retour

Carla, Marie-Laure et leurs trois filles, la première famille homoparentale de France

Carla et Marie-Laure ont eu trois filles par PMA. En 2004, elles devenaient la première famille homoparentale de France reconnue par la loi. Brut les a retrouvées.

Brut a retrouvé la première famille homoparentale de France

Entre 1994 et 1998, Carla et Marie-Laure ont eu trois filles par PMA. En 2004, elles deviennent la première famille homoparentale reconnue par la loi : la famille Picard-Boni.

Giulietta, Zelina et Luana. Ce sont les trois filles de Carla et Marie-Laure. Ensemble, elles forment la famille Picard-Boni, la première famille homoparentale de France. 26 ans après la naissance de Giulietta, Brut les a retrouvées.

Giulietta est conçue en France par PMA grâce à un vide juridique

Entre 1994 et 1998, Carla et Marie-Laure ont eu trois filles par PMA. En 2004, elles deviennent la première famille homoparentale reconnue par la loi. « On était simplement dans la réalité de notre amour. Il y a tellement de gens qui étaient contre, c’est sûr mais à l’époque, on n’en avait pas conscience de toute façon », se souvient Carla.

En 1994, Giulietta est conçue en France par PMA grâce à un vide juridique. La même année, la PMA est interdite pour les couples de lesbiennes. Zelina et Luana seront conçues en Belgique. En 1999, la loi instaurant le Pacs est votée, y compris pour les couples homosexuels.

Au départ, seule Marie-Laure a un lien de parenté

Carla et Marie-Laure sont alors un couple « officiel », mais cela ne garantit aucun lien de parenté avec les enfants pour Carla. C’est en effet Marie-Laure qui a porté les filles. « J’avais moi seule le lien de parenté avec ces enfants que nous avions désirés ensemble, que nous élevions ensemble. On faisait comme un couple qui élève ses enfants », affirme-t-elle.

Il faut au couple quatre ans de procédure pour obtenir cette autorité parentale pour Carla. La mère doit, dans un premier temps, adopter les trois enfants, puis demander une autorisation parentale conjointe. Elle obtient gain de cause deux fois. Chose exceptionnelle en France, où la famille homoparentale n’est alors pas reconnue.

« Ce n’est pas comme s’il manquait quelqu’un, parce que cette personne n’existe pas »

Giulietta, aujourd’hui âgée de 26 ans, s’amuse des questions qu’on lui a posées au fil des années. « “Comment ça se fait ? Comment ça a été fait ? Mais tu n’as pas de papa ?” “Mais ça ne te manque pas ?” Bah non. Enfin, je ne le connais pas, ça peut pas être quelque chose qui me manque. C’est vraiment de la curiosité. Ils ont juste envie de savoir comment ça s’est passé et d’expliquer. Et au final, les gens sont là : “Ok, c’est cool.” »

L’aînée de la famille ne constate pas de « manque » et ne comprend pas vraiment qu’on utilise ce terme. « On est nées avec nos deux parents, on a été désirées toutes les trois. C’était déjà cette composition, ce n’est pas comme s’il manquait quelqu’un parce que cette personne, elle n’existe pas. Ce n’est pas comme s’il y avait un des parents qui était parti à notre naissance. On a grandi dans cette famille. »

« Nos filles sont nées d’un don et pas d’un abandon »

« Nos filles sont nées d’un don et pas d’un abandon. Ça n’a rien à voir », renchérit Carla. Elle trouve d’ailleurs absurde l’idée qu’il faudrait absolument deux genres dans un couple de parents. « On ne fonctionne pas par genre, mais par capacité. Et il y a aussi beaucoup de couples hétéros qui fonctionnent de cette façon. Mais la société ne pense pas comme ça. »

Pour Zelina, cette répartition n’a jamais causé aucun souci. « En tant qu’ado, ça ne nous a jamais posé problème parce que tout était dit. On nous a toujours tout dit, dès qu’on était toutes petites. Comment on était nées, pourquoi notre famille, blablabla tout ça. Et je pense, aussi, du coup il n’y a jamais eu de gène de notre part. » Et Luana, la benjamine, de conclure : « Tu ne dis pas en te présentant : “Bonjour, j’ai deux mères.” C’est une part de mon identité, mais ce n’est pas que ça. »

16/06/2020 16:47mise à jour : 16/06/2020 18:25
  • 3.1M
  • 1.1K
Brut - Le livre

371 commentaires

  • Gene L.
    25/09/2020 18:48

    Je vous souhaite à tous beaucoup de bonheur

  • Alex M.
    25/09/2020 10:47

    Son père c Marie est sa mère c Susanne.

