Elle a été interdite d’allaiter dans une bibliothèque

Diane a dû allaiter son enfant dans une bibliothèque, mais s’est vu refuser de le faire par le personnel. Pour Brut., elle dénonce.

“Si ça dérange, on tourne le regard”*

“Au moment où je me suis installée, la bibliothécaire m’a dit que c’était interdit d’allaiter dans l’enceinte de la bibliothèque et m’a demandé d’aller me mettre à l’écart. Elle m’a proposé un coin caché pour ne pas gêner les usagers.” Il y a une semaine, Diane est allée à la bibliothèque, accompagnée de ses deux filles, une de 5 ans et une autre de 10 mois. Mais alors qu’elle allait allaiter sa plus petite, elle se voit interdite de le faire dans ce lieu public. “J’ai obtempéré mais j’ai dit que je n’allais pas me laisser faire, que ce n’était pas OK, que j’avais le droit d’allaiter, qu’il n’y avait aucune loi qui ne l’interdisait. Elle m’a dit que le règlement intérieur l’interdisait. Donc, je suis allée allaiter de côté ma petite et puis, quand elle s’est endormie, que je suis retournée chercher ma grande, j’ai commencé à discuter avec la bibliothécaire”, explique la jeune femme. Transmission du nom de la mère à l'enfant : Marine veut changer la loi

"Elle m’a montré le règlement intérieur. Et donc, elle m’a montré qu’il y avait écrit que les bébés sont bienvenus au sein de la bibliothèque, mais que tout ce qui touche aux soins d’hygiène et d’alimentation sont interdits dans le lieu. Et puis, en fait, elle m’a quand même fait la réflexion, juste avant le règlement intérieur, que ça l’avait un peu interpellée la façon dont je m’étais mise en avant pour sortir mon sein. Et que ça pouvait gêner, en fait, les enfants. Et ça, pour moi, c’est un point important parce que je lui ai rappelé que ça ne gênerait pas les enfants. Pour eux, un sein, c’est un sein. Et que si elle sexualise le sein, ce n'est pas mon problème, en fait. Ça reste un acte nourricier”, ajoute la mère. Le parcours de Julie, mère de 3 enfants, pour se faire stériliser

Une histoire qui a fait bouger les choses pour les mères

Malgré tout, la jeune femme peut comprendre les réticences face à l’allaitement en public. “La pudeur, je pense qu’elle est personnelle, et si ça dérange, eh ben on tourne le regard, on va se mettre ailleurs, mais ce n’est pas à la personne qui est en train d’allaiter, ce n’est pas à cette personne-là à se cacher, en fait.” MaMaMa aide les mères en situation de précarité

Actuellement, aucune loi n’interdit l’allaitement dans les lieux publics. La situation de Diane a été remontée jusqu’à la mairie de Nice, où la scène s’est déroulé. “C’est grâce à une journaliste de Nice Matin, qui m’a contactée, qui m’a dit qu’elle n’était pas du tout d’accord avec ce qui s’était passé et qu’elle allait demander des comptes à la mairie. Et la mairie a répondu très rapidement et je les en remercie, parce qu’ils ont réagi… Elle m’a contacté le lundi au matin, on va dire, et le lundi après-midi, il m’a appelée pour s’excuser. Donc ça, c’est super. Ils ont fait passer une circulaire dans tous les lieux de la mairie pour que ça ne se reproduise plus directement et ils ont promis de changer le règlement intérieur, mais ça demande des modifications un peu plus profondes, on va dire, donc un peu plus de temps.” Cléopâtre Darleux se bat pour la maternité dans le sport professionnel

avatar
Brut.