retour

Affaire Adama Traoré : 4 ans de bataille judiciaire

Arrêté au terme d'une course-poursuite et d'un plaquage ventral, Adama Traoré meurt deux heures plus tard, le 19 juillet 2016, dans les locaux de la gendarmerie. Depuis, les thèses des gendarmes et de la famille sur les causes de la mort s’opposent.

Affaire Adama Traoré : quatre ans de bataille judiciaire

Une nouvelle contre-expertise estime que le plaquage ventral des gendarmes est à l’origine de la mort du jeune homme. Brut revient sur quatre ans de bataille livrée par sa famille.

Ils étaient plus de 20.000 manifestants, le 2 juin, à se rassembler devant le tribunal de Paris pour protester contre les violences policières, à l’appel du Comité « La Vérité pour Adama ». Il y a presque quatre ans, le jeune homme, noir, est mort après un plaquage ventral effectué par la police. Depuis, les expertises et contre-expertises sur les causes de sa mort se sont multipliées.

2016

Adama Traoré, 24 ans, est arrêté par des gendarmes au terme d'une course-poursuite. Il meurt deux heures plus tard dans les locaux de la gendarmerie à Persan, dans le Val-d’Oise. « Les dernières paroles de mon frère ont été : "Je n'arrive plus à respirer, je n'arrive plus à respirer” », rappellera plus tard Assa Traoré, sa sœur, lors d’un rassemblement le 23 avril 2020.

Une première autopsie est pratiquée. « Des foyers infectieux situés sur plusieurs organes ont été relevés lors de l’autopsie. Par ailleurs, le légiste nous indique qu’il n’y a pas de lésions faisant penser à des violences », indique alors Yves Jannier, procureur de la République de Pontoise.

« On me dit au départ qu’il avait fait une crise d’épilepsie. Le lendemain, on me dit qu’il a fait une crise cardiaque. Aujourd’hui, on me dit que c’est une infection gravissime qui l’aurait tué. Demain ça va être quoi ? » s’interroge un autre sœur de la victime, Mama Traoré. Des heurts éclatent alors à Beaumont-sur-Oise, la commune où Adama Traoré habitait.

« Il y a trop de choses qui ont été dites depuis deux jours et demi, des inexactitudes, des mensonges. Il est inadmissible d'instrumentaliser la souffrance d'une famille. Mais la vraie question qu'il faut se poser, c'est pourquoi un jeune de 24 ans se retrouve aux mains des gendarmes et qu’il en sort décédé », déclare l’avocat de la famille d’Adama Traoré le 22 juillet.

Par la suite, une nouvelle autopsie réclamée par la famille contredit la thèse de l'infection comme cause du décès. « Plus on avance dans l'affaire d'Adama, plus les mensonges sont gros », réagit Assa Traoré. L’asphyxie, en revanche, figure dans les deux autopsies.

Aussi la famille Traoré porte-t-elle plainte contre les gendarmes impliqués dans l’arrestation. Selon elle, Adama Traoré est mort à la suite d’un plaquage ventral, une technique policière dangereuse. Les gendarmes, de leur côté, s’en défendent : « Nous avons employé la force strictement nécessaire pour le maîtriser, mais il a pris le poids de notre corps à tous lors de son interpellation », affirme l’un d’entre eux le 2 août.

2017

« Il s’agissait d’un individu qui a pris la fuite à trois reprises, qu’il fallait interpeller et qui a été interpellé dans les conditions normales d’interpellation », assure l’avocate des gendarmes le 5 juillet 2017. Pour sa part, Assa Traoré rappelle que « la juge avait tous les éléments. Il y a trois expertises qui sont sorties, trois expertises qui vont dire qu’Adama est bien mort asphyxié ».

Adama Traoré devient le symbole des violences policières en France, et sa sœur Assa Traoré une porte-parole pour les victimes de ces violences. « Ces jeunes sont déshumanisés. Ces jeunes ne sont même pas vus comme des personnes ayant des sentiments. Ce sont des jeunes qui ont un cœur, ce sont des jeunes qui savent penser, ce sont des jeunes qui ont le droit à la liberté de circuler. Ce ne sont pas des jeunes que l’on doit tabasser et humilier comme on le fait », déclare la militante.

Qui conclut : « Aux États-Unis, on parle de ségrégation raciale. En France la ségrégation raciale est remplacée par la ségrégation sociale. Aujourd’hui, les jeunes de quartiers subissent ça. À travers le combat d’Adama, c’est ce système, c’est ce que l’État a construit qu’il faut casser. »

2018

Le 21 juillet, la mère d’Adama Traoré prend la parole : « Je suis en colère. Ça fait deux ans que je ne peux pas faire mon deuil tant qu’il n’y aura pas la justice. Tant que les trois gendarmes ne seront pas mis en examen. Moi, je suis en colère. Ça ne peut pas cicatriser. Ça fait mal. »

2019

La bataille judiciaire et médico-légale se poursuit. « Les juges étaient prêtes à fermer le dossier Adama Traoré. Grâce à l'expertise que nous avons commandée, elles vont relancer l'enquête. Nous avons dû redoubler d’efforts. Si on avait fait confiance seulement aux juges, l’affaire de mon petit frère aurait été classée sur un non-lieu », résume Assa Traoré le 19 juillet.