  • Eve B.
    25/09/2020 09:32

    Deux femmes et elles ont eu que des filles 🤣😂 ya que des femmes dans la maison ça doit être plus cool quand même que d'avoir un mari violant ou incestueux. Elles m'ont l'air heureuses c'est le principal après chacun sa vie et on a pas à dicter aux autres notre choix

  • Lyd T.
    24/09/2020 21:35

    Garder cela en occident svp l'Afrique n'en a pas besoin :)

  • Serge D.
    24/09/2020 14:57

    On ne veut pas de l homme mais on en veut son fruit....quelle hypocrisie....

  • Manon B.
    23/09/2020 15:50

    💖💖

  • Marie L.
    23/09/2020 13:20

    Toujours est-il qu'il faut avoir un homme pour la conception

  • Michael F.
    22/09/2020 17:32

    Ce sont des mécréants

  • Clo B.
    22/09/2020 17:19

    Un ventre ça ne veut plus rien dire aujourd'hui...faire pousser la vie en soi ca nous donne pas plus de droit qu un geniteur... alors encore bcp de bonheur à cette jolie petite famille!

  • Carine B.
    22/09/2020 15:25

    On peut débattre de la propriété ou non, du couple femme-femme ou homme-homme ou de tout sujet qui tournent autour mais l'important c'est l'amour !!!

  • Azathoth Y.
    22/09/2020 09:30

    elles choisissent de pas être avec un homme mais ça veut des gosses pfff du n'importe quoi ces femmes

  • Yannick B.
    22/09/2020 08:33

    Une dernière petite chose et non pas des moindres ça n'existe pas le droit d'avoir des enfants avoir des enfants ce n'est pas un droit je sais pas qui à aller pondre cette connerie on a une envie d'enfant mais en aucun cas ce n'est un droit

  • Gylhiane D.
    22/09/2020 07:42

    Les deux mamans ont su bien expliquer et éduquer leurs filles. Je ne vois aucun problème tant que l’amour et la vérité sont présents.

  • Lallah A.
    22/09/2020 01:40

    Nous avons un résumé "tamisé" sur la vie de cette famille pas plus spéciale que tant d'autres. Elles semblent soudées. Cependant, je reste sceptique, car RIEN n'a été dit sur la vie "amoureuse et sexuelle" de ces filles homoparentales, conçues, élevées et éduquées par la seule et unique volonté (désir aussi...) de deux femmes homosexuelles qui ont su utiliser un vide juridique français. D'un certaine maniére, ces filles se sentent reconnaissantes et redevables à celles qui les ont "permis de naître". Elles sont bien avec leurs méres, ok, mais RIEN ne peut empêcher l'être humain de se poser des questions sur ses origines réelles. Sérieusement, et par curiosité "déplacée et même malsaine" de ma part, j'aurai apprécié que les trois filles nous en disent un brin sur leur vie sentimentale et sexuelle. SÉRIEUSEMENT ! NB : je pense que le refus de la législation Française pour l'adoption (ou la "conception") d'enfant par des couples homosexuel(le)s a été basé sur le manque de repére familial et sentimental que pourraient vivre dans le futur les enfants de ces couples. Bien à vous tous et bonne soirée.

  • Gourdonjcq G.
    21/09/2020 22:19

    Très Bien Comme disait Agrippa d'Aubigné il y a presque 600 ans dans les "Tragiques" "les criminels adonc, par ce procès confus, la gueule de l'Enfer s'ouvre grand devant eux"

  • Ju S.
    21/09/2020 21:09

    ❤️

  • Djeneba D.
    21/09/2020 13:13

    ls com 😹

  • Alex B.
    21/09/2020 12:58

    C’est vraiment n’importe quoi

  • Cedric R.
    21/09/2020 09:02

    N'importe quoi la nature a fait un homme est une femme ce n'est pas pour rien a vomir est ce qui ne pense pas comme moi inutile de commenter c'est min point de vue 😡

  • Très B.
    21/09/2020 08:59

    C'est une folie pour ce monde d'accepter l'inacceptable et de faire passer le bien pour le mal .repentez vous et changez d'attitude avant qu'il soit trop tard

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.