Elles remettent en cause le "diktat" de l'épilation

"C'est notre corps, notre choix. Je ne vois pas pourquoi la société aurait son mot à dire." Ces femmes ont décidé de garder leurs poils. Et elles assument.

Elles s’insurgent contre l’obligation pour les femmes de s’épiler

Les stars et les influenceuses sont de plus en plus nombreuses à questionner le « diktat » de l'épilation et du rasage en affichant fièrement leurs poils.

Quatre ans après sa mère Madonna, Lourdes Leon a fait sensation sur Instagram en dévoilant des aisselles poilues dans une pub. En septembre 2017, c'était la mannequin Arvida Byström qui assumait ses poils dans une publicité. « Je pense que n'importe qui peut être féminin, mais que dans la société d'aujourd'hui, on en a peur », estime Arvida Byström.

« Il y a cette horreur, cet effroi, de retomber dans l'animalité »

Néanmoins, ce type de publicités reste rares. Toutefois, les stars et les blogueuses sont de plus en plus nombreuses à questionner le « diktat » de l'épilation et du rasage en affichant fièrement leurs poils. Pourquoi une telle obligation ? « Au fil du temps, il y a quelque chose qui est constant, c'est la volonté de se démarquer de l'animalité. Il y a cette horreur, cet effroi, de retomber dans l'animalité », analyse Christian Bromberger, professeur d'ethnologie.

Mais si les poils existent, c'est qu'ils ont une utilité ! C’est ce qu’explique Isabelle Quenon, journaliste santé : « Ils servent à nous protéger. C'est-à-dire qu'ils ont un rôle contre les ultraviolets, ils ont un rôle contre la chaleur, ils maintiennent l'hydratation captive à l'intérieur du derme, donc ils protègent la peau. Et puis, les poils jouent un rôle dans le toucher, puisqu’on se rend compte d'un contact physique avant même que la peau ait été touchée. Les poils nous indiquent, nous alertent sur ce contact physique. »

avatar
Brut.
28 mai 2018 12:00