Au Texas, les cliniques pro-avortement menacées de fermeture

C'est la dernière clinique à pratiquer des IVG dans le sud du Texas… Chaque jour, voici ce que les femmes qui souhaitent avorter doivent affronter.

“Dans tout le Texas, il ne reste plus que 8 centres d’avortement”

Pour de nombreuses femmes, la Whole Woman’s Health Clinic représente le dernier espoir de pratiquer un avortement. Dans la région, 13 cliniques pro-avortements ont déjà disparues.

“Il ne s’agit pas seulement du droit à l’IVG qui est retiré. Il s’agit des droits liés à la reproduction en général”, déclare Maya Cueva, cofondatrice de “On the Divide”.

A quelques mètres seulement, le centre anti-avortement Mc Allen Pregnancy Center tente de décourager les femmes à avoir recours à une IVG. “Il cible les femmes en âge de procréer qu’il soupçonne de vouloir avoir recours à une IVG”.

“Bien qu’il fournisse des services tels que la distribution de couches ou la réalisation gratuite d’échographies, sa finalité est d’empêcher les personnes d'avorter.”

Droit à l’IVG menacé aux Etats-Unis : retrouvez le puissant discours de la militante féministe Gloria Steinem, alors que la Cour suprême américaine serait sur le point de supprimer le droit à l’avortement.

"Les gens ont recours à l’IVG pour une multitude de raisons"

"Souvent, la manière dont les médias traditionnels représentent cette décision se résume à l’idée de tuer un bébé. Mais pour beaucoup de gens, il peut y avoir des raisons de santé, des raisons économiques”, explique Maya Cueva.

Dans une région où de nombreuses personnes sont sans-papiers, la Whole Woman’s Health Clinic reste la seule option pour beaucoup.

Dans le sud texan, de nombreuses femmes latinas ou mexicaines traversent les frontières pour réaliser un avortement, acte illégal dans leur pays.

“Si la Whole Woman’s Health Clinic à McAllen venait à fermer, des femmes devraient parcourir plus de 400 km pour se rendre à la clinique la plus proche et risquer l’expulsion pour une consultation médicale”.

Aux Etats-Unis, plusieurs états américains comme la Floride ont déjà voté en faveur de lois limitant le droit à l'interruption volontaire de grossesse. C'est le cas de l'état de l'Oklahoma, dans le sud des Etats-Unis, qui a annoncé le 3 mai avoir signé une loi interdisant l'avortement après six semaines de grossesse.

Aujourd'hui, ce droit à l'avortement est plus que jamais menacé en Amérique. La Cour suprême américaine pourrait être sur le point de supprimer l'arrêt Roe v. Wade de 1973, permettant aux femmes d'avoir recours à une interruption volontaire de grossesse dans le pays. Une décision qui fait beaucoup de bruit.

En Pologne, dans un climat compliqué pour le droit à l’IVG, Izabela est décédée faute d'avoir pu avorter.

avatar
Brut.
9 mai 2022 06:26