5 idées reçues sur la contraception

"C’est une affaire de femmes", "c’est au médecin de choisir la contraception", "il faut avoir eu un enfant pour porter un stérilet", etc. 5 idées reçues sur la contraception… et pourquoi elles sont fausses.

Cinq clichés sur la contraception

Brut fait le point avec Martin Winckler, médecin généraliste féministe et spécialisé dans la santé des femmes.

Seuls les gynécologues peuvent prescrire des contraceptifs

Les sages-femmes aussi s'occupent de contraception. Elles ont la possibilité de prescrire toutes les méthodes de contraception, comme les médecins généralistes.

Il faut avoir eu un enfant pour porter un dispositif intra-utérin

Dès 1994, je posais des stérilets, dispositifs intra-utérins (DIU), à des femmes qui n'avaient pas d’enfant. Il y avait un dogme en France qui disait qu’on ne pouvait pas poser de stérilets aux nullipares. Dans les pays anglo-saxons et dans les pays en développement, ce n'était pas un problème. On savait que ce n'était pas dangereux. Mais aujourd’hui encore, il y a des médecins qui ne sont toujours pas à jour, alors que les recommandations internationales sont très claires.

La contraception est une affaire de femmes

Sur les 16 méthodes contraceptives présentées sur le site gouvernemental Choisirsacontraception.fr, trois sont masculines: le préservatif, la vasectomie et le retrait.

La stérilisation est interdite en France

Depuis 2001 en France, la contraception définitive est possible pour toute personne majeure, après un délai de réflexion de quatre mois. Dans les pays anglo-saxons, la stérilisation est légale depuis les années 70. Et la civilisation anglo-saxonne ne s'est pas écroulée ! Il y a des femmes qui se font ligaturer les trompes, des hommes qui se font faire des vasectomies, et ça ne pose aucun problème à personne.

C'est au médecin de choisir

J'ai écrit un livre qui s'appelle Contraceptions : mode d'emploi, en 2001. C'était le premier livre sur le sujet pour le grand public en France. La meilleure contraception, c'est celle que la femme choisit. Il faut donc lui donner toutes les informations sur toutes les méthodes qui existent. Et elle choisira en fonction de sa sexualité, de son désir d'enfant ou non, de son ou de ses partenaires à ce moment-là. C'est elle qui choisit ce qui va lui convenir, elle est la mieux placée.

avatar
Brut.
12 mars 2019 07:36