#TBT : en 2005, George W. Bush présentait son plan anti-pandémie

"Si nous attendons qu’une pandémie apparaisse, ce sera trop tard pour se préparer."

#TBT : en 2005, le Président américain George W. Bush alertait sur un risque de pandémie

« Contrairement à la grippe saisonnière, la plupart des gens n’ont pas bâti d'immunité », développait le chef d’État.

En novembre 2005, George W. Bush, alors Président des États-Unis, présentait un plan de lutte contre une possible pandémie de grippe aviaire. Il avait ainsi demandé au Congrès de débloquer 7,1 milliards de dollars, dont une grande partie devait servir au développement rapide d'une capacité de production de vaccins contre la grippe. Voici la retranscription de son discours.

« Si nous suivons l’histoire, il y a des raisons d'être inquiets »

Si nous attendons qu’une pandémie apparaisse, ce sera trop tard pour se préparer. De nombreuses vies pourraient être perdues inutilement parce que nous avons manqué d’agir aujourd’hui. Une grippe pandémique arrive quand une nouvelle souche virale émerge, qu’elle peut se transmettre facilement d’une personne à une autre, et qu’on n’a peu ou pas d'immunité naturelle contre elle.

Contrairement à la grippe saisonnière, la plupart des gens n’ont pas bâti d'immunité. Et contrairement à la grippe saisonnière, elle peut tuer ceux qui sont jeunes et en bonne santé aussi bien que ceux qui sont fragiles et malades. En ce moment, il n'y a pas de grippe pandémique aux États-Unis ou dans le monde. Mais si nous suivons l’histoire, il y a des raisons d'être inquiets.

« Nous devons faire des réserves de vaccins contre la grippe virale »

D’abord, nous devons détecter les épidémies quand elles arrivent n’importe où dans le monde. Deuxièmement, nous devons protéger les Américains en faisant des réserves de vaccins contre la grippe virale et d’antiviraux, et améliorer notre capacité à produire rapidement un nouveau vaccin contre une pandémie virale. Troisièmement, nous devons être prêts à répondre au niveau fédéral, local et au niveau de l'État dans l'éventualité qu’une pandémie atteigne nos frontières.

Pour réussir ces trois objectifs, notre stratégie nécessitera les efforts combinés des autorités du gouvernement, de la santé et du domaine médical, vétérinaire et policier ainsi que du secteur privé. Cela nécessitera la participation active du peuple américain et l’attention immédiate du Congrès américain pour que nous ayons les ressources en place afin de commencer à mettre en place cette stratégie.

« Nous devons avoir un plan d’urgence en place dans les 50 États »

La première phase de notre stratégie est de détecter les épidémies avant qu’elles ne se répandent à travers le monde. Dans la lutte contre les grippes aviaires et pandémiques, la détection précoce est notre première ligne de défense. Une pandémie ressemble beaucoup à un feu, à un feu de forêt. S’il est maîtrisé assez tôt, on peut l'éteindre avec le moins de dégâts. Si on le laisse brûler sans être détecté, il peut devenir infernal et se répandre rapidement au-delà de notre capacité à le maîtriser.

Une pandémie, ce n’est pas comme les autres catastrophes naturelles. Les épidémies peuvent se produire en même temps dans des centaines, voire des milliers d’endroits en même temps. Et contrairement aux tempêtes et aux inondations, qui frappent en un instant puis se rétractent, une pandémie peut continuer de se répandre à vagues répétées, qui peuvent durer un an, voire plus. Pour répondre à une pandémie, nous devons avoir un plan d’urgence en place dans les 50 États et dans chaque communauté locale.

avatar
Brut.
9 avril 2020 15:36