retour

20 ans après avoir été violée, Giulia Foïs partage son histoire

De nombreuses femmes racontent le viol qu'elles ont subi avec le hashtag #JeSuisUneVictime. 20 ans après avoir été violée, Giulia Foïs partage son histoire.

Giulia Foïs : « Le viol se pratique partout, à tous les étages de la société, tout le temps »

La journaliste a été violée il y a 20 ans. Aujourd’hui, est publie un livre sur le sujet, « Je suis une sur deux », dont la sortie est prévue le 4 mars aux éditions Flammarion.

J’ai la chance, alors avec un peu d’ironie et pas mal de guillemets, quand même, parce que je m’en serais bien passée. Disons que j’ai eu de la chance parce que j’ai eu le bon viol. En fait, ce que je veux dire, c’est que le viol, c’est hallucinant à quel point on sait tous au fond que ça se pratique partout, à tous les étages de la société, tout le temps et depuis la nuit des temps. Mais en même temps, comme on refuse de le penser, comme on refuse de l’admettre, parce que ça fait appel à des terreurs tellement enfouies, qu’on se dit qu’on vit mieux en mettant un couvercle dessus, on est dans un impensé total.  

« L’écrasante majorité des victimes connaissent l’homme qui les viole »

Et dans cet impensé, les féministes ont fini par ouvrir une petite fenêtre. La petite fenêtre de l’envisageable et du concevable. C’est le viol qui est commis de nuit, sur un parking, avec une arme. J’ai subi ce type de viol-là. En réalité, il est ultra minoritaire, c’est 1 sur 10. L’écrasante majorité des victimes connaissent l’homme qui les viole. Moi, je suis tombée dans cette case-là, donc c’était plus facile à dire, parce que je savais que ça allait être plus facile à entendre.

Ça n’a pas empêché que mon violeur soit acquitté à l’arrivée, ça n’a pas empêché que j’en prenne plein la gueule, mais enfin, j’ai pu quand même en parler, j’ai pu porter plainte, j’ai pu dire à la société et dire devant lui : « J’ai été violée et on n’a pas le droit de me faire ça. » C’est fondamental pour l’après, pour se reconstruire. J’ai pu me remettre debout.

« On l’a répété en cour d’assises : il n’avait pas le profil du violeur »

J’ai eu le mauvais violeur, en revanche. Je ne compte plus le nombre de fois où on m’a demandé si l’individu était de type maghrébin… Non. Et puis il était père de famille et puis il payait ses impôts. Ça, je l’ai entendu comme argument, le fait qu’il paye ses impôts le rendrait inapte à violer. Et puis il était père de famille. Et puis il était entraîneur d’une équipe de foot. Enfin, tout ça en faisait un « comme nous ». On l’a répété en cour d’assises : il n’avait pas le profil du violeur. La réalité, ce qu’il n’y a pas de profil du violeur puisqu’en fait, on viole dans tous les milieux et à tous les âges puisque c’est un système tout entier qui est en cause et qui autorise le viol, voire qui à certains égards l’encourage.

Je suis une mauvaise victime parce que ça ne se voit pas sur moi, parce que je ne corresponds pas à l’idée qu’on s’en fait, parce que je ne suis pas à terre. Extérieurement, je ne porte pas la marque de la souillure ou de la faute, parce que j’ai décidé de vivre malgré tout. J’ai tout fait pour que ça ne se voie pas. Je croyais naïvement que j’allais pouvoir limiter l’impact du viol. Je ne voulais pas que ça se voie, et on me l’a reproché. En cour d’assises, le procureur a dû se lever pour dire : « On ne peut pas lui en vouloir d’avoir voulu sauver sa peau cette nuit-là et on ne peut pas lui en vouloir aujourd’hui de vouloir aller bien. »

« Quand on est victime, si vous voulez être reconnue comme telle, il faut payer un tribut »

C’est-à-dire que quand on est victime, si vous voulez être reconnue comme telle, il faut payer un tribut… Et ça n’est pas qu’imagé : jusqu’au XIXe siècle, les victimes ont été punies autant que leur violeur. Aujourd’hui, ça existe encore. Les femmes qu’on lapide ou qu’on passe au vitriol parce qu’elles ont été violées. Dans l’inconscient collectif, la culpabilité est partagée, il va falloir qu’on paye, comme lui. La réalité, c’est que les violeurs ne payent pas, en général. En France, seuls 1 % des viols débouchent sur une condamnation. Par contre, nous, il faut qu’on paye.

