retour

20 ans après avoir été violée, Giulia Foïs partage son histoire

De nombreuses femmes racontent le viol qu'elles ont subi avec le hashtag #JeSuisUneVictime. 20 ans après avoir été violée, Giulia Foïs partage son histoire.

Giulia Foïs : « Le viol se pratique partout, à tous les étages de la société, tout le temps »

La journaliste a été violée il y a 20 ans. Aujourd’hui, est publie un livre sur le sujet, « Je suis une sur deux », dont la sortie est prévue le 4 mars aux éditions Flammarion.

J’ai la chance, alors avec un peu d’ironie et pas mal de guillemets, quand même, parce que je m’en serais bien passée. Disons que j’ai eu de la chance parce que j’ai eu le bon viol. En fait, ce que je veux dire, c’est que le viol, c’est hallucinant à quel point on sait tous au fond que ça se pratique partout, à tous les étages de la société, tout le temps et depuis la nuit des temps. Mais en même temps, comme on refuse de le penser, comme on refuse de l’admettre, parce que ça fait appel à des terreurs tellement enfouies, qu’on se dit qu’on vit mieux en mettant un couvercle dessus, on est dans un impensé total.  

« L’écrasante majorité des victimes connaissent l’homme qui les viole »

Et dans cet impensé, les féministes ont fini par ouvrir une petite fenêtre. La petite fenêtre de l’envisageable et du concevable. C’est le viol qui est commis de nuit, sur un parking, avec une arme. J’ai subi ce type de viol-là. En réalité, il est ultra minoritaire, c’est 1 sur 10. L’écrasante majorité des victimes connaissent l’homme qui les viole. Moi, je suis tombée dans cette case-là, donc c’était plus facile à dire, parce que je savais que ça allait être plus facile à entendre.

Ça n’a pas empêché que mon violeur soit acquitté à l’arrivée, ça n’a pas empêché que j’en prenne plein la gueule, mais enfin, j’ai pu quand même en parler, j’ai pu porter plainte, j’ai pu dire à la société et dire devant lui : « J’ai été violée et on n’a pas le droit de me faire ça. » C’est fondamental pour l’après, pour se reconstruire. J’ai pu me remettre debout.

« On l’a répété en cour d’assises : il n’avait pas le profil du violeur »

J’ai eu le mauvais violeur, en revanche. Je ne compte plus le nombre de fois où on m’a demandé si l’individu était de type maghrébin… Non. Et puis il était père de famille et puis il payait ses impôts. Ça, je l’ai entendu comme argument, le fait qu’il paye ses impôts le rendrait inapte à violer. Et puis il était père de famille. Et puis il était entraîneur d’une équipe de foot. Enfin, tout ça en faisait un « comme nous ». On l’a répété en cour d’assises : il n’avait pas le profil du violeur. La réalité, ce qu’il n’y a pas de profil du violeur puisqu’en fait, on viole dans tous les milieux et à tous les âges puisque c’est un système tout entier qui est en cause et qui autorise le viol, voire qui à certains égards l’encourage.

Je suis une mauvaise victime parce que ça ne se voit pas sur moi, parce que je ne corresponds pas à l’idée qu’on s’en fait, parce que je ne suis pas à terre. Extérieurement, je ne porte pas la marque de la souillure ou de la faute, parce que j’ai décidé de vivre malgré tout. J’ai tout fait pour que ça ne se voie pas. Je croyais naïvement que j’allais pouvoir limiter l’impact du viol. Je ne voulais pas que ça se voie, et on me l’a reproché. En cour d’assises, le procureur a dû se lever pour dire : « On ne peut pas lui en vouloir d’avoir voulu sauver sa peau cette nuit-là et on ne peut pas lui en vouloir aujourd’hui de vouloir aller bien. »

« Quand on est victime, si vous voulez être reconnue comme telle, il faut payer un tribut »

C’est-à-dire que quand on est victime, si vous voulez être reconnue comme telle, il faut payer un tribut… Et ça n’est pas qu’imagé : jusqu’au XIXe siècle, les victimes ont été punies autant que leur violeur. Aujourd’hui, ça existe encore. Les femmes qu’on lapide ou qu’on passe au vitriol parce qu’elles ont été violées. Dans l’inconscient collectif, la culpabilité est partagée, il va falloir qu’on paye, comme lui. La réalité, c’est que les violeurs ne payent pas, en général. En France, seuls 1 % des viols débouchent sur une condamnation. Par contre, nous, il faut qu’on paye.

