutes les faire, parce que comme ça, en attendant, ça lui permet de vivre. 

« Quand vous allez faire vos courses, pensez aux agriculteurs »

Je voudrais qu’il trouve un travail et qu’il puisse avoir sa maison à lui, son appartement, un studio, quelque chose qui soit à lui. J’aimerais qu’il trouve l’amour. Qu’il connaisse ce que c’est que les amis, d’aller boire un verre dans un bar, d’aller manger une pizza. Tout ça, c’est des choses qu’il n’a jamais faites. Quand vous allez faire vos courses, pensez aux agriculteurs. Parfois, vos carottes ou vos pommes de terre, vous ne les paierez pas plus cher chez le petit producteur, il suffit de chercher.

22/02/2020 08:06
  • 10.6m
  • 7.6k

2751 commentaires

  • Francois-Xavier C.
    un jour

    Courage

  • Danielle F.
    2 jours

    Merci à ce journaliste et à son humanité. Le monde rural est dur et les hommes qui l occupent sont bousculés par une mondialisation galopante et inhumaine... Merci pour cette invitation dans la vie d un paysan tel qu il en existe encore un peu dans notre France rurale. Je vis dans cette France là, oubliée et j achète autant que faire se peut à des gens comme lui.

  • Cricri K.
    4 jours

    Très beau documentaire et si réalistes merci pour eux ont prend conscience de la vie dur qu ils mènent

  • Jean-michel C.
    6 jours

    Que devient Cyrille aujourd hui .?

  • Fredo F.
    6 jours

    Catastrophique la façon de faire avec nos agriculteurs

  • Philippe G.
    14/09/2020 12:08

    A regarder jusqu'à la fin du film 🎥 Bravo les agriculteurs.

  • Pascal V.
    13/09/2020 15:22

    😭😭😭😭😭😭😭

  • Bsre A.
    13/09/2020 13:58

    Beau témoignage bien triste pour nos agriculteurs

  • Hanky P.
    13/09/2020 10:22

    Quand je vois ça je comprends une chose la seule solution c'est la révolution pas d'autres solutions

  • Vin C.
    12/09/2020 21:57

    Je souhaite remercier la personne qui a fait ce reportage car c’est vrai il y a plus en plus d’agriculteurs qui sont endettés et et moi je suis actuellement apprenti pour devenir agriculteur donc soutenez-nous et acheter dans les magasins des producteurs et pas dans les grandes surfaces merci à tous

  • Dominique C.
    12/09/2020 19:38

    .

  • Laetitia P.
    12/09/2020 08:01

    Merci de ce témoignage poignant... c’est tellement une vie inhumaine ! Je souhaite du fond du cœur à Cyrille que la vie devienne plus humaine et légère... 🙏💕✨

  • Maryse A.
    11/09/2020 20:39

    Mimi

  • Nicolas H.
    11/09/2020 16:38

    Le changement c'est maintenant. Trop de laissé pour compte, trop de malheureux, trop de différence. Pas assez de solidarité. Il faut que cela change.

  • Samy E.
    10/09/2020 22:38

    😭

  • Patricia F.
    10/09/2020 19:41

    .vous etes super ! Trop de gens ne connaissent pas le travail et la misère

  • Patricia F.
    10/09/2020 19:38

    A

  • Patricia F.
    10/09/2020 19:24

    Et d autre font des elecages de 1000vaches ce sont eux qui doivent disparaître

  • Evelyne P.
    10/09/2020 06:28

    La faute de leurs syndicats ministeres....Europe.....ça cest le monde d'apres....vaut mieux etre éleveur. Que faire les 3/8..CHEZ Renault..

  • Didou D.
    10/09/2020 00:23

    Il faut simplement acheter le produit français , je le fait depuis des années est franchement c’est du qualité , on deviens Nn plus pauvre si on rajout 5 euro sur un achat bordels ça deviens de pire en pire ici , est le pauvres il meme pas le droit au aides social putin c’est quoi ce bordels c’est pas juste

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.