C'est quoi, les QAnon ?

"Ils disent que nous sommes une secte. Nous ne sommes pas une secte." Eux, ce sont les QAnon, un mouvement de plus en plus influent dont la cible principale est "l'État profond" qui se cacherait derrière l'assassinat de JFK ou le 11-Septembre. Voilà ce en quoi ils croient…

C’est quoi, le mouvement complotiste QAnon ?

Selon cette théorie du complot d’extrême droite, un « État profond », aidé par les progressistes, conspire contre le Président américain et ses alliés.

Née dans de sombres recoins d’Internet, la théorie du complot d’extrême droite connue sous le nom de QAnon est en train de s'infiltrer dans le monde politique…

Un plan de Trump censé arrêter un réseau criminel appelé « l'État profond »

Tout commence le 28 octobre 2017, lorsqu'un mystérieux personnage, qui utilise le nom de code « Q », poste une série de messages cryptiques sur 4chan, un réseau d'échanges d’images sur internet. Q se présente comme un haut fonctionnaire du gouvernement habilité au secret défense, en mission pour informer le public du plan de Donald Trump pour arrêter un réseau criminel de personnes puissantes appelé « l'État profond » (« deep state » en anglais).

Ces « miettes » d’informations ont ensuite continué à apparaître en ligne, bien qu'il ne soit pas certain qu'elles proviennent toutes de la même source. Les followers de QAnon (« anon » est le diminutif de « anonymous ») commencent alors à chercher des indices dans les messages de Q, les tweets de Trump et les documents du gouvernement.

Les followers de QAnon pensent que l'État profond est responsable du 11-Septembre

Parmi leurs convictions, une théorie du complot liant des politiciens et des célébrités à un trafic d'enfants. Cette théorie trouve son origine dans l'affaire du « PizzaGate » de 2016, lorsqu’un groupe d'internautes a prétendu, à tort, que l’équipe de campagne d'Hillary Clinton gérait un réseau de trafic d'enfants dans le sous-sol d'une pizzeria de Washington D.C.

Les followers de QAnon estiment également que l'État profond est responsable de l'assassinat de John F. Kennedy, du 11-Septembre et de de la crise financière de 2008. Leur cri de ralliement, « Where we go one, we go all » (« Où un seul va, nous allons tous »), est attribué à une phrase gravée sur le voilier de JFK.

Trump retweete les internautes qui suivent QAnon

Ils pensent en outre que Donald Trump a fait part de son plan pour faire échouer « l'État profond » via un commentaire qu'il a fait plusieurs semaines avant le premier post de Q. Le 5 octobre 2017, il déclare en effet : « Nous avons atteint le calme avant la tempête. » « Quelle tempête, Monsieur le Président ? » lui demande un journaliste. « Vous le découvrirez », répond Trump.

Bien que Trump retweete les internautes qui suivent QAnon, il ne les a jamais ouvertement soutenus lui-même. Cependant, ses partisans sont convaincus qu'il laisse des indices. Ils font attention aux moments où il mentionne le chiffre 17, puisque Q est la 17e lettre de l'alphabet. Certaines célébrités américaines ont même fait référence à QAnon sur Twitter, comme l’actrice Roseanne Barr.

L’ancien conseiller de Trump Michael Flynn a prêté allégeance à QAnon

Ces dernières années, des incidents violents ont été liés à QAnon. En 2018, un homme armé a par exemple bloqué le pont Hoover Dam, en Arizona, avec un véhicule blindé. Puis, en mars 2019, un jeune homme de 25 ans nommé Anthony Comello a tiré sur un parrain de la mafia à New York, croyant qu'il faisait partie de « l'État profond ». Lors d'une comparution au tribunal, il a levé la main pour révéler la lettre Q dessinée sur sa paume.

Le mouvement QAnon a pris énormément d'ampleur depuis ses débuts en 2017, et certaines de ses vidéos explicatives atteignent des millions de vues. Le 5 juillet 2020 par ailleurs, une vidéo du Général Michael Flynn, ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, le montre prêtant allégeance à QAnon.

avatar
Brut.