Le prix à payer, c’est celui d’une vie à moitié. J’ai refusé, et c’est l’une des raisons pour lesquelles le procès a débouché sur un acquittement. Juste après le viol, j’ai eu un réflexe que toutes les victimes ont, c’est celui de me laver. Je voulais enlever toutes les traces de lui sur moi, je voulais enlever cette odeur, je voulais enlever ce que je sentais de lui sur ma peau. C’étaient des choses qu’on voyait à l’époque et qu’on voit encore dans les téléfilms, il y a une espèce de séquence obligée où les victimes se lavent. Ce qu’on ne raconte pas, c’est qu’elles enlèvent d’éventuelles preuves ADN…

« On ne va pas féliciter les hommes pour ne pas violer ! »

Au même moment, avec #jesuisunevictime, de nombreuses femmes racontent le viol qu’elles ont subi. Les femmes sont bel et bien décidées à l’ouvrir pour de bon. Je crois qu’aujourd’hui, on est arrivées à un point où plus rien ne nous fera taire. Mais encore une fois, c’est bon pour tout le monde, parce qu’une société qui met un couvercle sur ce qui déconne chez elle, c’est une société qui se sclérose. Peut-être que le moment est venu de passer à l’étape d’après, de mieux nommer les choses et de parler de violences masculines ? J’entends déjà tout le monde hurler en disant : « Oui, mais tous les hommes ne violent pas. » C’est juste la normalité, de ne pas violer. Il y a ce fameux hashtag, à chaque fois qu’on dénonce des violences sexuelles, #NotAllMen. Mais encore heureux !

On ne va pas les féliciter pour ne pas violer, pour ne pas frapper, pour ne pas harceler, pour ne pas agresser. C’est une perte de temps gigantesque. Si, à chaque fois qu’on parle de viol, il faut échanger même trois tweets ou occuper même une minute de ton antenne pour rappeler que non, tous les hommes ne violent pas, on perd un temps fou. On le sait. Est-ce que, une fois que c’est dit, on peut s’intéresser à ceux qui le font et voir comment on peut faire en sorte qu’ils ne le fassent plus ?

« Ça fait des années qu’on parle, c’est juste qu’on veut pas nous entendre »

La parole, elle s’est déjà libérée. Ça fait des années qu’on parle. C’est juste qu’on veut pas nous entendre. Quand on va enfin se déboucher les oreilles, qu’est-ce qu’on va faire de ces paroles, de ces témoignages, de ces récits, qu’est-ce qu’on en fait ? Il y a beaucoup de choses à faire. C’est pas très compliqué. Reste à savoir quand est-ce qu’on les fait, quand est-ce qu’on passe la seconde. Je parle de formation des flics, je parle de formation des médecins, je parle de formation des juges. Je parle de crédit alloué à des associations de lutte contre les violences faites aux femmes. C’est pas très, très compliqué, en fait.

03/03/2020 21:20mise à jour : 04/03/2020 09:38
  • 4.1m
  • 1.2k

1013 commentaires

  • Mumu C.
    10 heures

    Vous avez de la chance d avoir pu en parler à vos proches !! car quand c esr dans le milieu familial on ne le peux pas ou quand on y parviens enfin on est déjà détruite complètement, même si on protège ses propres enfants on ne sait plus en parlant, car on est juger coupable alors que l on est victime, qui le droit de faire cela à un enfant ? les juges et les lois sont malfaites !!

  • Alexandra B.
    18 heures

    Magnifique discours❣❣ Le ton est vrai et ds la justesse et la justice❣❣❣

  • Rémy C.
    19 heures

    C'est bon

  • Hamada S.
    un jour

    F

  • Lily R.
    un jour

    Bravo Giulia Fois pour cette vidéo prenante..tu dis les choses ..en effet la justice ..réagit de la même manière pour les violences conjugales .. Les associations n ont pas de moyens on est pas entendu ..on est dehors traumatisé victime ..mais l auteur est bien protégé. !! C est le début d une longue agonie ..entre les services de la gendarmerie ou police .interrogatoire qui n en finit pas ..medecine medico légale..la solitude ..la honte ..on est dehors ..sans affaire sans rien .. Je suis en train d ecrire un roman ..détonnant sur le sujet.. Merci à toi car tu vas aider de nombreuses victimes ..😘😙

  • Roberto B.
    2 jours

    Malheureusement l'ennemi numéro1 des victimes de viol sont les femmes😭 Car beaucoup de femmes portent plaintes pour viol pour faire couler une personne qu'elle déteste où pour avoir de l'argent et malheureusement les femmes qui sont réellement victime de viol ne sont plus écouter justement à cause d'autres femmes qui mentent pour ce venger où comme je l'ai dit précédemment pour de l'argent..😭 Ces femmes ne penses même pas aux réelle victime de viol qui par leurs fautes doivent prouver qu'elles ont était violé et malheureusement ont sait tous que c'est pratiquement impossible pour les victimes..😭 Et pour terminer ont devrait changer la loi en france et que chaque violeur🐽 condamné avec preuve à la puit bien-sûr devrait être castré et emprisonné d'une peine allant jusqu'à 20 ans de prison et rétablir la peine de mort pour les pédophiles🐽 sataniques👹

  • Isabelle G.
    3 jours

    Quand on en parle dès la maternelle?