2020

Le 20 mai, les résultats d’une nouvelle expertise excluent l’asphyxie due au plaquage ventral. Le jeune homme serait décédé d’un œdème cardiogénique. Les gendarmes ne sont donc pas reconnus responsables. « C'est une expertise qui protège clairement les gendarmes. C’est une expertise qui nous ramène à la pathologie cardiaque qui avait été écartée. Nous demandons la mise en examen des gendarmes », réagit de nouveau Assa Traoré.

Le 2 juin, une nouvelle contre-expertise demandée par la famille d'Adama Traoré estime que le plaquage ventral des gendarmes est à l’origine de la mort du jeune homme. Le même jour, plus de 20.000 manifestants se retrouvent devant le tribunal de police de Paris pour protester contre les violences policières, à l’appel du Comité « La Vérité pour Adama ».

03/06/2020 17:24
  • 1.9m
  • 2.6k

1108 commentaires

  • Smi S.
    4 jours

    Quand vous comprendrez qui faut quitter ce pays !

  • Guillaume G.
    7 jours

    Affaire traoré, c’est un sketch 😂 Ils ont pas compris qu’on s’en branle de cette famille ? Sérieux

  • Thérèse M.
    17/09/2020 12:01

    Et son cousin noyé dans la Seine en essayant de fuir la police cette famille ç' est scarface c'est tout

  • Junior L.
    18/08/2020 11:27

    🙏Bonjour /Bonsoir 🙏 Je suis ici grand Maître marabout KANLIGAN Dans le but d',aider les gens, je suis à votre disposition pour tout vos problèmes j'ouvre mes portes dans les domaines suivants: sont numéro de WhatsApp +229 97 95 51 46 💑Retour d'affection ✍🏽Bic magique 💍Bague magique 💵Portefeuille magique 👝Valise magique 🌒Calebasse magique 📩Bédou magique 🚓Arrêter un problème de police 🦉Désenvoutement 🌵Astuce pour grossir son pénis ⛑Pour trouver de boulots 🌒💍Savon et bague de protection Solutions à tout vos problèmes🦉 de vie et guérison de toutes maladies avec une consultation gratuite. WhatsApp +229 97 95 51 46 NB:🇧🇯Les colis sont envoyé par bus et par vol. Contacter le grand maître marabout KANLIGAN pas WhatsApp +229 97 95 51 46👈

  • Nathalia H.
    13/08/2020 07:01

    Cela ne devrait même pas exister c’est honteux soutien absolue aux forces de l’ordre

  • Gilles P.
    07/08/2020 21:21

    Une pourriture. ..

  • Yannick S.
    31/07/2020 09:55

    Régler vos problèmes entre vous sans ameuter tout un pays !!!!!

  • Jocelyne H.
    22/07/2020 14:21

    Ça vas cesser quand ce cinéma ,ils ne sont vraiment pas innocents ces gens.

  • Poncharelo S.
    21/07/2020 20:03

    Sa mort est une bonne chose pour le pays.

  • Claudine B.
    20/07/2020 00:43

    Gourdasse

  • Jean-patrice N.
    14/07/2020 15:56

    Allez en taule toute la famille

  • Pierre L.
    12/07/2020 07:23

    Yacouba Traoré : 3 ans ferme - incendie d'un autobus. --Samba Traoré : 4 ans ferme - violences avec arme. --Serene Traoré : 4 mois ferme - outrage. --Bagui Traoré : 30 mois ferme - extorsion sur femmes vulnérables. --Youssouf Traoré : 6 mois ferme - trafic de drogue.🙄

