retour

Confinement : travailleuse du sexe, "Mimi" témoigne

"Mimi" a 26 ans, elle est travailleuse du sexe. Elle témoigne.

Confinement : les travailleuses du sexe durement touchées

Mimi, étudiante thaïlandaise résidant en France, raconte comment son quotidien de travailleuse du sexe a changé depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

« Depuis le confinement, les conditions de travail deviennent de plus en plus difficiles, et je vis dans la précarité totale » raconte « Mimi », 26 ans. Cette étudiante thaïlandaise en situation régulière est travailleuse du sexe depuis 5 ans à Paris. Contactée par Brut, elle raconte comment l'épidémie rend aujourd'hui son travail impossible. Pour se préserver, elle préfère rester anonyme.

« J’ai 0 euro pour payer le loyer »

Comme je suis une travailleuse du sexe d’origine asiatique, la précarité me frappe à cause du racisme qui vient du Covid-19. Mais ça existait même avant le confinement. Après le confinement, les conditions de travail sont devenues très difficiles.

Je dois rester chez moi, je ne peux plus accueillir n’importe qui, notamment les clients. C’est-à-dire que je suis contrainte d’arrêter mon activité. J’ai 0 euro pour payer le loyer. Je vis dans une précarité très effrayante. J’ai peur de me faire contaminer ou de contaminer les autres si je recommence mon travail.

« Les travailleuses du sexe vivent la stigmatisation, la précarité »

Beaucoup d’entre nous ne déclarent pas leur statut comme auto-entrepreneuse, parce qu’elles ont peur de perdre notre logement. Si je me déclare publiquement, professionnellement et fiscalement comme travailleuse du sexe, il y a un risque que les autorités publiques fassent une enquête sur mon lieu de travail. Et pour la stigmatisation, comme je suis étudiante, j’ai peur que tout le monde à mon école soit au courant de mon métier.

Toutes les aides proposées publiquement, officiellement pour les travailleurs et travailleuses, ne concernent pas du tout les travailleuses du sexe, qui vivent la stigmatisation, la précarité. Elles sont ignorées par les pouvoirs publics. Et ça va pas tenir plus longtemps.

20/04/2020 18:39
  • 977.6k
  • 1.6k

1342 commentaires

  • Zahid A.
    11 heures

    Vvvnice

  • Alain G.
    18 heures

    Une traîné qui préfère vendre son cu Au lieu de trouver un boulot correct... Et après elle chiale pour sa précarité bien fait pour toi.. Ils y des enfants qui meurent de faims la précarité aussi pour certains.... Toi tu es juste une traîné on s en fou de ta vie... Tu peu plus payé ton loyer arrange toi avec ton proprio...

  • Kader K.
    un jour

    Quel racisme vous êtes des virus qui ont détruit l’humanité, même les animaux n’échappent pas à votre cannibalisme

  • Vero V.
    2 jours

    Ta cas faire un autre un vrai taf...c pas se qui manque.

  • Houwari O.
    2 jours

    Rabi yahdik

  • Meddi B.
    2 jours

    Courage, bientôt tu pourras retourner au boulot.

  • Juan J.
    3 jours

    Elle a vite appris ris le discours victimaire... En 5 ans bravo

  • Nasi B.
    4 jours

    Prostitution pas travail du sexe. Jeu de mots, il veulent nous faire croire que ce fléau est normal. Pauvres débauchés.

  • Lamine B.
    4 jours

    Whoever wants sex for money

  • Sam D.
    4 jours

    بلعي فمك يا عاهره...الله ينتقم من العاهرات

  • Djelloul M.
    5 jours

    je suis desole mais honnetement le sex pour moi n est uun meettir super avec moi

  • Pierre L.
    5 jours

    N impirte quoi. Elle payait ses charges urssaf TVA etc? Non. Quand elle encaissait du cash, elle en faisait quoi? Elle a la cmu, le RSA.. alors MERDE. DES GENS QUI PAIENT LEURS IMPOTS ET TRAVAILLENT HONNETEMENT GALERES. ILS SONT LA PRIORITE ET PAS CETTE FEMME..

  • Dominique G.
    5 jours

    Quelle vienne a la maison je lui donnerai un sandwich et une biere

  • Mourad B.
    5 jours

    Hhhh

  • Francoise F.
    7 jours

    Profite et Change de job ma chere c'est mieux sinon c'est pas corona ki va te finir c'est autre chose.

  • Shaïnez B.
    24/05/2020 16:24

    De 1 si tu fais ça depuis 5 ans sans avoir mis de l’argent de côté c’est grave De 2 Trouve toi un autre travail

  • Milano M.
    24/05/2020 14:12

    What is this

  • Beddy K.
    24/05/2020 11:54

    Repentz vous, l'enfer existe

  • Radjia A.
    24/05/2020 00:57

    Réfléchis à quitter ce travail, car, ca n'en est pas un, le gain facile, mais qui te rendra plus malheureuse, en plus tu es étudiante, tu devrais utiliser ta matière grise pour travailler après coronsa, un travail honorable, où tu pourra te respecter toi même, et te faire respecter par les autres, Prie Dieu lui seul, peut te faire sortir de cette situation, bonne chance

  • Eric M.
    23/05/2020 23:32

    A quand on France on légalise le plus vieux métier du monde pour le bien , le mieux de tous ....?

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.