retour

Guadeloupe : des coupures d'eau quotidiennes

Pendant ce temps-là, pour des milliers de Guadeloupéens, ne pas avoir accès à l'eau courante est devenu quotidien. Malgré les discours et les promesses, 60 % de l'eau est perdue avant d'arriver au robinet.

En Guadeloupe, les habitants épuisés par les coupures d’eau incessantes

Se laver ou faire la vaisselle est devenu un luxe, dans cette région française où 60 % de l’eau est perdue avant d’arriver au robinet. Mais rien ne bouge, d’après les gens sur place.

« Nous sommes une région française, et nous avons des coupures d’eau permanentes. Notre situation est catastrophique », alerte Ludovic Tolassy, porte-parole du mouvement citoyen MounGwadloup. Pour des milliers de Guadeloupéens, ne pas avoir accès à l’eau courante, comme tous les Français, c’est devenu quotidien. « Ces coupures peuvent durer un, plusieurs jours, voire plusieurs semaines dans certains secteurs, détaille Ludovic Tolassy. Tout ça est dû à un réseau qui n’a pas été entretenu depuis près d’un demi-siècle. Même boire de l’eau, s’hydrater - on vit dans un pays chaud - ça devient une grande problématique. Pour s’adapter, malheureusement, cela demande des mesures économiques, parce qu’il faut acheter des packs d’eau. »

1 milliard d’euros sont nécessaires

Mal entretenu, mal alimenté, mal géré et vétuste, le réseau d’eau est régulièrement coupé. 60 % de l’eau est perdue avant d’arriver au robinet, contre 20 % au niveau national. En Guadeloupe, 17 km de canalisations sont à refaire. 1 milliard d’euros sont nécessaires. Un problème qui dure et sur lequel des Européens alertaient déjà Emmanuel Macron en 2018.

En France, l’eau est une compétence des communes. Le rôle de l’État se limite à contrôler la qualité et à apporter un soutien financier. Pour le mouvement citoyen MounGwadloup, une partie de la responsabilité en revient donc aux élus locaux. « *On n’a pas de réponse ni à moyen, ni à court, ni à long terme. Nos élus censés nous représenter et défendre ce dossier ne font pas leur travail. La seule chose qu’ils ont montrée de 2014 à 2020, c’est leur incapacité à résoudre ce problème », déplore Ludovic Tolassy.

« Les élus ont laissé faire »

« Il y a une responsabilité de l’État, qui n’a pas joué son rôle sur le territoire de la Guadeloupe. Il y a une responsabilité des entreprises privées gestionnaires de l’eau, et il y a une responsabilité des élus, qui, eux aussi, ont laissé faire », assure Ferdinand Louisy, maire de Goyave. Sa commune de 7.500 habitants est régulièrement touchée par des coupures d’eau. Il en a fait son combat.

« Au niveau de ma commune, ça présente bien évidemment des risques sociaux. Il y a une tension sociale qui, au-delà d’être palpable, est évidente. Et puis, ça représente des risques sanitaires. Lorsque vous avez des établissements comme une école où il n’y a pas d’eau, que faire pour les enfants qui vont dans les toilettes au moment des récréations ? » s’interroge le maire.

« Les gens payent leurs factures et ils n’ont pas d’eau. C’est pas légal »

Pour lui, il faut changer la gestion du bien public qu’est l’eau, gérée actuellement de manière « capitaliste » : « C’est un service public qu’on leur demande, c’est pas un centre de profits, c’est pas une valorisation boursière. Et tant que l’eau sera gérée dans cette optique, on aura ce genre de résultats. » Ferdinand Louisy met actuellement en place deux mesures d’urgence : acheter de l’eau en bouteille et s’assurer de la distribution de l’eau potable d’une part, réparer toutes les casses d’autre part. Cela à place du syndicat qui était chargé de le faire.

Le maire ne décolère pas. « On fera en sorte que tous ceux qui avaient un rôle à jouer soient cités devant la justice pour rendre compte aux administrés de Goyave de leurs carences, de leurs défaillances. J’attends un soutien qui le permettra de rendre à la population son argent. L’argent qu’on est en train de dépenser pour autre chose alors qu’elle paye ses factures. Les gens payent leurs factures et ils n’ont pas d’eau. C’est pas légal. »

26/02/2020 19:43
  • 682.3K
  • 410

304 commentaires

  • Berengere d.
    09/03/2021 11:34

    Où est passé l'argent des factures que les paient ???