Le prix à payer, c’est celui d’une vie à moitié. J’ai refusé, et c’est l’une des raisons pour lesquelles le procès a débouché sur un acquittement. Juste après le viol, j’ai eu un réflexe que toutes les victimes ont, c’est celui de me laver. Je voulais enlever toutes les traces de lui sur moi, je voulais enlever cette odeur, je voulais enlever ce que je sentais de lui sur ma peau. C’étaient des choses qu’on voyait à l’époque et qu’on voit encore dans les téléfilms, il y a une espèce de séquence obligée où les victimes se lavent. Ce qu’on ne raconte pas, c’est qu’elles enlèvent d’éventuelles preuves ADN…

« On ne va pas féliciter les hommes pour ne pas violer ! »

Au même moment, avec #jesuisunevictime, de nombreuses femmes racontent le viol qu’elles ont subi. Les femmes sont bel et bien décidées à l’ouvrir pour de bon. Je crois qu’aujourd’hui, on est arrivées à un point où plus rien ne nous fera taire. Mais encore une fois, c’est bon pour tout le monde, parce qu’une société qui met un couvercle sur ce qui déconne chez elle, c’est une société qui se sclérose. Peut-être que le moment est venu de passer à l’étape d’après, de mieux nommer les choses et de parler de violences masculines ? J’entends déjà tout le monde hurler en disant : « Oui, mais tous les hommes ne violent pas. » C’est juste la normalité, de ne pas violer. Il y a ce fameux hashtag, à chaque fois qu’on dénonce des violences sexuelles, #NotAllMen. Mais encore heureux !

On ne va pas les féliciter pour ne pas violer, pour ne pas frapper, pour ne pas harceler, pour ne pas agresser. C’est une perte de temps gigantesque. Si, à chaque fois qu’on parle de viol, il faut échanger même trois tweets ou occuper même une minute de ton antenne pour rappeler que non, tous les hommes ne violent pas, on perd un temps fou. On le sait. Est-ce que, une fois que c’est dit, on peut s’intéresser à ceux qui le font et voir comment on peut faire en sorte qu’ils ne le fassent plus ?

« Ça fait des années qu’on parle, c’est juste qu’on veut pas nous entendre »

La parole, elle s’est déjà libérée. Ça fait des années qu’on parle. C’est juste qu’on veut pas nous entendre. Quand on va enfin se déboucher les oreilles, qu’est-ce qu’on va faire de ces paroles, de ces témoignages, de ces récits, qu’est-ce qu’on en fait ? Il y a beaucoup de choses à faire. C’est pas très compliqué. Reste à savoir quand est-ce qu’on les fait, quand est-ce qu’on passe la seconde. Je parle de formation des flics, je parle de formation des médecins, je parle de formation des juges. Je parle de crédit alloué à des associations de lutte contre les violences faites aux femmes. C’est pas très, très compliqué, en fait.

03/03/2020 21:20mise à jour : 04/03/2020 09:38
  • 5M
  • 1.4K

247 commentaires

  • Rach I.
    19/07/2021 20:05

    Quelle femme courageuse 💪🏽

  • Anso B.
    26/08/2020 11:40

    Merci.

  • Chantal L.
    23/07/2020 05:31

    Mes femmes ne portent pas plainte les hommes en profitent.

  • Chantal B.
    22/07/2020 15:38

    😳😳😳😳😳😳👍👍👍👍👍👍👍

  • Gaëlle P.
    13/07/2020 14:39

    Bonjour je vous donne 2 techniques. PNL '' la technique de l'écran de cinéma ''. Et '' la coupe énergétique de Rémi portrait ''. Il y a un site internet Rémi Portrait. J'ai pu grâce à ces 2 techniques m'ont permis de revenir à la vie. Courage à toutes.

