retour

Confinement : travailleuse du sexe, "Mimi" témoigne

"Mimi" a 26 ans, elle est travailleuse du sexe. Elle témoigne.

Confinement : les travailleuses du sexe durement touchées

Mimi, étudiante thaïlandaise résidant en France, raconte comment son quotidien de travailleuse du sexe a changé depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

« Depuis le confinement, les conditions de travail deviennent de plus en plus difficiles, et je vis dans la précarité totale » raconte « Mimi », 26 ans. Cette étudiante thaïlandaise en situation régulière est travailleuse du sexe depuis 5 ans à Paris. Contactée par Brut, elle raconte comment l'épidémie rend aujourd'hui son travail impossible. Pour se préserver, elle préfère rester anonyme.

« J’ai 0 euro pour payer le loyer »

Comme je suis une travailleuse du sexe d’origine asiatique, la précarité me frappe à cause du racisme qui vient du Covid-19. Mais ça existait même avant le confinement. Après le confinement, les conditions de travail sont devenues très difficiles.

Je dois rester chez moi, je ne peux plus accueillir n’importe qui, notamment les clients. C’est-à-dire que je suis contrainte d’arrêter mon activité. J’ai 0 euro pour payer le loyer. Je vis dans une précarité très effrayante. J’ai peur de me faire contaminer ou de contaminer les autres si je recommence mon travail.

« Les travailleuses du sexe vivent la stigmatisation, la précarité »

Beaucoup d’entre nous ne déclarent pas leur statut comme auto-entrepreneuse, parce qu’elles ont peur de perdre notre logement. Si je me déclare publiquement, professionnellement et fiscalement comme travailleuse du sexe, il y a un risque que les autorités publiques fassent une enquête sur mon lieu de travail. Et pour la stigmatisation, comme je suis étudiante, j’ai peur que tout le monde à mon école soit au courant de mon métier.

Toutes les aides proposées publiquement, officiellement pour les travailleurs et travailleuses, ne concernent pas du tout les travailleuses du sexe, qui vivent la stigmatisation, la précarité. Elles sont ignorées par les pouvoirs publics. Et ça va pas tenir plus longtemps.

20/04/2020 18:39
  • 1.3m
  • 1.7k

1407 commentaires

  • Olivier M.
    un jour

    Meme avec un travail honnête c raide. Pleurons tous!

  • Stéphanie G.
    2 jours

    Cet compliquée la pipe avec le masque lol

  • Cedric G.
    2 jours

    J’adore le terme travailleuse du sexe nouveaux mot à la mode😂😂😂

  • Cedric G.
    2 jours

    Trouve un travail normal

  • Cedric G.
    2 jours

    Arrêtez de dire étudiante elle prenne ce genre de statu pour rentrer en France mais ne font jamais d’études c’est connus comme tous

  • Ahmed O.
    2 jours

    Boun jour

  • Djamel D.
    3 jours

    elles veulent le beurre et l argent du beurre ???? c delirant qd mm...

  • Herve R.
    4 jours

    Il y a tellement de racistes , le moindre problème , il n y a plus personne , c est doublement dur ,pour ces filles la .

  • Fernanda C.
    6 jours

    Il y a pas mal de jobs pour les étudiants ( es) 🤣 la blague ! Heureusement que touttes les jeunes filles ont plus de valeurs et surtout de respect pour elles mêmes

  • Valen T.
    01/08/2020 22:55

    Il ya la ceuillettes des fruits

  • K-ro L.
    30/07/2020 11:26

    quelle perte d’activité...

  • Genie A.
    29/07/2020 21:58

    🤨🤨🤨🤨🤨🤨

  • Christian R.
    23/07/2020 15:02

    Elle a choisie sont "metier" ils n y a pas que le corona qui s attrappe je fréquente moi-même des escortes certaines ont un métier d autres so t marier . Elle peu tres bien trouver un job en attendant ou en complément. C est une fausse info .

  • Claire R.
    19/07/2020 11:30

    Le sexe pour moi n'ai pas un travail je suis désolé pour moi c'est sale

  • Patrick C.
    18/07/2020 20:44

    C'est bien fait

  • Jenny A.
    16/07/2020 12:37

    Retourne au étude c est le temps

  • Lion L.
    11/07/2020 19:24

    Je veux le mettre dans ta bouche

  • Fouad F.
    09/07/2020 21:11

    Sex

  • Claude D.
    03/07/2020 16:07

    Sava

  • Vic T.
    26/06/2020 14:43

    Vá faire du menage

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.