  • Christophe P.
    09/03/2021 07:50

    Si vous voulez tout pareil il faut donc augmenter la TVA à 20 au lieu de 8,5

  • Martine Y.
    07/03/2021 13:03

    Je partage avec tous mes amis antillais ils ne sont pas a part département francais et non 15jours de vacances bisous aux amis de pointe a pitre

  • Claudine D.
    07/03/2021 10:28

    Effectivement ce n'est pas normal . Pourquoi autant de différence avec la métropole ?

  • Julien D.
    04/03/2021 10:33

    protegeons l eau du var - pour comprendre l'enjeu : https://youtu.be/WIz4pcoL3J0

  • Julien D.
    04/03/2021 10:30

    !!!!!!!!!Notre avenir!!!!!!!! si on ne préserve pas NOTRE EAU, ici c'est à cause de canalisations mal entretenues. Cependant le Doubs (FRANCE) vit exactement la même chose chaque été pour cause d’assèchement des nappes. On se sent toujours trop protégé en se disant ils trouveront une solution. Ça n'arrive qu'aux autres....... Et non!!!! L'exemple de Mazaugues démontre bien qu'il faut se soucier des soucis de nos voisins, car l'effet papillon existe. Mazaugues ne boit pas l'eau de sa masse souterraine, mais va subir d'autres dégâts, nuisances et risques de son côté. En pensant qu'ils doivent être seul à se débrouiller, ce sont près d'un million de personnes qui en subiront les conséquences directement et exponentiellement plus encore, lorsqu'on devra repartager. En résumé 1 million de personnes se disent c'est pas mon problème le sort de 800 personnes mais ce million subira les conséquences d'avoir tourner la tête. La vie est riche de leçons et on les apprends souvent quand il est trop tard. Alors FAITES DU BRUIT!!!!!!!! ALLER VOIR VOS MAIRES/ RECLAMONS UNE PARTICIPATION COMMUNE DE LA MENACE DU CARRIER EN PROVISION/ MAIS SURTOUT RENDONS LA DETTE A CEUX QUI LA MERITE "LES SERVICES D'ETAT. CE SONT EUX QUI ONT SIGNES/ EUX QUI POUSSENT LA SIGNATURE SOUS PRESSION/ DONC TOUS DEVANT LA JUSTICE/ ON ANNULE CETTE HERESIE/ ON DEMANDE A CE QUE LES SERVICES D ETAT PAYENT LE FRUIT DE LEUR DEFAUT DE SERVICE/ TITANOBEL AUSSI DOIT INDEMNISER LE CARRIER POUR DOL/ MAIS PAS MAZAUGUES / SOUTENONS MAZAUGUES https://fb.watch/3-ggywoAK4/

  • Kévin K.
    03/03/2021 21:04

    Vive la France hein et ça déclare la Guadeloupe comme département français !!!!😂😂😂

  • Stéphanie R.
    03/03/2021 20:41

    on attend l'article !!!! 😘

  • Jean-Philippe A.
    03/03/2021 18:04

    L'eau est-elle revenue? Installez l'application mobile Omijo pour partager l'information sur l'eau en temps réel. https://omijo.app/lapplication/ 💦📲 🚰

  • Armilou A.
    03/03/2021 10:06

    Il y’a ça aussi à Mayotte. C’est inacceptable ! Force à vous !!!

  • Matildita D.
    02/03/2021 08:26

    Enfin! Merci

  • Laetitia B.
    02/03/2021 03:12

    👊 sa ke ay l'état ne nous reconnais plus et eux il s'en bat les couille ce n'est pas normal y a des gens ki ont des enfants on dois les protéger surtout

  • Valentine B.
    01/03/2021 20:17

    Inamissible 🤬

  • Frédéric R.
    01/03/2021 18:19

    Pani dlo nou en panne d'eau, nou tomber adan on panneaux..

  • Diane N.
    01/03/2021 11:54

    Ah ce monsieur sais parler sans injures étonnant qd même sachant que ces problèmes d’eau potable excitent moi perso je n’ai pas envie de l’écouter ni de voir sa tronche de mal polis

  • Peter P.
    16/07/2020 09:43

    J’etais au gosier et je confirme, nous avions 4 jours consécutifs de coupure d’eau ! Soutien aux guadeloupéens

  • Caroline D.
    26/06/2020 22:12

    Partagé !

  • Raphy C.
    09/06/2020 21:49

    Par exemple les construction non complète en remplissant les bois a côté pour annuler la taxe foncière. La mairie savait il demande pire en pire les guadeloupéens se coincent après

  • Raphy C.
    09/06/2020 21:47

    Je connais là. Je réponds simplement : la démographie guadeloupéen un peu trop. Les gestion d'eau trop vieux et trop déficit les gens payent moins au compte public. Le bombe de retardement.

  • Pascale L.
    02/06/2020 10:25

    Il s'en balance macron de nos soucis i