  • Miomio B.
    10/07/2020 17:22

    Tout se voit dans le regard de cette femme. Beurk, beurk et beurk !!!

  • Marie-Laure N.
    30/06/2020 22:13

    Pareil... jugement en la faveur de mon violeur et sequestreur (chef d entreprise et copain copain avec les flics et gendarmes) a été classé !!! Pourtant 6 plaintes avec preuves !!! Mais Yannick Gouley , même si c est un récidiviste, a été relaxé. Moi, je dois vivre avec !! Parceque j ai voulu continuer de vivre et être forte (en apparence) . Justice d'hommes et napoléonienne

  • Virginie R.
    30/06/2020 21:55

    C’est exactement ça... il faut être la bonne victime et encore ça suffit pas... on a toutes ce besoin ce réflexe de se laver...on nous le reproche car notre parole ne suffit pas contre un monsieur très bien sur lui...comment sommes-nous si bêtes de ne pas avoir couru dans un hôpital ou un poste de police alors que nos vêtements étaient déchirés et notre corps plein de lui...forcément ses marques ne font pas de signes visibles, pas d’œil au beurre noir ou d’os cassé pourtant on est détruite à l’intérieur complètement en miette mais nos larmes ne suffisent pas contre un monsieur bien sur lui...

  • Slv M.
    24/06/2020 08:30

    C.est un beau témoignage Il faut avances et vous faite bien .. RES-PAIX.

  • Djamal B.
    26/05/2020 05:23

    Le violeur n à pas d'âge n à pas de nationalité n à pas de milieu

  • Michelle B.
    22/05/2020 14:13

    Le viol y a aussi bien que homme violer que femmes violer que soit par mains brutal que sexe quelques soient l'âge faut à tout prix dénoncer même si sa n'aboutit à rien en justice car chez eux il y a des violeurs faut que le monde entier sache qui faut arrêter tous genres de violence que sa ne peut plus durer et que si on fait notre propre justice c'est pas celui qui est violent qui soit puni mais la victime alors faut à tout prix que sa change plus jamais violence de tout genre bon courage à tous

  • Onuwdiwo B.
    13/05/2020 09:30

    I don't care what you've done, how black your sins are, how smutty your life is; Jesus Christ is knocking at your heart's door to forgive you, no matter who you are.

  • Onuwdiwo B.
    13/05/2020 09:30

    Jesus Christ Our God, Our Creator and Our Savior only can save us from death. Isaiah 9: 6, Revelation 1: 8, John 1:10, 5: 21-25,40 6: 23-48, 51-58, 63, 8: 51. 11: 25-26. 1 Corinthians 15:22. Jesus Christ is coming soon.

  • Onuwdiwo B.
    13/05/2020 09:30

    Please Come Back To God. Come Back To The Holy Spirit, And Pray For God To Give You The Love That Will Break All The Prejudice Out Of Your Life. Amen..55-03-11.. THE SEAL OF THE ANTI CHRIST.. Shalom.

  • Périne K.
    03/05/2020 10:43

    7uiiio7i22iuuu3ii lômmmm

  • Martine S.
    02/05/2020 23:49

    Les violeurs comme les pedophiles sont protégés et impunis!!! Mais pas d'inquietude, a l'heure de leur mort et apres, c'est la que ca va changer!! Bravo madame, je serais vous, je balancerais la photo du mec, son nom...ou il vit, car ses enfants, sa femme doivent savoir...et tous les autres!!!

  • Gisele G.
    02/05/2020 05:36

    Merci pour votre témoignage.

  • Fleurène L.
    01/05/2020 19:24

    MERCI !

  • Armand C.
    01/05/2020 15:33

    Révoltez vous. Les mentalités changent,dans le monde hormis dans les pays archaïques, très pauvres, corrompus, ou la femme vaut deux chèvres, donc dénoncez, condamnez, luttez pour que justice soit faite, pour que vous soyez considérées, respectées, sans complexes ni craintes.

  • Dominique B.
    01/05/2020 13:54

    Que c'est vrai...

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.