retour

Des protections périodiques gratuites pour toutes les femmes ?

Alors que l'Écosse a adopté la gratuité des protections périodiques pour toutes les femmes, en France, la pauvreté empêche 1,7 million de femmes de s'en procurer quand elles en ont besoin. "Pourquoi ces trucs-là, ce n'est pas remboursé par la sécu ?"

Le coût des règles

Au cours de sa vie, une femme dépense entre 8.000 et 23.000 euros en protections périodiques.

« Avoir ses règles est normal. L’accès libre et gratuit aux tampons, aux serviettes et aux options réutilisables devrait être normal aussi. La dignité, quand on a ses règles, n’est pas quelque chose de radical ou d’extrême, c’est simplement la bonne chose à faire. » Le 25 février, les mots de Monica Lennon, députée du Parti travailliste écossais, ont fait mouche. L’Écosse est en effet le premier pays au monde à avoir adopté la gratuité des protections périodiques.

En France, un quart de la population a ses règles tous les mois

La législation garantira l’accès gratuit et universel aux protections périodiques à toutes les personnes qui en auront besoin, et imposera aux écoles, aux collèges et aux universités de mettre gratuitement à disposition des protections périodiques dans les toilettes. L’objectif : lutter contre la précarité menstruelle, qui touche plus de 500 millions de femmes dans le monde.

En France, un quart de la population a ses règles tous les mois. L’accès aux protections périodiques est un problème pour 1,7 million de femmes, notamment pour celles qui vivent dans la rue. Corinne Masiero, actrice et ancienne sans-abri, se souvient. « Quand t'as tes règles et que tu n'as pas le droit d'acheter des trucs, tu vas chouraver des serviettes, machins et tout. Mais parfois, tu n'as pas eu le temps ou tu n'as pas pu, comment tu fais ? Tu te mets des journaux, des machins… On n'en parle jamais de ça, pourquoi ces trucs-là, ce n'est pas remboursé par la sécu ? »

Jusqu’en 2016, les protections périodiques étaient taxées comme les produits de luxe

Tampons, serviettes, coupes menstruelles, culottes lavables… Au cours de sa vie, une femme dépense entre 8.000 et 23.000 euros en protections périodiques. Ces frais concernent aussi les médicaments, les soins gynécologiques et les vêtements tachés. Pour lutter contre la précarité menstruelle, certaines associations organisent des collectes et militent pour un remboursement complet des protections hygiéniques.

« L’objectif ou le but de l’association, c’est que plus aucune femme n’ait besoin de dépendre de dons pour gérer ses règles correctement. Et évidemment, à terme, que ce sujet ne soit plus tabou », explique Tara Heuzé, Fondatrice de l’association Règles élémentaires. Jusqu’en 2016, les protections périodiques étaient taxées à 20 %, comme les produits de luxe.

04/03/2020 14:11mise à jour : 30/04/2020 16:44
  • 892.6K
  • 1.7K

15 commentaires

  • Victor M.
    04/03/2020 14:26

    Je serais curieux de voir le téléphone des femmes qui ne savent pas en acheter à cause de la pauvreté......

  • Sandrine P.
    04/03/2020 14:23

    Si c'est gratuit, c'est toi le produit. En attendant s'ils pouvaient supprimer les taxes sur les produits de premières nécessités (fruits, légumes, lait, eau... Produits d'hygiène, électricité...) nos paniers s'en sortiraient beaucoup mieux et les choix plus responsables.

  • Aurelien M.
    04/03/2020 14:23

    Donc les rasoirs vont être remboursé alors ? Car avec une lame t'achète 2 paquet de serviettes

  • Geo L.
    04/03/2020 14:23

    Sinon il y a les cup, ça coûte 20€ et ça dure longtemps. En plus c'est ecolo.

  • Louison B.
    04/03/2020 14:23

    , je sais que certains dans le nord de l'Angleterre aimeraient faire secession avec le sud, mais la sur votre carte vous avez annexé tout le nord de l'Angleterre a l'Ecosse...

  • Anniiee A.
    04/03/2020 14:22

    Un pays où les femmes ne peuvent ce payer dés protections est un pays où ils ne fait pas bon vivre .........

  • Olivier W.
    04/03/2020 14:22

    avec 2 élastiques on peu se confectionner un masque FFP2 ;) ;) ;) 🤣🤣🤣🤣🤣

  • Angus P.
    04/03/2020 14:22

    En France ça ne sera pas possible. Ici tout est une question d'argent et non pas d'humanité ni de social

  • Francois E.
    04/03/2020 14:22

    Non seulement ce n'est pas remboursé mais en plus c'est taxé comme un produit de luxe, la classe de la beaufocratie parlementaire...

  • Céline C.
    04/03/2020 14:21

    On doit fair attention a l écologie mais sa il y en aura beaucoup qui vont fair n'importe quoi avec ou qu il vont en profiter

  • Suzanne C.
    04/03/2020 14:21

    Au glyphosate ????

  • Fahdou M.
    04/03/2020 14:20

    Parce que la spécialité de la France c'est "ne faisons pas comme les autres, faisons pire". L'élite politique française misogyne, derrière leur faux "progressisme" (enfin, sauf quand il s'agit des femmes voilées) ne voient aucun intérêt à accorder des droits à des personnes qui ne font partie d'aucun lobby, qui ne vendent pas des armes ou des produits toxiques pour nos sols. Il faut un système de solidarité citoyen indépendant, on y arrive pour les grévistes, on peut le faire pour les femmes. On ne peut plus compter sur des corrompus.

  • Estelle F.
    04/03/2020 14:18

    ;)

  • Tib T.
    04/03/2020 14:18

    Ben voyons

  • Claudine D.
    04/03/2020 14:17

    Vive l'écosse !!!