  • Cadda L.
    3 jours

    Tout est dit ! Ne lâchez rien !

  • Tiare J.
    4 jours

    Je pense clairement que ceux qui font les lois ou les décident n ont pas peur d être viole car ce sont principalement des hommes.. Et donc rien ne bouge à cause de cela.. Mettez une femme au pouvoir. Mettez une femme qui travaille dans une association qui aide les personnes victimes de viol et donnez lui les pleins pouvoirs.. Vous verrez ça va bouger

  • Val C.
    4 jours

    Ha en plus il est acquitté il vaut mieux pr lui qu il ai peur la vengeance est un plat qui ce mange froid moi j attend que ts le monde oubli et pendant ce temps je prépare ma vengeance puisque la justice ne fait pas son travail est en plus c de notre faute lol

  • Jim V.
    4 jours

    🥵😡🤬

  • Jim V.
    4 jours

    RESPECTS pour cette Dame. HONTE a' tous ces hommes pour le mal qu' ils ont commis.

  • Marteau M.
    4 jours

    Vraiment bien dit !

  • Francine G.
    5 jours

    Bravo pour votre témoignage et positionnement !

  • Camille H.
    5 jours

    J'avais 9 ans on ne m'a pas cru ni écouté car je me suis battu et l'ai mordu avant qu'il soit aller trop loin. J'avais 9 ans et selon le gendarme c'était ma faute parce que j'avais un short. Lui avait la cinquantaine et était alcoolisés, je n'étais pas là première ni la dernière de ses victimes et pour il s'en ai sorti... C'est dur 15 ans plus tard j'en cauchemarde encore et je ne suis pas alaise avec ma sexualité alors que je me suis reconstruire et même mariée. Encourageons les jeunes filles comme garçons à en parler, à ne pas se cacher.

  • Joeback J.
    6 jours

    Merci ❤️

  • Marie-Laure N.
    6 jours

    Pareil... jugement en la faveur de mon violeur et sequestreur (chef d entreprise et copain copain avec les flics et gendarmes) a été classé !!! Pourtant 6 plaintes avec preuves !!! Mais Yannick Gouley , même si c est un récidiviste, a été relaxé. Moi, je dois vivre avec !! Parceque j ai voulu continuer de vivre et être forte (en apparence) . Justice d'hommes et napoléonienne

  • Virginie R.
    6 jours

    C’est exactement ça... il faut être la bonne victime et encore ça suffit pas... on a toutes ce besoin ce réflexe de se laver...on nous le reproche car notre parole ne suffit pas contre un monsieur très bien sur lui...comment sommes-nous si bêtes de ne pas avoir couru dans un hôpital ou un poste de police alors que nos vêtements étaient déchirés et notre corps plein de lui...forcément ses marques ne font pas de signes visibles, pas d’œil au beurre noir ou d’os cassé pourtant on est détruite à l’intérieur complètement en miette mais nos larmes ne suffisent pas contre un monsieur bien sur lui...

  • Stephanie L.
    6 jours

    Super femme libre d’expression et parle de ce qu’elle connaît vraiment je suis fière de vous avoir écouté merci votre histoire et récit et sont très expressifs 👍

  • Meliissa P.
    29/06/2020 09:26

    Perso : 12 ans au moment des faits , c'était le papa d'un ami du club de natation .. j ai su en parler directement et heureusement mes parents m'ont cru . Lui il a avoué, il n'a absoluement rien eu .. normal quoi .. il frequentait tjs le club de natation ( on avait 10-16 ans ) et lui 45 .. ce n'est arrivé qu'à moi evidemment et les autres parents et amis ? Ils ont TOUS repris pour lui. Je l'avais chauffé.. putin de merde j'avais 12 ans.. des boutons sur la gueule et aucunes formes . Je jouais aux barbies.. Aujourd'hui ça va faire 13 ans , je n'ai plus de haine ni de honte , juste déçue de voir que la societe défends ce genre de personne. Même avec des aveux .. c'est grave qd mm.

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.