  • Pierre L.
    12/07/2020 07:22

    Affaire TRAORE - Marre des racontars de cette famille exemplaire, des gauchos et des bobos parisiens.- Ci joint résumé pertinent à ne pas hésiter à faire circuler.. Mise au point nécessaire Adama Traoré : une imposture basée sur quatre mensonges Premier mensonge : Adama Traore aurait été interpellé lors d’un contrôle aléatoire, et probablement pour des raisons racistes. C’est faux : le 8 juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise, un groupe de personnes entre illégalement au domicile d’un couple pour le violenter et le voler. Parmi les auteurs se trouve Bagui Traoré, identifié onze jours plus tard lors d’un contrôle effectué sur instruction de la justice par des gendarmes. Ce jour-là, Bagui n’est pas seul. A côté de lui se trouve un homme qui, à la vue des forces de l’ordre, lâche son vélo et s’enfuit en courant. Qui est cet homme ? AdamaTraore. Surpris par cette réaction deux gendarmes se mettent à la poursuite d’Adama pendant que le troisième reste avec BaguiT raoré qui n’oppose aucune résistance. 2 des trois gendarmes qui ont procédé à l’interpellation d’AdamaTraoré étaient noirs. Deuxième mensonge : AdamaTraoré a été tué par un plaquage ventral excessivement violent. C’est faux : le 19 juillet 2016, date de l’interpellation d’Adama Traoré, une course poursuite à pied s’opère entre lui et les deux gendarmes. Rattrapé et arrêté, Adama Traoré est essoufflé. Il demande alors aux gendarmes de faire une pause pour reprendre son souffle, ces derniers acceptent. A tort ? Un ami d’Adama Traoré l’aperçoit, frappe un gendarme et lui permet de s’échapper de nouveau. Une seconde fois, celui-ci s’enfuit en courant malgré sa fatigue… Pour échapper aux gendarmes, Adama Traore entre alors au domicile d’un habitant afin de se cacher. Sans succès… Une équipe de trois autres gendarmes entrent dans l’appartement et trouvent Adama Traore caché à côté d’un canapé, allongé par terre, enroulé dans un drap roulé. Une interpellation classique s’en suit : un gendarme immobilise les jambes et les deux autres s’occupent chacun d’un bras. Rapidement menotté, Adama se lève tout seul et est emmené dans la voiture des militaires pour être conduit à la Gendarmerie de Persan située à 1km. A aucun moment Adama Traore n’a donc été victime d’un plaquage ventral lors de son interpellation. Troisième mensonge : aucune raison médicale ne peut expliquer la mort d’Adama Traore, autre que la violence des gendarmes. C’est faux : juste après la mort d’Adama Traore dans la cour de la Gendarmerie, les enquêteurs découvrent un début d’explication à sa fuite. Il porte sur lui 1300 euros et un sachet de cannabis. Un rapport d’autopsie révèlera qu’Adama était sous l’emprise du cannabis lorsqu’il est mort. Toujours selon les rapports, le corps d’Adama ne porte aucune trace de violence. Il n’a donc pas pu être asphyxié lors de son interpellation par les gendarmes. Les témoins entendus sont d’ailleurs unanimes, il n’y a eu aucune trace de violence à son encontre et Adama avait du mal à respirer, il parvenait difficilement à parler. Il sera démontré plus tard qu’Adama souffrait d’insuffisance respiratoire et de problèmes cardiaques, d’où son essoufflement. Quatrième mensonge : Adama Traore était un jeune homme sans histoires. C’est faux : à seulement 24 ans, âge de sa mort, Adama Traore était connu de la police pour « recel, violences, violences volontaires sur agent de la force publique ». Mais aussi « extorsion avec violences, menaces de mort, outrage, conduite sans permis, usage de stupéfiants, vol à la roulotte, vol de véhicule avec violences ». Soit 17 inscriptions au fichier de traitement des antécédents judiciaires (TAJ), ce qui lui a valu deux séjours en prison. Lors de son second séjour, de décembre 2015 à mai 2016, il est même accusé de viol par son codétenu… qui sera en représailles passé à tabac par le frère d’Adama, Yacouba Traoré. En réalité, la fratrie Traoré tout entière est redoutée par les habitants de Beaumont qui refuseront de s’exprimer à son sujet. « Tout le monde a peur des frères Traoré ici. Ce sont des caïds». Après la mort d’Adama, cinq nuits d’émeutes viendront secouer le quartier avec des attaques particulièrement violentes contre la gendarmerie de Persan. A tel point qu’une vingtaine de gendarmes visés par des menaces de mort demanderont leur mutation. Elles seront toutes acceptées.

  • Pascal S.
    10/07/2020 17:54

    il méritait de mourir ! justice a été rendue.

  • Stephane B.
    01/07/2020 09:00

    Traoré famille de 17 enfants vive la France

  • Semoun L.
    29/06/2020 20:19

    Jamais je ne soutiendrai cette famille de gros délinquants

  • Jean J.
    27/06/2020 20:02

    Il avait qu’à rester chez lui bon débarra

  • Michel B.
    26/06/2020 12:12

    aucune comparaison pour ces gens qu ont devrais traduire devant les tribunaux. ..c est la crème de la crème ces délinquants. ....il faut virer tout ça ....

  • Patrick N.
    25/06/2020 18:39

    Raclure

  • Jean S.
    24/06/2020 11:27

    Il ne nous manque pas ce délinquant notoire. Next

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.